Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

La ville : sciences, pouvoirs, sociétés

Christian Topalov, Paul-André Rosental, Luc Arrondel et Jérôme Bourdieu
p. 259-263

Texte intégral

Christian Topalov, directeur d’études

1Le séminaire « La ville des sciences sociales » poursuit une enquête d’histoire sociale des sciences sociales, qui interroge les constructions d’objet et les façons de faire de nos disciplines lorsqu’elles traitent des villes. Nous avons achevé cette année une recherche entreprise il y a trois ans sur une échelle particulière de la description savante : le « quartier ».

2Le séminaire s’est ouvert par un débat sur l’ouvrage La Ville des sciences sociales (paru au printemps 2001 sous la direction de Bernard Lepetit et Christian Topalov), qui a associé les huit auteurs et trois discutants : Andrew Mendelsohn (Université de Londres), Marie-Vic Ozouf-Marignier et Pierre-Yves Saunier (CNRS Lyon).

3Il s’est poursuivi, en marge du thème principal, par l’analyse d’un micro-événement : le séjour de Maurice Halbawchs à Chicago à l’automne 1930. La correspondance du sociologue et les traces de son passage dans les archives du département de sociologie de Chicago ont permis de replacer cette expérience dans la série contemporaine des voyages en Amérique (notamment d’universitaires), d’examiner dans quels réseaux intellectuels et mondains le durkheimien français a évolué lors de son séjour et quelle fut son expérience personnelle de la grande ville du Middle West. Son article « Chicago, expérience ethnique », paru dans les Annales en 1932, s’en est trouvé singulièrement éclairé.

4L’essentiel du séminaire a été consacré à l’approfondissement et à la synthèse de l’enquête sur le quartier des sciences sociales. On a d’abord essayé d’objectiver l’état des lieux dans les sciences sociales françaises d’aujourd’hui : c’est en effet à partir de là que l’enquête elle-même peut prendre sens. On a observé la divergence entre des conjonctures disciplinaires où le quartier comme unité d’analyse a été remis en cause et d’autres où, à l’inverse, l’objet quartier, appuyé par les nouvelles évidences de l’action sociale, renaît sous des formes à la fois renouvelées et semblables à celles qui lui furent données dans le passé. Illustrant cette tension, des recherches en cours ont été présentées par Juliette Hontebeyrie et Sylvie Tissot (CSU et EHESS). On est ensuite revenu sur la construction du modèle du quartier ouvrier traditionnel par des sociologues britanniques, nord-américains et français dans la période 1955-1965, en la mettant en rapport avec les enquêtes menées au même moment, parfois par les mêmes chercheurs, sur les nouveaux espaces urbains périphériques (housing estates, « grands ensembles », planned suburbs) : les modèles de description du « moderne » et du « traditionnel » ne se comprennent pas l’un sans l’autre. David Reeder (Université de Leicester) est revenu sur l’historiographie britannique du quartier depuis 1960 en étudiant Tne neighbourhood of British historians. On a enfin analysé de façon détaillée les relations entre les constructions de leurs objets (neighborhood et community) par les sociologues de Chicago dans les années 1920 et par les milieux du travail social et de la planification urbaine. Le séminaire s’est conclu par une étude, appuyée sur des publications récentes, de la fabrication, de la diffusion et des significations du syntagme Chicago school of sociology au cours des années 1950 et 1960.

5En complément de ce séminaire, « Pratique de la recherche urbaine » réunit un groupe de doctorants organisé par Caroline Varlet. Cette année, neuf d’entre eux ont présenté leurs travaux et une séance a été consacrée au journal de recherche comme outil.

Les mots de la ville (avec Jean-Charles Depaule, directeur de recherche au CNRS)

6Le séminaire s’inscrit dans le cadre d’une enquête sur les lexiques utilisés pour désigner les villes et leurs éléments. Le vocabulaire urbain – qui classe, découpe, regroupe, qualifie – offre un accès original aux dynamiques sociales qui font la réalité des villes. Le séminaire étudie le langage des institutions et des acteurs qui entendent légiférer dans le domaine des mots, mais aussi les façons de dire ordinaires et leurs relations avec les langues administrantes. Il s’intéresse aux écarts – indices et marqueurs de distances sociales – ainsi qu’aux tensions et interactions entre divers registres afin de saisir les formes d’évolution du vocabulaire de la ville, les modalités de passage des mots d’un registre à l’autre ou d’une langue à l’autre. L’analyse de ces transferts, de leurs succès et de leurs échecs éclaire les processus par lesquels sont élaborées et adaptées les nomenclatures et désignations qui constituent une langue commune. Une recherche collective portant sur plusieurs aires linguistiques et sur la longue durée est en cours dans le cadre d’un GDR du CNRS, le séminaire permettant aux chercheurs concernés de confronter leurs travaux.

7L’année a été consacrée à discuter les travaux réalisés en vue de la rédaction de notices pour un dictionnaire historique plurilingue en cours d’élaboration. Après une séance d’ouverture où furent débattus les principaux problèmes méthodologiques rencontrés au cours de la rédaction des notices, les thèmes privilégiés cette année furent les types d’habitation, les voies et espaces découverts, et les catégories d’agglomérations. Les notices suivantes ont été présentées, concernant le vocabulaire arabe : « fondouk » (J.-C. Depaule) ; français : « maison » (Y. Perret-Gentil, CNRS-Centre Roland-Mousnier), « allée », « place » et « rocade » (L. Bauer, Université de Paris-III), « bourg » (A. Bovalet), « métropole » et « capitale » (C. Maumi, École d’architecture de Grenoble) ; allemand : « trottoir » (V. Faucheur, Berlin) ; espagnol : « vecindad » (C. Bataillon, CNRS-GRAL) ; portugais : « invasão » (H. Rivière d’Arc, CNRS-CREDAL) et anglais : « motorway » et « freeway » (V. Ziegler, École d’architecture de Paris-La Villette), « metropolis » et « city » (D. Reeder, Université de Leicester), « square » et « terrace » (A. Forty, Université de Londres).

Publications

  • Dir. de Divisions de la ville, Paris, Éd. de la MSH/UNESCO (« Les Mots de la ville »), 2002, 469 p.
  • « Langage, société et divisions urbaines », dans op. cit., p. 373-449.

Paul-André Rosental, maître de conférences avec Luc Arrondel, directeur de recherche au CNRS et Jérôme Bourdieu, chargé de recherche à l’INRA

Familles, patrimoines, mobilités, XVIIIe-XXe siècles

8Les travaux présentés dans ce séminaire de recherche interdisciplinaire ont été, comme les années précédentes, de nature sociologique, historique ou économique et ont abordé des aspects aussi bien théoriques qu’empiriques. Cette année, le séminaire s’est intéressé plus particulièrement à l’effet des contraintes institutionnelles sur les comportements, et à l’analyse des trajectoires migratoires intra- et intergénérationnelles.

9Muriel Roger (INRA-LEA) a présenté sa recherche en cours sur l’effet des transformations des systèmes de retraite des agriculteurs sur leur âge de cessation d’activité. La thèse qui guide les politiques publiques est que les réformes de la décennie qui vient de s’achever n’ont pas eu d’effet en la matière. Elles ont pourtant marqué un changement majeur dans la détermination du montant des pensions des agriculteurs : calculé jusque-là en référence au revenu cadastral, il est désormais conçu sur une base de revenus professionnels, afin de rapprocher les régimes des retraites paysannes du régime des salariés. À partir d’une enquête portant sur près de 2 000 chefs d’exploitation des deux sexes, M. Roger invalide les idées acquises en mettant en évidence un effet de ces mesures récentes sur les décisions de départ en retraite.

10Thomas Piketty (DELTA) est revenu sur ses travaux consacrés à l’évolution des inégalités de revenus et de patrimoine au long du XXe siècle. Il a particulièrement mis en évidence les variations considérables dans la perception du phénomène, en liaison avec les critères de mesure. Parle-t-on de seuil ou de moyenne, lorsqu’on caractérise les déciles d’une distribution ? De même, en matière de fortune notamment, il a montré l’importance des populations extrêmes, celles des 1 % ou moins les plus aisées, dont la richesse pèse statistiquement sur toute la perception du groupe des « élites ». L’intervenant n’a exposé ces difficultés, et parfois ces paradoxes, que pour mieux les dépasser. En composant les perceptions fragmentées des inégalités économiques, il a dégagé pour la France une chronologie séculaire, où apparaissent clairement des phases de renforcement ou de relâchement des inégalités. Ajoutant une dimension comparative, T. Piketty a rapporté la situation française à celle des États-Unis, où la concentration des très grosses fortunes remonte fortement depuis plus de trois décennies, ce mouvement s’amorçant dès avant la « révolution conservatrice » des années 1980.

11Un autre volet du séminaire a porté sur les relations entre trajectoires migratoires et professionnelles d’une part, circulation des ressources de tous types au sein de la parenté d’autre part, et accumulation patrimoniale. Le séminaire a en effet servi de support aux recherches menées par ses animateurs sur une grosse base de données de lignées patrilinéaires. Si cette enquête porte sur la France des deux derniers siècles, elle est menée en relation avec d’autres équipes qui, de par le monde, travaillent sur des données et des problématiques comparables. La notion de « ressources familiales », plus précise et moins chargée que celle de « solidarités », est une façon de tirer parti de ce matériau généalogique, sans le réduire à un faisceau de trajectoires. Quant à la mesure de l’accumulation patrimoniale, elle permet de soulever des questions classiques de la littérature sur les migrations, mais à laquelle il existe peu de réponses documentées : comment s’opère la sélection économique des migrants, et de leurs destinations ? Quel est l’effet de la mobilité sur l’enrichissement ou l’appauvrissement individuel et familial ? Le séminaire a débouché sur un colloque international consacré à ces thèmes, auxquels ont participé plusieurs équipes nord-américaines (Cameron Campbell, de Berkeley, John Adams et Alice Kasakoff, de l’Université de Caroline du Sud) et européennes (notamment celle de Jan Kok pour l’International Institute of Social History d’Amsterdam). Complétant ces problématiques, Anne Knowles (Middlebury College) a pour sa part présenté ses travaux sur l’immigration galloise aux États-Unis au XIXe siècle. Elle a notamment évoqué l’effet des filières professionnelles sur leur implantation sur le territoire américain. Paul-André Rosental, quant à lui, a exposé la genèse du modèle dit homéostatique des années 1920 aux années 1960 : au nom d’une formalisation des rapports entre niveau de population et ressources environnementales, ce modèle justifie en effet analytiquement la traditionnelle « légende noire » des migrations. En retracer l’histoire permet aussi d’exhumer de nouvelles manières d’examiner la diversité des trajectoires de mobilité au sein de la parenté. De même, l’exposé de Rémi Lenoir (Centre de sociologie européenne) sur les fondements cognitifs et idéologiques des politiques familiales a mis en avant l’importance de leur saisie dans une perspective longue. Alors que les mouvements familialistes se sont efforcés d’imposer l’idée d’une protection de la sphère privée par rapport aux intrusions de l’État, l’intervenant a montré à quel point ce dernier a façonné, sur une période pluri-séculaire, nos conceptions de la parenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Topalov, Paul-André Rosental, Luc Arrondel et Jérôme Bourdieu, « La ville : sciences, pouvoirs, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 259-263.

Référence électronique

Christian Topalov, Paul-André Rosental, Luc Arrondel et Jérôme Bourdieu, « La ville : sciences, pouvoirs, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15650

Haut de page

Auteurs

Christian Topalov

Articles du même auteur

Paul-André Rosental

Articles du même auteur

Luc Arrondel

Articles du même auteur

Jérôme Bourdieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals