Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard
p. 402-403

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Nathan Wachtel, directeur d’études
Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, maîtres de conférences

Migrations, métissages, acculturations (XVIe-XXe siècle). Mémoires collectives et construction des identités (XVIe-XXe siècle)

1Le séminaire s’est organisé autour de trois axes principaux. Ethno-histoire : peu fréquenté par les chercheurs, le nord du Chili a fait l’objet des conférences de Jorge Hidalgo (Université du Chili). La documentation coloniale, fragmentaire, permet de reconstituer l’organisation socio-politique indienne et de voir comment, à travers les luttes de quelques familles pour l’accès au caciquat, des mémoires généalogiques sont construites, qui fondent leur légitimité, et comment des dynasties consolident leur prestige sur la sanction des juges, appelés à trancher les litiges.

  • Histoire de l’art : Teresa Gisbert (Université de La Paz) s’est attachée à montrer comment la conquête puis la colonisation avaient modifié les conceptions et les coutumes funéraires dans l’Amérique andine. Dans la diversité culturelle coloniale, se croisent traditions préhispaniques, gréco-latines (relues par la Renaissance), africaines, juives, voire asiatiques, qui s’expriment et s’observent dans la peinture, dont T. Gisbert nous a offert un panorama. Un autre aspect du laboratoire américain peut être lu à travers la figure de León Pinelo, qui consacra un ouvrage au Paradis dans le Nouveau Monde.
  • Histoire économique : Enrique Tandeter (Université de Buenos Aires) a présenté un bilan historiographique de l’activité minière hispano-américaine des vingt-cinq dernières années, la replaçant dans la perspective plus générale de l’histoire économique. Deux chantiers ont renouvelé les connaissances : la question du travail et des formes d’exploitation des mines, d’une part ; celle de la demande, qui met en valeur l’expédition des métaux précieux américains dans les circuits asiatiques, en particulier chinois, d’autre part. Une comparaison entre l’activité minière péruvienne et mexicaine fut proposée, placée sous le signe des facteurs mondiaux et régionaux, du rôle de l’État colonial dans chacun de ces deux espaces, pour dégager les conjonctures divergentes et la portée distincte de l’activité minière dans chacune des deux vice-royautés.

2Herbert Klein (Université de Columbia) a ouvert de nouveau le dossier de la fiscalité coloniale – à partir du cas de Charcas –, mettant en rapport, sur la longue durée coloniale, les revenus provenant des mines et du tribut indigène.

3Margarita Suárez (Université catholique de Lima), enfin, a présenté le monde des marchands-banquiers liméniens au XVIIe siècle, leur rôle essentiel dans le fonctionnement de l’État colonial par les prêts qu’ils effectuaient à la Caja real de Lima, leur enrichissement par les marchandises que celle-ci leur achetait pour les opérations militaires au Chili et par la mainmise sur la vente du mercure de Huancavelica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 402-403.

Référence électronique

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15747

Haut de page

Auteurs

Nathan Wachtel

Articles du même auteur

Gilles Rivière

Articles du même auteur

Jacques Poloni-Simard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals