Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire de l’Espagne

Bernard Vincent
p. 359-360

Texte intégral

Bernard Vincent, directeur d’études

Les minorités dans l’Espagne moderne

1Nous nous sommes d’abord intéressé à ce qu’a signifié à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle le règne des Rois Catholiques pour les minorités ethniques et religieuses. On sait que juifs et musulmans ont fait l’objet de mesures d’expulsion des territoires espagnols mais on oublie généralement que les gitans ont subi un traitement identique et que les guanches, les habitants des îles Canaries, ont été exterminés au point que le terme de génocide s’applique à leur cas. Il y eut donc mise en place d’une politique globale en rupture avec celle traditionnellement adoptée au cours du Moyen Âge.

2La question des élites morisques – les descendants des musulmans convertis au christianisme au début du XVIe siècle –, de la réalité de leur assimilation, de leur collaboration ou de leur résistance, nous a longuement retenu. Des travaux récents ont insisté sur leur bonne intégration au sein de la société vieille-chrétienne. Et de fait une telle vision s’insère dans une présentation d’ensemble des sociétés ibériques d’Ancien Régime, laboratoire de métissages de toutes sortes. Il nous semble que l’on est allé trop loin dans cette voie pour avoir oublié les innombrables manifestations de préjugés et de rejets. Dans le cas des élites grenadines, aucun critère (alliances matrimoniales, lieux de résidence, choix politiques) ne permet de conclure à une vraie fluidité entre société majoritaire et communauté minoritaire. Si deux ou trois familles parviennent à accéder à des positions flatteuses et à (presque) faire oublier leurs origines, la plupart perdent à la fois rang, prestige et fortune. Le cas des Muley, descendants des princes mérinides marocains devenus épiciers à la fin du XVIe siècle, est paradigmatique.

3Les missions conduites par différents ordres religieux (dominicains, franciscains, jésuites, carmes) en milieu morisque ont aussi fait l’objet d’un examen. Nous en avons dégagé deux enseignements principaux. L’échec global de ces entreprises est en grande partie imputable aux dissensions entre institutions et acteurs chrétiens. Les religieux suscitent souvent la méfiance, voire l’opposition d’évêques désireux de conserver le contrôle absolu de la catéchèse. Par ailleurs le soutien de la couronne, très fluctuant, dépendait de la qualité des relations établies avec le monde musulman. Dans ces conditions la marge de manœuvre était limitée.

4Nous avons bénéficié dans le courant de l’année des exposés d’Hilario Casado (Université de Valladolid), qui a présenté ses recherches sur la famille Bernuy, juifs castillans qui ont fait fortune dans le commerce du pastel et qui, de Burgos à Anvers en passant par Toulouse, ont constitué des réseaux complexes et efficaces. Enrique Sanchez, dont la thèse porte sur la politique visant les minoritaires dans le ressort du tribunal inquisitorial de Carthagène des Indes, a montré que l’intérêt des inquisiteurs pour les protestants et les musulmans avait été aussi vif et constant que celui porté aux judaïsants. Enfin Ronny Viales (Université du Costa Rica) et Marta Bonaudo (Université de Rosario) ont fait le point sur leurs travaux dans le domaine de l’histoire politique du XIXe siècle.

Publications

  • « L’expulsion des morisques », dans Calderón de la Barca y la España del Barroco, sous la dir. de E. Belenguer Cebria et J. Alcala Zamora, Madrid, Centra de estudios políticos y constituciónales y sociedad estatal España nuevo milenio, II, 2001, p. 505-513.
  • « Le culte des saints noirs dans le monde ibérique », dans Ritos y ceremonies en el mundo hispáno durante la Edad Moderna, sous la dir. de D. Gonzalez Cruz, Huelva, 2002, p. 121-132.
  • Avec P. Boutry, dir., Les chemins de Rome. Les visites ad limina à l’époque moderne dans l’Europe méridionale et le monde hispano-américain (XVIe-XIXe siècle), Rome, École française de Rome, 2002, 275 p.
  • Avec R. B. Sanchez-Blanco, « Estudio preliminar » à Jaime Bleda, Corónica de los moros en Espana, fac-similé de l’édition de 1618, Valence, Universidad de Valencia, 2001, p. 9-47.
  • « L’élevage dans le royaume de Grenade », dans Herbajes, trashumantes y estantes, sous la dir. de J. P. Diaz Lopez et A. Munoz Buendia, Almeria, Instituto de estudios alumerienses, 2002, p. 17-23.
  • Préface à J.-P. Zúñiga, Espagnols d’outre-mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Chili au XVIIe siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 2002, p. i-v.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Vincent, « Histoire de l’Espagne », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 359-360.

Référence électronique

Bernard Vincent, « Histoire de l’Espagne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15720

Haut de page

Auteur

Bernard Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals