Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle

Mathieu Arnoux
p. 267-269

Texte intégral

Mathieu Arnoux, directeur d’études

Changements et continuités dans le monde du travail à la fin du Moyen Âge

1Il s’agissait pour cette première année de jalonner un champ de recherche dont l’extension et le paysage sont encore imprécis. On a donc fait alterner études de cas et exposés plus théoriques dans le but de commencer l’inventaire des directions et des méthodes d’enquêtes possibles. Trois axes ont été privilégiés : l’étude du salariat et des modes de rémunération, envisagée d’abord d’une manière générale à partir de textes normatifs (ce sujet a été développé dans une perspective beaucoup plus large, en particulier d’un point de vue théorique, dans un autre séminaire, organisé avec Jérôme Bourdieu, Jean-Yves Grenier et Gilles Postel-Vinay). L’intervention de Philippe Bernardi (CNRS-Aix-en-Provence) sur le vocabulaire de la hiérarchie du travail en Provence a permis de mettre en lumière la complexité d’une étude des relations au travail qui ne tienne pas compte de la polysémie de mots tels que « maître » et « compagnon » et de la multiplicité des situations évoquées par nos sources. La présentation par Matthieu Scherman (doctorant Université de Paris-VII) des déclarations présentées par les artisans de la ville pour la compilation de l’estimo de Trévise (1459-1460) a permis de vérifier concrètement ces deux points.

2Un deuxième thème a été celui de l’organisation des espaces de production (sujet sur lequel j’ai présenté à la Semaine d’histoire économique de l’Institut Datini de Prato (avril 2002) un rapport consacré à l’organisation du marché d’énergie lié à l’activité des moulins). L’espace envisagé était celui de l’Ouest de la France, région frontière entre deux zones économiques rivales, le monde anglo-normand, distribué autour de la Manche, voie maîtresse du commerce européens aux XIVe-XVe siècles, et l’espace parisien, dont la croissance est liée directement au pouvoir de la monarchie française ; cette enquête devrait se poursuivre en 2002-2003. La troisième direction est celle d’une histoire des procédés de production : les exposés de Sophie Desrosiers sur la soierie et de Dominique Cardon (CNRS-Lyon) sur la teinture ont permis de mesurer encore une fois l’importance d’une maîtrise des problèmes techniques pour une étude des économies préindustrielle. Le thème des industries textiles, draperie de laine en particulier, a été présent dans la plupart des séances. Par l’abondance de données d’archives en tous genres et la variété des problèmes, techniques, économiques et sociaux qu’il pose, ce secteur constitue une voie d’accès sans équivalent aux réalités du monde du travail à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. Véronique Terasse a ainsi exposé les résultats de ses recherches sur la draperie provinoise au début du XIVe siècle, montrant à la fois l’importance considérable de cette industrie, qui fit de la ville l’une des plus peuplées du royaume de France avant la Peste noire, et les relations complexes que ce centre entretint avec les foires de Champagne et avec la métropole parisienne voisine. Plusieurs séances furent consacrées aux draperies de Normandie et de la vallée de la Seine, avec des interventions de Jacques Bottin (CNRS-Paris) et Jean-Louis Roch (Université de Rouen). La mise en perspective de l’évolution de plusieurs centres drapants et la question posée de l’existence d’une région économique connaissant plusieurs conformations successives aux cours des XIIIe-XVIe siècles a permis de sortir d’une histoire économique des textiles constituée de monographies de centres de production. Ce qui apparaît dans cette enquête en cours, c’est la nécessité de ne pas se contenter d’une approche spatiale de l’offre de production, qui ne permet pas d’aller au-delà d’une simple géographie des métiers, et d’inscrire l’activité productive dans une étude spatiale de la consommation et du marché du travail. Pour développer cette analyse, le séminaire de l’année 2002-2003 s’intéressera de près aux documentations commerciales (correspondances et comptabilités).

Publications

  • « Innovation technique et genèse de l’entreprise dans la métallurgie européenne (XIIIe-XVIe siècles) », Histoire, Économies et Sociétés, 20, 2001, p. 447-454.
  • Avec J. Bottin, « Autour de Rouen et Paris : modalités d’intégration d’un espace drapier (XIIIe-XVIe siècles) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 48, 2001, p. 162-191.
  • « Innovation, organisation industrielle et marché du fer en Valtelline (XIIIe-XIVe siècles) », dans La sidérurgie alpine en Italie (XIIe-XVIIe siècles), sous la dir. de P. Braunstein, p. 315-251.
  • « Disparition ou conservation des sources et abandon de l’acte écrit : quelques observations sur les actes de Jumièges », Tabularia. Sources écrites de Données textuelles dans la Normandie médiévale (<www.uni-caen.fr/mrsh/crahm/revue/tabularia/arnoux.html>).
  • « Impasses, enjeux et nécessités d’une histoire économique du Moyen Âge », Historiens et Géographes, 378, 2002, p. 141-148.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 267-269.

Référence électronique

Mathieu Arnoux, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15654

Haut de page

Auteur

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals