Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Économie et histoire de la pensée économique, XVIIe-XIXe siècle

Mathieu Arnoux, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu
p. 340-342

Texte intégral

Mathieu Arnoux, Jean-Yves Grenier et Gilles Postel-Vinay, directeurs d’études
Jérôme Bourdieu, chargé de recherche à l’INRA

Formes du travail et de l’entreprise dans la société préindustrielle et industrielle. Le temps de travail

1Le séminaire a poursuivi cette année son enquête sur les formes du travail, en organisant la réflexion autour de quatre pistes.

21) Retournant sur la genèse de la paresse moderne, la lecture du poème Pierce Plowman, de William Langland (texte écrit en Angleterre vers 1360-1388), où se donne à voir le désarroi d’un monde dont l’ordre repose sur le travail, dorénavant dévalué, de Pierre le Laboureur, montre combien, avant même que s’élabore la notion morale de pigritia, la crise consécutive à la Peste noire met à mal l’antique structure féodale où le rôle du travail comme l’une des trois fonctions du chrétien ne laissait aucune place à la paresse comme possible comportement individuel.

3Une séance a ensuite été consacrée à la lecture d’un texte de M. Arnoux sur le salariat médiéval, reprenant les thèmes du séminaire de l’année précédente sous la double perspective d’une typologie des relations contractuelles, et de la place tenue par cet ensemble de conventions dans l’organisation des sociétés de la fin du Moyen Âge.

4L’analyse de documents des XIVe et XVe siècles consacrés au travail minier a permis une réflexion documentée sur le lien entre temps de travail et rémunération. Elle montre la très grande précocité, dans ce secteur d’avant-garde, de l’évolution vers un contrat de travail précis et avantageux pour les techniciens ; mais en même temps, l’apparition dans les textes relatifs à la mine de Pampailly (1453) de la notion de « piarde » (le mot signifie pioche), qui renvoie à la fois à un temps de travail, à une unité de rétribution et à une équipe d’ouvriers, vient confirmer l’extrême plasticité des mots relatifs au travail salarié, qui fonctionnent comme référence polysémique communément acceptée dans un monde marqué par la convention plus que comme clés univoques pour la description de l’organisation du travail et des processus de production.

52) Le dossier des fêtes religieuses en France et en Italie (grâce au questionnaire réalisé par Benoît XIV auprès de théologiens et de prélats) et de leur diminution progressive entre 1660 et la fin du XVIIIe siècle a permis de s’intéresser aux dimensions non économiques du temps de travail. Il a en particulier permis de montrer comment s’est constitué un argumentaire économique à fondement utilitariste, souvent accepté ou toléré par l’Église.

63) Une ouverture sur les questions du travail dans les pays en développement d’aujourd’hui a permis d’offrir des termes de comparaison aux multiples situations historiques déjà étudiées. La question des ouvriers migrants en Chine (I. Thireau), a été l’occasion d’une réflexion plus générale sur la notion de travail en Chine, ses multiples hiérarchisations et la contrainte, en voie d’assouplissement, qui pèse sur la mobilité afin de garantir – au moins en apparence – un objectif politique de plein emploi. Les ouvriers migrants, dans cette perspective, ont une place particulière. En particulier, la question du temps de travail est pour eux essentielle, comme en témoignent leurs lettres de plainte pour dénoncer les trop longues journées de travail, mobilisant des normes de jugement relevant de registres très variés. Une réflexion du même type sur la nature du travail a été entreprise sur le cas d’Abidjan (M. Le Pape) qui a mis en évidence une dialectique entre travail régulier (salariés de l’administration ou d’entreprise, en général Ivoiriens dotés d’un petit capital scolaire) et travail informel, distinction qui s’est brouillée avec la crise des années 1980-1990 au profit d’une multiplication des statuts intermédiaires. Le dernier exemple étudié est celui d’une usine agroalimentaire (268 ouvriers) située dans le sud de l’Inde (D. Picherit). La fragmentation y domine également avec des ouvriers permanents, des journaliers et des mukhadam (souvent tenus par leurs dettes). Même cette trop simple classification oblige à s’intéresser aux formes concrètes prises par les rapports sociaux dans l’usine, où le non-dit tient une place importante.

74) L’évolution longue de la durée du travail pose la question des raisons de son accroissement général avec l’industrialisation en Europe, entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle. L’ouvrage de H. J. Voth, Time and work in England, 1750-1830 (Oxford, 2000) a été présenté car il s’agit d’une contribution importante à la fois pour le constat empirique (il suggère une nouvelle manière de mesurer la durée) et pour l’interprétation qu’il propose (il reprend l’idée de Brewer et Porter sur le rôle décisif du renouvellement des biens de consommation). La discussion a porté sur sa définition du rapport au temps – point central de son argumentation –, de plus en plus soumis à des exigences de rentabilité et, par là même, arraché à toute autre détermination.

8La phase de réduction de la durée du travail qui s’amorce au cours de la seconde moitié du XIXe siècle conduit à mettre en avant le rôle des organisations collectives et de l’État. Tout ne se joue pas sur le terrain économique car une forte pression pour réduire légalement le temps de travail est due aux médecins et aux institutions qui légitiment leur intervention en se référant aux constats médicaux (J. Bourdieu et B. Reynaud).

9L’analyse de l’enquête de 1892 montre que le processus de réduction du temps de travail est très avancé avant qu’une loi générale ne vienne le sanctionner et que le XIXe siècle ne produise une image inversée par rapport au XVIIIe siècle, avec un temps de travail homogène et des salaires beaucoup plus dispersés. Ce renversement est associé à un changement de la définition économique et sociale du temps et de son rôle dans la coordination des activités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu, « Économie et histoire de la pensée économique, XVIIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 340-342.

Référence électronique

Mathieu Arnoux, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu, « Économie et histoire de la pensée économique, XVIIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15699

Haut de page

Auteurs

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Jean-Yves Grenier

Articles du même auteur

Gilles Postel-Vinay

Articles du même auteur

Jérôme Bourdieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals