Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire intellectuelle de l’Europe moderne

Jean-Pierre Cavaillé
p. 293-295

Texte intégral

Jean-Pierre Cavaillé, maître de conférences

Théories et pratique du secret et de la tromperie à l’époque moderne : pratiques libertines

1Sur la base d’une réflexion collective précédemment consacrée à l’hypothèse straussienne d’un art d’écrire propre aux temps de persécution, nous avons étudié cette année les pratiques d’écriture du début de l’époque moderne taxées, par les contemporains et/ou par l’historiographie, de « libertinage ».

2Le terme convoyant, dès le XVIe siècle, les idées conjointes de désordre moral et d’incrédulité, nous avons travaillé sur les relations que ces textes entretiennent avec des conduites et des comportements eux-mêmes stigmatisés comme « libertins ». Ainsi nous sommes-nous intéressé aux pratiques discursives et d’écriture condamnées à la fois pour leur impiété et leur immoralité, et en particulier au blasphème, dénoncé et en effet sciemment pratiqué, de manière tonitruante (Roquelaure) ou allusive, comme une mise en cause tout à la fois de la vérité du christianisme et de l’autorité religieuse et civile. Nous nous sommes également interrogé sur la signification de la valorisation, dans la littérature clandestine ou semi-clandestine, de pratiques sexuelles réprouvées voire jugées contre nature par la morale chrétienne, en particulier la sodomie. C’est ainsi que nous nous sommes arrêté sur le Journal de Jean-Jacques Bouchard et sur l’Alcibiade enfant à l’école du philosophe Antonio Rocco, où nous est apparu avec une grande évidence combien l’éloge, burlesque ou non, de ces pratiques est absolument indissociable de l’énoncé des thèses philosophiques qui jouent un rôle véritablement fédérateur dans la constitution d’une culture affranchie du christianisme (imposture politique des religions, mise en cause de l’immortalité de l’âme, promotion de la seule loi naturelle comme norme morale, etc.).

3Nous avons ainsi été amené à mettre profondément en cause la distinction entre « libertinage érudit » et « libertinage de mœurs », établie principalement dans l’historiographie par René Pintard, et qui reste encore aujourd’hui un lieu commun de la recherche. Nous sommes alors parti de plus haut, en conduisant une réflexion critique sur la constitution, dans l’historiographie de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, de la catégorie de libertinage, et il nous est apparu combien celle-ci était déterminée, jusque dans ses appréciations apparemment les plus objectives, par la figure négative du libertin dessinée dans la littérature apologétique, et tout particulièrement dans La doctrine curieuse des beaux esprits du jésuite François Garasse, l’accusateur de Théophile. Une lecture attentive de ce dernier texte nous a cependant conduit à mettre également en question une historiographie plus récente, qui présente l’amalgame libertin de l’immoralité et de l’impiété libertin comme une projection fantasmatique d’apologètes nourris de littérature patristique et de controverse théologique. En effet, tous les éléments constitutifs de la « doctrine curieuse » présentés par Garasse se trouvent bien dans les sources qu’il cite (ce qu’il nomme la « bibliothèque des libertins ») et la littérature clandestine du temps, à commencer par la mise en cause simultanée des mœurs, des lois et vérités chrétiennes, appuyée sur une solide base naturaliste. Mais il est vrai que, face aux accusations extrêmement graves portant en même temps sur les mœurs et sur l’écriture, les auteurs développent une stratégie de dissociation, dont on peut mettre en doute la bonne foi (eu égard aux pratiques d’écriture réelles et aux convictions philosophiques des auteurs), mais qui est indéniablement l’un des principes de ce que l’on appellera la littérature : « Faire des vers de sodomie », écrit Théophile emprisonné et menacé du bûcher, « ne rend pas un homme coupable du fait ; poète et pédéraste sont deux qualités différentes. »

4Divers exposés sont venus enrichir la discussion et apporter de nouveaux objets : Didier Foucault est intervenu sur les libertins spirituels du XVIe siècle stigmatisés par Calvin, Stéphane Van Damme sur l’affaire Théophile, Isabelle Moreau sur le Francion de Charles Sorel, Filippo D’Angelo sur le roman comique libertin en première personne et Tristan Dagron sur Clidophorus (Porte-clé) de John Toland, édité par ses soins.

Publications

  • Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto. Religion, morale et politique au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2002.
  • Le philosophe antichrétien, manuscrit anonyme de la bibliothèque de l’Arsenal (XVIIe siècle), établissement du texte, note et postface, Paris, Les Amis de Paris Zanzibar, 2001.
  • « Les libertins : l’envers du Grand Siècle », dans Quelques Dix-septième siècle : fabrications, usages et réemplois, sous la dir. de C. Jouhaud, n° sp. de Cahiers du Centre de Recherches historiques, 28-29, 2002, p. 11-37.
  • « De la dissimulation honnête », Sigila, 8, 2001, p. 65-80.
  • « Libertinage et dissimulation, quelques éléments de réflexion », Libertinage et Philosophie au XVIIe Siècle, 5, 2001, p. 57-82.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Cavaillé, « Histoire intellectuelle de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 293-295.

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Histoire intellectuelle de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15665

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals