Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes, XIXe-XXe siècles

Michael Werner
p. 353-355

Texte intégral

Michael Werner, directeur d’études

Historiographies franco-allemandes et transferts culturels

1Prolongeant les travaux de l’année dernière sur les lieux de mémoire allemands et franco-allemands, le séminaire a porté sur les problèmes de la construction d’un espace mémoriel complexe associant une multitude de lieux ainsi que sur les questions méthodologiques et théoriques liées à cette problématique. Les séances des deux premiers trimestres ont été consacrées à l’analyse d’un cas particulier : Berlin. Nous avons croisé une enquête historique, suivant, en gros, un fil chronologique, sur le développement de l’espace urbain entre le XVIIe siècle et la chute du Mur, et une entreprise d’archéologie de la mémoire enchevêtrée qui s’est progressivement inscrite dans cet espace et dont celui-ci est devenu porteur. Les procédures d’élaboration et de transmission de cette mémoire ont été analysées d’une part dans une série de quartiers à l’histoire spécifique (Dorotheenstadt, Friedrichstadt, Charlottenburg, Rosenthaler Vorstadt, Kreuzberg, Grunewald, Friedenau, Schöneberg), selon une logique de différenciation spatiale, et d’autre part en examinant des mémoires spécifiques disséminées à travers la ville et appartenant à des groupes sociaux comme, par exemple, les ouvriers, les juifs, la bourgeoisie d’affaires, les militaires, etc. Par ailleurs, des thèmes comme les cités-jardins, les politiques urbaines et les projets architecturaux des nationaux-socialistes, les réalisations des administrations communistes de Berlin-Est et les politiques des urbanistes de Berlin-Ouest ont été traités à la fois en tant qu’objets empiriques et en ce qu’ils ont généré des lieux, des monuments ou du mobilier urbain qui, successivement et en se superposant, ont intégré le paysage mémoriel de la ville. Parallèlement, on a évalué l’apport des architectes issus de la tradition du Bauhaus ou encore examiné certains types de lieux comme les cimetières. Enfin, à intervalle régulier, nous avons intercalé des séances portant sur les transcriptions littéraires et artistiques de ces espaces qui ont, à leur tour, contribué à nourrir les mémoires respectives. Des romans de Fontane, Berlin Alexanderplatz de Döblin, Fabian de Kästner, Der geteilte Himmel de Christa Wolf et Der Mauerspringer de Peter Schneider, de même que la peinture expressionniste et celle de la Neue Sachlichkeit ont été analysés sous cet angle.

2Le dernier trimestre de l’année a été consacré à une réflexion sur les questions théoriques et méthodologiques soulevées par l’enquête. Nous avons, d’une part, réexaminé les théories de la mémoire et, de l’autre, analysé les spécificités de l’objet « paysage mémoriel » lorsqu’il est traité par des méthodologies comparatives ou à travers des études de transfert. Les séances portant sur ces questions ont permis de dégager une série d’articulations entre objet et méthode et de repenser certains aspects des politiques de mémoire collective menées, depuis les années 1960, en Allemagne et en France. Renate Schlesier (Université de Paderborn), Claudia Ulbrich (Université libre de Berlin), Hartmut Kaelble (Université Humboldt, Berlin), Philipp Ther (Université libre de Berlin) et Manuela Schwartz (Université de Magdeburg) sont intervenus en cours d’année.

3Par ailleurs, j’ai animé avec Laure Schnapper le séminaire sur « Organisation et mutation du concert et des pratiques musicales au XIXe siècle ». J’ai également coordonné, pendant le premier semestre, le séminaire de doctorants du Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne, et assuré tout au long de l’année, avec Bénédicte Zimmermann, le séminaire de recherche du Centre consacré au thème de l’histoire croisée. Cette problématique a également donné lieu à une journée d’étude que Bénédicte Zimmermann et moi-même avons organisée en mai 2002. Aidé par Esteban Buch, Laure Schnapper et les collègues des autres établissements concernés, j’ai enfin mis en place pour la rentrée 2001 la nouvelle formation doctorale « Musique, histoire, société » qui, outre l’EHESS, réunit l’EPHE, l’ENS et le CNSMP. Cette nouvelle structure a pour objectif de créer un espace de formation pluridisciplinaire, fédérant autour de l’objet musical les musicologues et les spécialistes de sciences sociales. Avec Esteban Buch et Laure Schnapper, j’ai animé le séminaire collectif « Musique et sciences sociales » qui constitue l’un des principaux lieux d’échange et de discussion de la formation doctorale. Simrha Arom, Pierre-Michel Menger, Gilles Dulong, Marie-Noël Colette, Antoine Hennion, Joël-Marie Fauquet, Manuela Schwartz et Roger Chartier ont exposé leurs démarches et points de vue dans le cadre de ce séminaire.

4En novembre 2001, j’ai organisé, en collaboration avec Patrice Veit et Hans-Erich Bödeker, un colloque international à l’Université libre de Bruxelles sur « Concert, lieux et espaces musicaux en Europe, 1700-1920 », qui constitue l’une des étapes du programme de recherche sur « Le concert et ses publics » que nous menons depuis 1998 dans le cadre de la Fondation européenne de la science. Avec Bénédicte Zimmermann, j’ai coordonné les Assises de la recherche française sur l’Allemagne qui ont eu lieu en mars 2002 au siège du CNRS à Paris.

Publications

  • Avec Jan-Christoph Hauschild, Heinrich Heine, München, Deutscher Taschenbuch, 2002, 160 p.
  • « Comparaison et raison. Sur quelques précautions méthodologiques dans l’étude des transferts », Cahiers d’Études germaniques, 41, 2, 2001, p. 9-18.
  • « Deutsch-französische Beziehungen von den Anfängen bis 1803 » et « Deutsch-französische Kulturbeziehungen », dans Handbuch Französisch. Sprache, Literatur, Kultur, Gesellschaft, sous la dir. d’I. Kolboom, T. Kotschi, E. Reichel, Berlin, Erich Schmidt, 2001, p. 566-573 et p. 599-606.
  • « Le concert et ses publics au XIXe siècle : sur quelques mutations de la vie musicale en Europe », Bulletin de la Société des Amis de l’Institut historique allemand/Gesellschaft der Freunde des Deutschen Historischen Instituts Paris, 7, 2002, p. 40-49.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Werner, « Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 353-355.

Référence électronique

Michael Werner, « Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15713

Haut de page

Auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals