Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Le territoire : représentations géographiques et pratiques politiques

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Daniel Nordman
p. 264-265

Texte intégral

Marie-Vic Ozouf-Marignier, maître de conférences
Daniel Nordman, directeur de recherche au CNRS

L’espace français. Construction et représentations, XVIe-XXe siècle. Essai de comparaisons internationales

1Les travaux de cette année ont été conduits dans trois directions. Dans le prolongement de recherches antérieures sur la division régionale, une série de séances a tenté d’examiner à l’échelle du local diverses formes de constructions sociales, d’identités régionales et les tensions sociales et politiques qu’elles mettent en évidence. On a repris d’abord le dossier de la notion de « pays » qui avait été longuement l’objet de séminaires antérieurs. Daniel Nordman a développé quelques exemples de pays de l’Europe méditerranéenne, en s’efforçant de dégager une gradation de situations entre les pays réputés amorphes de la vieille géographie traditionnelle et d’autres qui ont été l’objet de conflits politiques, voire géopolitiques. Les exemples retenus, les Maures et l’Esterel, le Magne dans le Péloponnèse, la Cerdagne dans les Pyrénées, l’Istrie enfin, ont été choisis comme jalons de ce parcours et de cette tentative de classification, l’idée générale étant que les tensions locales et nationales ont finalement joué un rôle plus important qu’il n’a été souvent dit dans la construction historique de ces identités territoriales. Dans le même ordre d’idées, Marie-Vic Ozouf a montré qu’un espace administratif comme le canton a été à partir de la Restauration le cadre de revendications politiques visant à le constituer comme organe de décentralisation au profit de la bourgeoisie des petites villes et des bourgs. Sous la IIIe République, la légitimité de cet espace modeste s’est renforcée à l’initiative de personnalités militant pour la promotion de l’éducation et de la culture populaires en milieu rural. La création et le développement de musées cantonaux illustrent ce type de préoccupations. À partir de ses recherches sur la Bresse louhanaise, Annie Bleton-Ruget (Université de Dijon) a analysé le cas singulier de la création, à l’occasion des conflits pour les tracés des voies ferroviaires sous le Second Empire, d’un « pays-arrondissement », construit par les élites politiques de l’arrondissement (maires, conseillers généraux), consolidé par les érudits locaux de la IIIe République et réactivé récemment dans le cadre des lois d’aménagement du territoire. Ce type de questionnement n’est pas spécifique du milieu rural, puisque, comme l’a montré Enrico lachello (Université de Catane) à propos de Palerme du XVIIe au XIXe siècle, le quartier a été l’objet de conflits et d’investissements identitaires fondés sur des définitions administratives, sociales et professionnelles antagonistes.

2À une tout autre échelle, deux invitées ont consacré leurs exposés à leurs travaux sur des représentations de l’espace. D’une part, Laura de Mello e Souza (Université de São Paulo) a étudié les relations entre frontière, espace et nature dans le Minas Gerais au XVIIIe siècle en identifiant quatre conceptions majeures : mythique, tragique, pragmatique, affective. De son côté, Hélène Biais a analysé, à partir des voyages dans le Pacifique entre 1815 et 1845, qui ont fait l’objet de sa thèse récemment soutenue, les relations entre pensée géographique, voyage scientifique et expansion coloniale.

3Enfin, une troisième série d’exposés s’est attachée à redéfinir quelques concepts. Daniel Nordman s’est interrogé sur l’existence, la signification et les contradictions d’une notion spécifiquement républicaine de frontière, depuis les origines (les débats de la Convention) jusqu’à la Ve République, la question cruciale étant d’articuler les relations complexes entre un territoire national antérieur à la République, reçu comme héritage, et les idéologies de la République. Marie-Vic Ozouf a présenté des travaux en cours sur les usages et les contestations de la notion de mentalités chez les géographes français, depuis la période vidalienne jusqu’aux années 1950. L’étude a en particulier porté sur un courant marginal de la géographie humaine, la « géographie psychologique », attesté dans des travaux de géographie religieuse, coloniale ou tropicale (Pierre Deffontaines dans l’Université, Georges Hardy, directeur de l’École coloniale, plus récemment Pierre Monbeig, géographe universitaire spécialiste du Brésil), ainsi que dans des traités de géographie générale (Jean Brunhes, Max Sorre).

Publication

  • « La renaissance des pays. De la géographie à la politique », Actualité du paysage, 1, 1998, p. 55-69 (Actes du séminaire du DEA « Jardins, paysage, territoire » qui s’est tenu au ministère de l’Aménagement du territoire et de l’environnement les 15 et 16 mai 1998, sous la dir. d’A. Berque et B. Lassus, Paris, École d’Architecture de Paris-La Villette, 2002).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Daniel Nordman, « Le territoire : représentations géographiques et pratiques politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 264-265.

Référence électronique

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Daniel Nordman, « Le territoire : représentations géographiques et pratiques politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15651

Haut de page

Auteurs

Marie-Vic Ozouf-Marignier

Articles du même auteur

Daniel Nordman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals