Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés

Nancy L. Green, François Weil, Giovanna C. Cifoletti et Élisabeth Lage
p. 282-284

Texte intégral

Nancy L. Green, directrice d’études

L’histoire comparée et les migrations contemporaines

1Nous avons clos, cette année, une série de réflexions sur la façon dont la pensée migratoire a été élaborée depuis un siècle (Repenser les migrations). Sous un regard comparatif et critique nous avons passé en revue des concepts-clefs de l’historiographie qui ont servi à analyser des phénomènes à la fois économiques et culturels. En proposant une méthodologie comparative, et en s’appuyant sur la littérature américaine et française, nous avons préconisé une manière de repenser l’histoire des migrations qui intègre des notions trop souvent opposées et qui, last but not least, réintègre les femmes dans cette épopée séculaire.

2Dans la lignée de ces propositions, comparer, par exemple, la façon dont les catégories « religion » et « ethnicité » fonctionnent pour expliquer l’immigration en France et aux États-Unis ou examiner la formation de quartiers ethniques à Chicago, Detroit ou Boston permettent de réinterroger l’histoire et l’historiographie. L’émergence d’une catégorie ou d’une autre (y compris « ghetto », catégorie si contestée depuis l’ouvrage classique de Louis Wirth) n’est pas immuable et comporte en elle-même des évolutions souvent oubliées. L’analyse des transformations et tensions sociales qui peuvent accompagner les immigrations ne doit pas être univoque.

3Nous avons également poursuivi, comme les années précédentes, des interrogations sur le marché du travail et les immigrés, en analysant les différentes catégories du travail – immigrés, travailleurs libres et esclaves – au sein des fonderies américaines au XIXe siècle (Anne Knowles, George Washington University) et la place notamment des Italiennes en Argentine, Uruguay et au Brésil (Carina Frid, Universidad nacional de Rosario). Nous avons pu poser une série de questions concernant le vécu des immigrés et les politiques à leur égard : la santé et les rapports entre médecine traditionnelle et américaine (Evelyn Ackerman, CUNY Graduate Center, New York) ; les migrations forcées depuis un siècle et les notions de sécurité d’État et d’homogénéité de la nation (Philip Ther, Center for Comparative History, Berlin). Enfin, Dorothee Schneider (Université d’Illinois à Urbana-Champaign) a fait une série de conférences concernant l’immigration aux États-Unis, interrogeant les perceptions des autorités face aux femmes et aux pauvres et la construction d’une notion du « bon citoyen ».

4Les 7-8 décembre 2001 nous avons organisé un colloque international à l’EHESS – « Citoyenneté et émigration » – pour lancer un nouveau thème de recherche sur les politiques d’émigration à la suite du séminaire collectif avec François Weil. Au cours d’un séjour au Center for European Studies à New York University et à un colloque à Princeton University, nous avons esquissé la façon dont cette approche renverse le regard trop souvent centré sur l’immigration afin de questionner, à nouveaux frais, la citoyenneté et la façon dont pays et sociétés perçoivent ceux qui partent. En même temps, des conférences données à la New School University et à la Faculté de droit de Columbia University ont été l’occasion d’exposer des résultats d’une recherche en cours sur les « autres » Américains à Paris (juristes, hommes d’affaires) pendant la première moitié du XXe siècle.

Publications

  • Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002, 138 p.
  • « The comparative gaze. Travelers in France before the era of mass tourism », French Historical Studies, 25, 3, été 2002, p. 423-440.
  • « Paris. A historical view », dans Unravelling the rag trade : Immigrant entrepreneurship in seven world cities, sous la dir. de J. Rath, Oxford, Berg, 2002, p. 29-47.
  • « Religion et ethnicité, De la comparaison spatiale et temporelle », Annales. Histoire, Sciences sociales, 57, 1, 2002, p. 127-144.

Nancy L. Green et François Weil, directeurs d’études

Histoire et historiographies franco-américaines

5Séminaire suspendu durant l’année universitaire 2001-2002.

Giovanna C. Cifoletti et Élisabeth Lage, maîtres de conférences

Femmes de sciences et monde contemporain

6Le séminaire a débuté par l’examen des recherches sociologiques qui illustrent la progression fulgurante des filles dans l’enseignement scolaire et universitaire, en France comme dans le monde, depuis un siècle.

7La psychologie différentielle, et les apports de la génétique, ont cristallisé les différences des capacités intellectuelles entre les sexes par des décennies de recherches qui ne résistent pas à l’examen des faits. L’égalité de la performance des filles et des garçons dans les résultats scolaires en mathématiques au niveau de l’enseignement primaire et secondaire bouscule les visions stéréotypées. Cependant, la pensée de sens commun, relayée par les média, renforce la vision traditionnelle. Néanmoins, les différenciations importantes entre les sexes subsistent dans l’orientation professionnelle et les intérêts intellectuels spontanés. Ces résultats témoignent d’une dynamique complexe dans le changement social, apparu à travers les enquêtes sociologiques, dynamique où interviennent des phénomènes identitaires et normatifs, reflétant des processus d’influence minoritaires, qui exercent surtout un impact dans les milieux urbains.

8Nous avons poursuivi la réflexion par un aperçu de la situation des femmes sur le marché du travail en Roumanie. Ligia Amancio, professeur invité à l’EHESS par le Laboratoire de psychologie sociale, a ensuite exposé la situation professionnelle des femmes scientifiques dans les universités portugaises. Notre collègue du CNRS, Catherine Goldstein, a prolongé cette réflexion par un aperçu de l’histoire et des activités de l’association française « Femmes et mathématique » et en apportant des données statistiques supplémentaires sur la présence des femmes dans les carrières scientifiques. Paula Findlen, professeur invité au Centre Alexandre-Koyré, a complété le débat par un éclairage historique, traitant d’une illustre physicienne de Bologne du XVIIIe siècle, l’académicienne Laura Bassi, devenue le symbole de la ville.

9Nous entendons continuer cette analyse sous forme d’un groupe de travail, en examinant la situation professionnelle des femmes en sciences sociales, en France et dans d’autres pays européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy L. Green, François Weil, Giovanna C. Cifoletti et Élisabeth Lage, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 282-284.

Référence électronique

Nancy L. Green, François Weil, Giovanna C. Cifoletti et Élisabeth Lage, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15659

Haut de page

Auteurs

Nancy L. Green

Articles du même auteur

François Weil

Articles du même auteur

Giovanna C. Cifoletti

Articles du même auteur

Élisabeth Lage

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals