Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance

Alain Boureau
p. 386-388

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Alain Boureau, directeur d’études

Les mauvais pouvoirs au Moyen Âge (1260-1340)

1L’objet du séminaire était de saisir les critères et les lieux d’une évaluation négative des pouvoirs, laïques et ecclésiastiques, au moment où les Politiques d’Aristote commençaient à informer les réflexions médiévales. Nous avons commencé, à partir de textes de Jean Quidort, de Pierre de la Palud et de Marsile de Padoue (Defensor minor), par repérer les catégories et structures du pouvoir dans la science politique du début du XIVe siècle. Dans les traités sur le pouvoir de l’Église, les distinctions précises entre pouvoir d’ordre, pouvoir de propriété et pouvoir de juridiction circonscrivaient précisément les lieux possibles d’erreur ou de péché. En ce sens, et indépendamment d’Aristote, on en arrivait à se doter d’instruments d’évaluation plus fonctionnels que moraux. Puis nous avons analysé le mauvais gouvernement comme transgression en observant les mutations affectant la notion de la tyrannie, en discutant le livre de Mario Turchetti, Tyrannie et tyrannicide de l’Antiquité à nos jours (Paris, PUF, 2001) et en commentant le De regno de Thomas d’Aquin. Puis nous avons observé un décrochage entre morale et politique en lisant le De regimine principum de Gilles de Rome. À partir des catégories dégagées au début du séminaire, nous avons ensuite analysé le mauvais gouvernement comme perversion et comme confusion des domaines, en commentant les interprétations opposées de la Donation de Constantin par Jean Quidort et Pierre de la Palud.

2Dans un second temps, nous sommes passé à des analyses plus concrètes à partir de l’exégèse biblique et de la théologie. Grâce aux Questiones textuales de Pierre de Jean Olivi, nous avons observé le rapport entre mauvais gouvernement et justice royale. Puis nous avons réfléchi à la notion de pouvoir démoniaque en comparant les commentaires de Thomas d’Aquin et de Pierre de Jean Olivi sur le Livre de Job, qui pose la question de la limite des pouvoirs démoniaques et de leur articulation à la providence. Cela nous a conduit à interroger la doctrine des deux auteurs, à partir de la question sur les démons dans le De malo de Thomas d’Aquin et des questions sur les démons dans le livre deuxième de la Somme d’Olivi sur les Sentences. Nous avons observé que Thomas peine à rendre compte d’une action continue et temporelle des démons, alors qu’Olivi, en soutenant la primauté de la volonté sur la raison et en soustrayant les anges et les démons à la temporalité de l’ævum (temporalité créée, mais éternelle, différente de l’éternité comme de la temporalité terrestre) que leur avait attribuée la scolastique du XIIIe siècle, pouvaient expliquer le pouvoir démoniaque. La pensée d’Olivi et, sans doute, tout un pan de la doctrine franciscaine, pouvait, en ce sens converger avec l’aristotélisme politique, en direction d’une désacralisation des pouvoirs.

3Ce travail a été complété et discuté grâce à des communications de Marianne Saghy (ELTE et CEU, Budapest), « Pierre Dubois et le gouvernement » de Peter Molnar (ELTE) ; « Les débuts difficiles de la réception des principes politiques d’Aristote : le cas de l’origine naturelle du gouvernement » ; Lydwine Scordia (Université de Paris-X) ; « Fiscalité et gouvernement : la théorie de l’impôt en France, XIIIe-XVe siècle », et de Serena Ferente (École normale de Pise et EHESS) ; « Le mauvais pouvoir comme régime d’une faction : le traité De Guelfis et Gebellinis de Bartole de Sassoferrato ».

4Par ailleurs, en marge du thème principal, le séminaire a entendu et discuté des exposés de György Gereby (ELTE et CEU), « La théorie de la connaissance dans le débat sur la vision béatifique » et « Duns Scot et le filioque » ; de Stephen G. Nichols (Johns Hopkins University), « Le gothique, la symbolique du droit, et le mythe médiéval » ; de Geoffrey Koziol (University of California, Berkeley), « De l’instrument écrit au souvenir : pourquoi les Carolingiens ont-ils expédié leurs diplômes ? » ; de Peter Biller (Université d’York), « La pensée démographique au Moyen Âge » et ; d’Isabel Iribarren (Linacre College, Oxford), « Les limites de la controverse théologique au début du XIVe siècle : le cas de Durand de Saint-Pourçain ».

5Comme chaque année, deux séances ont été consacrées à une rencontre avec le séminaire de Yan Thomas ; Charles de Miramon, Yan Thomas et Alain Boureau ont débattu des rapports entre rhétorique et droit au XIIe siècle.

Publications

  • « Le prince médiéval et la science politique », dans L’Éducation du prince, du Moyen Âge aux Lumières, sous la dir. de R. Halévi, Paris, Fayard, 2002, p. 25-50.
  • « La chute comme gravitation restreinte. Saint Anselme de Cantorbéry et le mal », dans Le mal, sous la dir. de J.-B. Pontalis, Paris, Gallimard, 2002, p. 217-245.
  • « L’analgésique », Penser/Rêver, 2, 2002, p. 86-97.
  • « Jean Peckham », « Moyen Âge », « Prêt à intérêt », « Usure », « Trahison », « Tyran », dans Dictionnaire du Moyen Âge, sous la dir. de C. Gauvard, M. Zink et A. de Libéra, Paris, PUF, 2002, p. 767-768, 950-953, 1138-1139, 1401, 1412-1413 et 1422-1423.
  • « Dialogue avec Luca Bianchi », Annales. Histoire, Sciences sociales, 57, 3, 2002, p. 745-749.
  • « Croire et croyances », dans Michel de Certeau. Les chemins de l’histoire, sous la dir. de C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et M. Trebitsch, Bruxelles, Complexe/Paris, IHTP, 2002, p. 125-140.
  • « Les cinq sens dans l’anthropologie cognitive franciscaine de Bonaventure à Jean Peckham et Pierre de Jean Olivi », dans Micrologus. Natura, Scienze e Società medievali, X, 2002, p. 277-294.
  • « Droit naturel et abstraction judiciaire. Hypothèses sur la nature du droit médiéval », Annales Histoire, Sciences sociales, 57, 6, 2002, p. 1463-1488.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 386-388.

Référence électronique

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15737

Haut de page

Auteur

Alain Boureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals