Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des pratiques de commandement

Yves Cohen
p. 275-278

Texte intégral

Yves Cohen, maître de conférences

Histoire comparée des pratiques : industrie et relations sociales ou politiques (France et Union soviétique, 1900-1950)

1Ce séminaire mensuel a été l’occasion d’accentuer l’effort de concevoir une analytique historique des pratiques ou, dit autrement, une histoire saisie à travers les pratiques analysées. L’enjeu n’a rien de formel. Il s’agit là de poursuivre une tentative historienne d’intervenir dans le mouvement de remise en chantier des sciences sociales depuis l’abandon des grands paradigmes qui ont animé le XXe siècle et qui tombent de ce fait dans l’objet de la recherche historique contemporaine. L’orientation choisie consiste à prendre les pratiques au sérieux. Non pas de tout revêtir du terme de pratique comme un mot commode pour dire, par exemple, qu’on ne se soucie pas des théories. Non pas non plus de parer des propos généraux sur le social du terme de « pratiques sociales ». Prendre les pratiques au sérieux, comme outil de remise à zéro de l’investigation historique interprétative, signifie passer à une analytique des pratiques destinée à saisir à la fois comment l’histoire est formée de ces pratiques et ce que l’histoire fait à ces pratiques. Dès lors, leur caractère éventuellement « social » devient une question ouverte et perd son statut de donnée. Il s’agit d’identifier des éléments pertinents pour lesquels le siècle a fait histoire. La discursivité y prend place comme un élément parmi les autres au sein de pratiques qui n’ont pas forcément de fins discursives (l’activité technique ou guerrière, le travail...) et aussi comme une pratique possédant ses propres régularités.

2D’autres éléments constitutifs des pratiques ont été identifiés de ce point de vue analytique : la relation sans cesse problématique aux objets de l’action, eux-mêmes toujours problématiques, la prise de référence pour l’action, la relation à l’espace, la relation au temps, l’ordonnance du cours de l’action, les modes d’existence des savoirs au sein de l’action, les logiques de mise en forme, les modalités de coordination et de conflictualité du rapport aux autres, la diversité des instances de jugement, pour ne mentionner que ceux-ci. C’est en fonction de ces éléments de pratique que tentative est faite de recomposer entièrement les histoires du taylorisme et plus largement de la gestion, du communisme et de certaines psychologies. Le séminaire a poursuivi dans ce sens le dialogue avec l’ergonomie cognitive dont certains praticiens travaillent depuis des années dans le sens voisin d’une « anthropologie cognitive » ou « praxéologie empirique » (invitation de Jacques Theureau, CNRS et Université de technologie de Compiègne). Quelques autres éléments de la pratique ont été envisagés de façon plus spécifique. Le séminaire a abordé l’histoire des relations entre le plan et l’action comme une forte particularité du XXe siècle. L’écrit a été également étudié à partir d’un remarquable numéro récent des Annales. Histoire, Sciences sociales : on a pu ainsi relever combien les pratiques de la bureaucratisation au XXe siècle ont contribué de façon majeure à une inflexion de l’histoire de l’écriture marquée par l’irruption bouleversante de l’ordinateur. Un accent a été placé sur la question de la distance dans les pratiques de gouvernement (industriel et territorial, dans les entreprises et des pays comme l’Union soviétique), avec la coopération de Miriam Levin, professeur à l’Université Case Western Reserve de Cleveland. Une nouvelle séance commune avec le séminaire de Laurent Thévenot a permis de faire le point sur la question de la personne, comme sujet problématique de l’action et comme support d’autorité dans les grandes organisations bureaucratisées du XXe siècle. Nous n’avons pas non plus manqué au principe de réflexivité dans les sciences sociales, grâce à l’invitation faite à Claire Lemercier (CHARM), d’exposer les principes les plus répandus de l’histoire de réseaux, en ceci qu’elle n’est apparemment pas miscible avec une histoire des pratiques. Les voies d’une coopération ne paraissent pourtant pas fermées, comme quelques exemples évoqués l’ont montré.

L’entreprise et l’organisation : histoires, acteurs et pratiques de travail au regard de plusieurs disciplines

3Cette année, le séminaire collectif a poursuivi son étude des formes historiques et contemporaines du travail en interrogeant diverses sciences sociales – l’histoire, la sociologie et l’anthropologie – et la recherche en gestion. À chaque fois s’est posée la question du travail sur le travail mené au sein de telle ou telle de ces sciences. L’histoire a été interrogée sur la capacité de ses sources de permettre d’accéder aux pratiques autres que la fabrication même de ces sources (à propos de l’étude de la brouette comme technique du corps rejetée par les Égyptiens sur le chantier du canal de Suez [Nathalie Montel], ou bien à propos de l’accès à la pensée de la pratique comme prévision et anticipation dans l’organisation de la production entre les deux guerres [Yves Cohen]). On a interrogé la sociologie sur les formes de ses enquêtes (en particulier le rapport entre le biographique et l’observation in situ) et sur leur contribution à la formation du discours sociologique (à propos des tensions entre les générations au travail dans les centrales nucléaires – Pierre Fournier). Enfin, la recherche en gestion a été interrogée sur sa position par rapport à la prescription et à la critique issue du terrain et des sciences sociales (à propos de récents travaux sur les fondements des sciences de gestion [Armand Hatchuel]). Une grande discussion nous a occupés à propos de la notion d’agency (relative à la participation à l’action des objets, de l’espace et des personnes), telle qu’elle a été développée dans des travaux récents de sociologie et d’histoire des sciences et des techniques. La question s’est encore posée de savoir comment traverser les sources pour accéder à une représentation fiable des différentes formes d’agency, en particulier à propos de la réification de la domination masculine (Delphine Gardey). Ces questions étaient toutes à l’œuvre dans d’autres points d’application de nos discussions, traitant de la comparaison des trajectoires de l’activité féminine et du travail des femmes en France et en Allemagne (Isabel Georges), de la sociologie du risque sanitaire et de la traçabilité dans les abattoirs (Séverin Muller) et de l’étude historique des rapports entre management et métiers dans une grande maison d’édition comme Hachette (Jean-Philippe Mazaud).

4Deux questions ont émergé cette année, qu’il conviendra de reprendre sous des formes nouvelles. Tout d’abord, les participants du séminaire ont convenu de l’intérêt de travailler sur la remise en question d’une opposition simple entre théorie et pratique. Nous aurions plutôt affaire à des packages formés d’objets, de hiérarchies, de savoirs, de problématisations locales des situations, de recours à des références théoriques prises dans l’« essoreuse » de la pratique, de personnes qui résistent plus ou moins aux initiatives des autres, de cours d’action qui sont des flux d’actes simultanés et successifs formant les uns avec les autres des collectivités d’action plus ou moins coopératives ou conflictuelles. L’étude des formes de pouvoir et de domination (sans être rabattues uniquement sur des techniques) devrait être réinvestie dans celle de ces ensembles. Ensuite, un grand nombre d’entre nous allient de façon délibérée une perspective historique en profondeur et une expérience ethnologique. Il s’agit là d’une association émergente et nullement pensée au départ comme une entreprise commune ou un trait commun. Cette réunion de l’histoire prise au sérieux et de l’intervention dans le présent appellera notre attention pour en saisir et en développer toute la portée scientifique et critique.

Publications

  • « Commander à distance et en présence (en France et en Union soviétique avant la Seconde Guerre mondiale) : l’innovation est-elle seulement technique ? », dans 8e Journées d’histoire de la comptabilité et du management, Poitiers, Institut d’administration des entreprises, 2002.
  • Compte rendu : M. A. Beale, « The modernist enterprise. french elites and the threat of modernity, 1900-1940 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48, 2-3, 2001, p. 373-376.
  • Compte rendu : S. Kott, Le communisme au quotidien. Les entreprises d’État dans la société est-allemande, Paris, Belin, 2000 (Annales. Histoire, Sciences sociales, 57, 4, 2002, p. 1131-1134).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Cohen, « Histoire des pratiques de commandement », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 275-278.

Référence électronique

Yves Cohen, « Histoire des pratiques de commandement », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15657

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals