Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des modèles culturels

Jacques Revel
p. 284-286

Texte intégral

Jacques Revel, directeur d’études

Les problèmes d’historiographie contemporaine

1Le séminaire de cette année a été consacré à une réflexion sur les usages du cas singulier dans les pratiques des historiens. La question est posée depuis les origines de l’historiographie occidentale. C’est parce que l’histoire serait vouée à la connaissance du particulier qu’elle est, aux yeux d’Aristote, une modalité de connaissance limitée puisqu’elle n’a pas accès au « général », c’est-à-dire au registre de la vraisemblance ou à celui de la nécessité (Poétique, 1451b). Cette opposition, plusieurs fois reformulée dans des contextes très différents les uns des autres, est durablement attestée. Elle se retrouve dans l’opposition entre savoirs idiographiques et sciences nomothétiques telle que l’a élaborée la pensée allemande à la fin du XIXe siècle. Elle a été reprise par Jean-Claude Passeron qui, dans Le raisonnement sociologique (1991), place l’ensemble des sciences sociales sous le registre du déictique.

2Les historiens ont pourtant pensé pouvoir échapper à la contrainte de la pensée par cas pendant une bonne partie du XXe siècle. Suivant les prescriptions formulées par François Simiand en 1903, une bonne part de l’histoire sociale, en France en particulier, a eu l’ambition de se défendre de la vieille fascination pour les cas individuels et de se donner les moyens de réfléchir sur des régularités observables à partir du traitement d’agrégats statistiques, même si elle n’a qu’exceptionnellement renoncé à l’exemplification et aux études de cas. Enfin, depuis une bonne vingtaine d’années, le cas paraît faire retour sous d’autres formes, revendiquées cette fois, dans la pratique des historiens : la micro-histoire, l’Alltagsgeschichte n’ont été que les formes les plus visibles de ce retour auquel ne correspondent pas, d’ailleurs, des usages unifiés.

3Ce sont les divers usages de la pensée par cas qui, dans un premier moment, ont fait l’objet d’un repérage en même temps que l’on s’efforçait de caractériser les modes de raisonnement et, éventuellement, de généralisation qui leurs sont attachés.

4La seconde partie du séminaire a été consacrée à l’exemple particulier de la biographie. Après avoir caractérisé quelques moments du genre biographique dans l’historiographie, on s’est plus particulièrement attaché au traitement de la biographie du point de vue de l’histoire sociale et, enfin, aux formes d’expérimentation qu’elle est susceptible de permettre aujourd’hui, à partir d’un certain nombre d’exemples concrets. Comme chaque année, le séminaire a pu bénéficier de l’intervention active de quelques-uns des participants : de David Schreiber (assistant-moniteur), de Serena Ferente (École normale supérieure de Pise), ainsi que de Claudia Ulbrich (Freie Universität, Berlin), et de Sabina Loriga.

Publications

  • Avec G. Levi, éd. Political uses of the past. The recent Mediterranean experience, Londres-Portland, Frank Cass, 2002, 125 p.
  • « Alexandre Eckhardt », dans Rencontres intellectuelles franco-hongroises. Regards croisés sur l’histoire de la littérature, sous la dir. de P. Sahin-Tóth, Budapest, Collegium Budapest (Workshop Series), 10, 2001, p. 251-263.
  • « Raconter et connaître », dans Histoire, récit, mémoire, sous la dir. de I. Znepolski, Sofia, Maison des sciences de l’homme et de la société, 2001, p. 17-55 (en bulgare).
  • « Retour sur l’événement », dans Le goût de l’enquête. Pour Jean-Claude Passeron, sous la dir. de J.-L. Fabiani, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 95-118.
  • Avec F. Hartog, « Historians and the present conjuncture », dans Political Uses of the Past, sous la dir. de G. Levi et J. Revel, Mediterranean Historical Review, 16, 1, 2001, p. 1-12.
  • « Die Annales », dans Kompass der Geschichswissenschaft, sous la dir. de J. Eibach et G. Lottes, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, p. 23-37.
  • « Une condition marrane ? », Annales. Histoire, Sciences sociales, 57, 2, 2002, p. 335-345.
  • Avec M. de Certeau et D. Julia, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois. L’enquête de Grégoire (1790-1794), rééd. augmentée d’une postface de D. Julia et J. Revel, Paris, Gallimard (Folio), 2002 (1er éd. 1975).
  • « Préface » à Louis Pérouas, Les Limousins et leurs prêtres depuis cinq siècles, Treignac, Les Monédières, p. 7-12.
  • « Exercendo un ofício », História oral, 5, 2002, p. 185-199 (entretien avec Manoel Luiz Salgado Guimarães).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Revel, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 284-286.

Référence électronique

Jacques Revel, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15661

Haut de page

Auteur

Jacques Revel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals