Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale du Japon pré-moderne, XVIe-XIXe siècle

Guillaume Carré
p. 251-252

Texte intégral

Guillaume Carré, maître de conférences

Des villes médiévales japonaises aux villes pré-modernes : héritages et innovations, XVIe-début XVIIe siècle

1Le séminaire s’était donné comme objectif d’évoquer les conditions d’apparition de la forte urbanisation qui, de la fin XVIe au début XVIIe siècle, marque les débuts de la période pré-moderne au Japon. Le Moyen Âge japonais passe en effet pour une époque de relatif sous-développement urbain, non seulement comparé à la période suivante, mais également si l’on se réfère au rôle joué au même moment par les villes en Chine et en Corée. Pendant tout le Moyen Âge, Kyôto, ville fondée sur le moule chinois des Tang à la fin du VIIIe siècle, continue de fournir l’image modèle de la grande cité, celle de la capitale (miyako). Mais on ne relève pas durant la période médiévale de terme caractérisant un concept de « ville » plus général : le mot machi qui se répand à cette époque ne désigne encore que des espaces bâtis où l’on s’adonne au commerce. Ce n’est qu’à la période d’Edo qu’il sera employé pour distinguer la ville artisanale et marchande (machikata) de la campagne (zaikata). Aussi l’historien Asao Naohiro n’a-t-il pas craint d’affirmer que le concept de « ville » dont a hérité le Japon contemporain, était né avec la période pré-moderne, lors du processus de redéfinition des statuts sociaux et de séparation entre les paysans habitant des villages (mura) et les artisans et commerçants : ceux-ci étant concentrés par la volonté du pouvoir guerrier dans des ensembles urbains bien distincts et soumis à une administration spécifique.

2Les historiens récents des villes médiévales japonaises se sont néanmoins attachés à souligner le développement croissant des éléments citadins ou pré-urbains durant cette période. L’essor du commerce intérieur et extérieur, la multiplication des centres de pouvoir locaux amenèrent en effet un essor indéniable des places de négoce et de production artisanale : même si elles ne bénéficient pas toujours d’un statut distinctif (elles peuvent être par exemple englobées dans des communes villageoises, sôson), l’activité et la multiplication de ces ports (tsu), mouillages (ura), marchés (ichi, machiba), ensembles liés à des établissements religieux (monzenmachi, jinaichô) etc., illustrent le mûrissement progressif d’une civilisation urbaine sans lequel la floraison de la période d’Edo ne saurait se concevoir.

3Il n’en reste pas moins vrai que la volonté des dirigeants guerriers de la fin du XVIe siècle fut déterminante pour la création définitive d’un modèle urbain japonais : celui de la ville seigneuriale (jôkamachi) où furent concentrées population guerrière et population bourgeoise (chônin) formée de marchands et d’artisans. L’espace même de ces cités nouvelles incarne le nouvel ordre socio-politique qui se met alors en place : quartiers séparés selon les statuts sociaux, mise sous surveillance des temples bouddhiques, artères principales orientées selon la position du château seigneurial... Tous ces éléments distinctifs apparaissent en une décennie, entre la construction de la ville d’Azuchi (1576) et celle d’Ôsaka (1583). L’édification de ces cités est aussi un instrument efficace du démantèlement des derniers vestiges du vieil ordre médiéval : de même que le système domanial (shôensei) caractéristique du Moyen Âge avait été définitivement nié dans les campagnes par le cadastre de Hideyoshi et la séparation des guerriers, marchands et paysans, de même le contrôle de l’espace urbain par les grandes puissances de l’aristocratie médiévale fut abrogé avec la reconnaissance de la condition bourgeoise, groupe de propriétaires redevables du service public à leur seul seigneur. La formation même de ce statut de bourgeois constitua cependant un processus progressif s’étendant sur plusieurs décennies, jusqu’au milieu du XVIIe siècle, et dont de nombreux pans demeurent obscurs.

4Par ailleurs, le professeur Okazaki Tetsuji, de la faculté de sciences économiques de l’Université de Tôkyô a donné dans notre séminaire une conférence sur : « The role of the merchant coalition in premodern Japanese economic development : an historical institutional analysis ».

Publication

  • « La conquête de la monnaie : pouvoir et sapèques de cuivre au début de la période pré-moderne », EBISU, 28, printemps-été 2002, 22 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Carré, « Histoire économique et sociale du Japon pré-moderne, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 251-252.

Référence électronique

Guillaume Carré, « Histoire économique et sociale du Japon pré-moderne, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15642

Haut de page

Auteur

Guillaume Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals