Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais

Marc Gaborieau
p. 409-410

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Marc Gaborieau, directeur d’études

Les sanctuaires soufis et la société indienne : Nizamuddin (suite et fin) ; exemples comparatifs

1Le séminaire a terminé un enseignement commencé l’année précédente sur les hospices soufis comme centre de gravité de la vie religieuse et sociale des musulmans indiens, des plus vils artisans aux empereurs moghols. À travers leur histoire et l’observation de leur activité contemporaine, il est possible de saisir en profondeur la vie de la communauté musulmane indienne. Ces sanctuaires ont été inégalement étudiés à travers le sous-continent : le mieux connu est celui de Nizamuddin (Delhi), fondé vers 1286 sous le sultanat de Delhi par Nizâmu’d-Dîn Auliyâ (c. 1243-1325) ; il est intimement lié à l’essor de la principale confrérie indienne, la Chishtiyya, et au développement de la culture indo-persane. Son étude, commencée l’année dernière, a été menée à son terme au cours du premier trimestre en présentant la nébuleuse de mouvements religieux, proprement soufis ou néo-soufis influencés par l’Occident, qui gravitent autour du sanctuaire, ainsi que trois organisations prosélytes qui y ont pris naissance et y restent implantés. La plus importante d’entre elles, la Tablîghî Jama’at – qui a souvent été évoquée dans ce séminaire au cours de ces vingt dernières années – a fait l’objet d’exposés de deux conférenciers invités : Yoginder Sikand (Londres/Bengalore), maître de conférences associé à l’EHESS, a donné quatre conférences en mars résumant sa thèse récemment soutenue à Londres ; Dietrich Reetz (Berlin) a rendu compte en juin de son enquête sur le fonctionnement jusqu’ici très secret de cette organisation.

2Au deuxième et troisième trimestres le directeur d’études a fait des exposés comparatifs sur une série d’autres sanctuaires qui illustrent les multiples rôles des saints comme protecteurs de l’Inde et des dynasties musulmanes qui y ont régné (Mu’înu’d-Dîn Chishtî, m. 1236, Ajmer), comme instruments de contrôle de la paysannerie (Farîdu’d-Dîn Chishtî, m. 1265, Pak-Pattan), et comme dispensateurs de fécondité et guérisseurs en rapport avec le cycle agraire et les maladies (Ghâzî Miyân, Bahraich). Le séminaire s’est terminé avec un panorama des recherches récentes sur les transformations du soufisme indien au XIXe et au XXe siècle.

Publications

  • Avec A. Popovic, dir., Islam et politique dans le monde (ex-)communiste, n° spécial d’Archives de Sciences sociales des Religions, 115, 2001, 201 p. ; introduction sous le même titre, p. 5-13.
  • « Préface » et « Afghanistan », dans L’islam en Asie, du Caucase à la Chine, sous la dir. d’A. Feillard, Paris, La Documentation française, p. 11-20 et 81-84.
  • « Insaisissable Afghanistan », Le Débat, 118, 2002, p. 147-155.
  • « Incomparables ou vrais jumeaux ? Les renonçants dans l’hindouisme et dans l’islam », Annales. Histoire, Sciences sociales, 1, 2002, p. 71-92.
  • « L’Inde de 1919 à 1941 : nationalismes, “communalisme”, prosélytisme et fondamentalisme », dans Débats intellectuels au Moyen-Orient dans l’entre-deux-guerres, sous la dir. d’A.-L. Dupont et C. Mayeur-Jaouen, n° sp. de Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée, 95-98, 2002, p. 111-125.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Gaborieau, « L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 409-410.

Référence électronique

Marc Gaborieau, « L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15749

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals