Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire des pratiques politiques et juridiques sous l’Ancien Régime

Jean-Frédéric Schaub
p. 361-365

Texte intégral

Jean-Frédéric Schaub, maître de conférences

L’Europe du Sud

1Cette année, le séminaire a permis de conclure le dossier sur les racines hispaniques de l’absolutisme français. Les discussions pour la fin de la préparation de l’ouvrage dont la publication doit intervenir en janvier 2003 nous ont occupé toute l’année. Une première enquête historiographique a porté sur le traitement de la question par les historiens français du XIXe siècle. En effet, la formulation du problème dérivait de l’assertion d’Ernest Lavisse sur Louis XIV : « Il était de France, mais d’Espagne tout autant et même davantage [...] Ni le sérieux continu n’est de chez nous, ni cette naturelle hauteur, ni l’ordre hiératique imposé à la cour, dont Anne d’Autriche regrettait la confusion et le sans-gêne, ni la distance du roi au reste des hommes, ni le mélange de luxure et de dévotion, ni le gouvernement par le cabinet et par les bureaux, ni l’ambition de paraître dominer l’Europe, ni la politique de se mêler à toutes les affaires, ni la totale confusion de l’État et de la religion, où semblent vivre les souvenirs des autodafés d’Aragon ou de Castille, ni Versailles, enfin, domicile, comme l’Escurial, d’une majesté qui s’isole hors de la vie commune pour n’habiter qu’avec elle-même [...] C’est d’Espagne-Autriche, semble-t-il plus encore que de France que Louis XIV a reçu son orgueil énorme, invraisemblable, pharaonique ; mais des circonstances historiques françaises ont éveillé et surexcité en lui le sentiment atavique. » Nous nous sommes d’abord attaché à reconstruire la généalogie de ce jugement, en retrouvant des formulations du problème dans les œuvres de Jules Michelet et d’Edgar Quinet. Puis nous avons formé l’hypothèse d’une filiation, depuis les écrits pamphlétaires du Refuge protestant de la fin du XVIIe siècle jusqu’à l’historiographie républicaine. Nous l’avons confrontée avec une autre traduction textuelle qui, à partir du Siècle de Louis XIV de Voltaire, tendait au contraire à considérer l’absolutisme français du point de vue de la puissance, comme formule institutionnelle de sortie de la fusion théologico-politique.

2En même temps, nous avons explicité le contexte culturel et littéraire général dans lequel s’inscrivaient les analyses de Quinet, Michelet et Lavisse sur l’Espagne. La France des lettres du XIXe siècle nous apparaissait à la fois comme exceptionnellement attentive et précise sur le domaine hispanique passé et contemporain. D’un côté, on peut mettre en évidence le respect et l’intérêt bienveillant qu’inspirait le monde espagnol à un ensemble d’auteurs, des milieux ultras aux milieux républicains, à rebours de ce qu’on appelle ordinairement la « légende noire ». D’un autre côté, on doit identifier des thèmes tirés de l’histoire moderne de l’Espagne, à partir desquels se forge la dénonciation de l’intransigeance catholique et de la tyrannie politique. La fortune théâtrale, romanesque et lyrique de l’histoire du prince don Carlos offre un exemple frappant de ce registre.

3Cette première étape de la réflexion rejoint le travail conduit en commun avec Bernard Vincent sur la critique du paradigme de la « leyenda negra » inventé à la veille de la Première Guerre mondiale par Julian Juderías. La finesse des observations formulées par historiens et hommes de lettres dans la France du XIXe siècle permet de thématiser la question de la dette de l’absolutisme français à l’égard de la tradition politique hispanique.

4Nous sommes naturellement parti du schéma classique qui voit une puissance, l’espagnole, céder la place à une nouvelle force, la France, au mitan du XVIIe siècle. Mais au lieu de considérer qu’un modèle plus moderne l’avait emporté sur un modèle plus archaïque, nous nous sommes attaché à montrer ce que les Français du XVIIe siècle s’accordaient à reconnaître comme l’excellence de l’héritage hispanique. Le premier domaine, et le plus connu, demeure celui de la réception enthousiaste de la littérature et de l’ensemble des productions textuelles espagnoles en France. Le seul aspect qui présente des difficultés relève de la datation des phénomènes observés. Une chronologie, plus conventionnelle que critique, limite l’« âge espagnol » de la France à la période qui va de la régence de Marie de Médicis au règne personnel de Louis XIV exclu. En réalité, nous avons montré que la réception de la culture espagnole, directement en librairie ou sous des formes dérivées, ainsi que la fortune critique des grands auteurs espagnols demeurent très soutenues jusqu’à la fin du XVIIe siècle et, au-delà, à l’époque des Lumières. La recherche nous a conduit à dessiner le profil complexe des relais pro-espagnols sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV ; complexes parce qu’ils ne construisent pas une opposition simple entre bons Français hispanophobes et héritiers assagis de la Ligue hispanophiles. Le respect accordé au monde espagnol dans le cercle des écrivains à la solde de Richelieu puis de Mazarin est aisément mis en évidence.

5L’enquête a également porté sur le corpus des récits de voyages français en Espagne au XVIIe siècle. Ceux-là ont trop souvent été lus comme des bréviaires de l’hostilité à l’égard de l’Espagne, puis tronçonnés, cités par morceaux choisis. Nous les avons soumis à un double questionnaire : quelle fut leur fonction dans la république des lettres, ont-ils traduit et amplifié les échecs de la monarchie hispanique sur les plans militaire et diplomatique à mesure qu’avance le XVIIe siècle ? Les réponses à la première question permettent de proposer des analyses nuancées sur les fonctions respectives et croisées de la compilation, de la transmission des lieux communs et de la découverte dans la production de ce type de ce texte. Les effets de série qui dérivent de leur nombre impressionnant attestent de l’intérêt soutenu pour les thèmes hispaniques, fût-ce sur le mode de l’hostilité. Les réponses à la seconde question mettent en évidence la complexité du regard porté sur l’Espagne par les voyageurs réels ou supposés. Ce qui frappe c’est l’existence, dans tous les textes, y compris les plus ancrés dans la polémique anti-espagnole, d’éléments de reconnaissance de la grandeur hispanique. C’est ainsi que la chronologie diplomatique ne se reflète qu’avec de forts décalages sous la forme de discours français sur la décadence espagnole. Ainsi un genre qui est censé avoir été l’une des sources majeures d’arguments alimentant la « légende noire » s’avère, en fait, bien plus nuancé et complexe. Au fond, il apporte la démonstration que la formulation de discours entièrement tendus vers la dénonciation de la monarchie hispanique relève de l’exception et non de la règle, dans la France du XVIIe siècle.

6La curiosité manifestée par les voyageurs se reflète dans d’autres genres, notamment l’historiographie. Le séminaire s’est longuement arrêté sur la fortune éditoriale de biographies rédigées et imprimées en France sur des personnages sensibles de l’histoire espagnole. On découvre alors qu’il existait un public pour une demi-douzaine de biographies de Cisneros, dont une de Fléchier. La réflexion sur l’œuvre du cardinal-ministre ne pouvait que renvoyer aux trajectoires de Richelieu et Mazarin. Le culte des reines de France espagnoles, Anne d’Autriche et Marie-Thérèse d’Autriche, de leur vivant et surtout à l’occasion des hommages funèbres qui leur furent rendus, convoquent la mémoire de Blanche de Castille et d’Isabelle la Catholique comme personnages tutélaires pour la France. De même, la filiation de Louis XIV par rapport à l’empereur Charles Quint fait de ce dernier une des figures les plus révérées du second XVIIe siècle. Il n’est pas jusqu’à l’image de Philippe II, si souvent ramenée à celle de l’« universelle araigne », qui ne soit, en fait, teinte d’admiration.

7L’hommage de la cour de France aux monarques et aux ministres espagnols correspond à l’ambition majeure de Louis XIV, celle de succéder à l’Espagne dans le rôle que celle-ci s’est attribué. Loin de faire de l’absolutisme versaillais une alternative à la catholicité impériale et ombrageuse de l’Escurial, Louis en fait plutôt une réplique. La candidature de Louis XIV au trône impérial, bien étudiée par ailleurs, a valeur de symptôme de cette culture politique qui ne place pas réellement Louis XIV en position de politique moderne. On notera que, face à l’assomption de l’idéologie de la monarchie universelle par Louis, les grands congrès et les vastes alliances militaires qui s’organisent dès les années 1667 trouvent leur origine dans l’hostilité des autres royaumes européens à son égard. Autrement dit, la nouvelle conception de l’équilibre des puissances, qui devait ruiner les restes de l’idéologie impériale, se forge contre la France plutôt qu’à travers elle. Dans ses conditions, on ne s’étonne pas du fait que face à la Hollande ou aux cités-États du Maghreb ottoman, Louis XIV se soit posé en continuateur scrupuleux des desseins formulés par Philippe II. Le mirage d’une recatholicisation de l’Angleterre avec l’aide de la France relève des mêmes registres. Finalement, la Révocation de l’édit de Nantes, de l’aveu même de ses partisans, place Louis au même rang qu’un Cisneros convertissant de force les Morisques grenadins ou qu’un Philippe III prenant le décret de leur expulsion définitive.

8Ces différents thèmes ont été explorés à travers une large gamme de textes, étudiés en séminaire. Ils ont permis de dénouer des images toutes faites sur l’opposition des deux monarchies et de prendre la mesure du caractère central de l’hispanique pour comprendre l’histoire politique de l’Europe entière, bien au-delà des grands succès de Charles Quint et Philippe II.

9Quelques séances du séminaire ont été consacrées à des discussions historiographiques, notamment autour d’Antonio Feros (New York University), qui présentait les principales hypothèses d’un ouvrage à paraître sur l’historiographie savante de l’empire américain en Espagne et de Pedro Cardim (Universidade Nova de Lisbonne) sur l’historiographie coloniale au Brésil.

10Des invitations aux Universités de Clermont-Ferrand, Nouvelle de Lisbonne, de Naples et de Bielefeld ont fourni l’occasion de tester plus généralement la pertinence des recherches en cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Frédéric Schaub, « Histoire des pratiques politiques et juridiques sous l’Ancien Régime », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 361-365.

Référence électronique

Jean-Frédéric Schaub, « Histoire des pratiques politiques et juridiques sous l’Ancien Régime », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15724

Haut de page

Auteur

Jean-Frédéric Schaub

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals