Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de l’Islam méditerranéen

Lucette Valensi, François Pouillon et Anny Dayan-Rosenman
p. 412-415

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Lucette Valensi, directrice d’études avec Anny Dayan-Rosenman, maître de conférences à l’Université de Paris-VII

Guerre sans nom, guerre sans fin. La guerre d’Algérie dans la culture française contemporaine

1La guerre d’Algérie a, dès la fin des hostilités, suscité une très grande abondance de témoignages, souvenirs, études, films et œuvres de fiction littéraire, tant en Algérie qu’en France. Ces œuvres témoignent moins de la construction d’une conscience historique dans les deux pays que de la multiplicité de mémoires conflictuelles et protestataires. La faillite du régime post-colonial et la guerre civile en cours depuis dix ans en Algérie, les débats déclenchés en France par la reconnaissance publique de la pratique de la torture, ont provoqué des changements notables dans les rapports que les divers acteurs entretiennent avec le passé et avec la période de la guerre. C’est à étudier les expressions variées de ces changements que le séminaire s’est attaché, en analysant tour à tour rituels, films, textes littéraires et travaux historiques. Le séminaire a bénéficié des interventions de D. Beaussant, C. Liauzu et S. Thénault.

Publications

  • La Fuite en Égypte. Histoires d’Orient et d’Occident, Paris, Seuil, 2002.
  • « The scherazade syndrome : literature and politics in postcolonial Algeria », dans Algeria in others’ languages, sous la dir. d’A. Ε. Berger, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2002, p. 139-156.
  • « Multicultural visions : the cultural tapestry of the Jews of North Africa », dans Cultures of the Jews. A new history, sous la dir. de D. Biale, New York, Schocken Books, 2002, p. 887-932.

François Pouillon et Lucette Valensi, directeurs d’études

L’orientalisme français, XVIIIe-XXe siècle

2Le séminaire réunissait un groupe de chercheurs associés à un projet pluriannuel de publication – coordonné par Jean Ferreux – portant sur l’histoire de l’orientalisme français et francophone. Ce projet peut sembler ressortir d’un paradoxe, en ce que l’orientalisme a été la cible d’une dénonciation et d’une « déconstruction » qui ressemble fort à une mise à mort : contemporain de l’expansion impérialiste et accompagnant l’entreprise coloniale, l’orientalisme fut ainsi récusé comme moyen, non de connaissance, mais de domination. Loin d’être nostalgique et régressive, notre enquête est historique et critique. Historique, elle a pour centre de gravité la période située entre le XVIIIe siècle et la fin du XXe siècle, quand se constituent les savoirs spécialisés sur les mondes orientaux, se mettent en place les institutions correspondantes (écoles, bibliothèques, collections dans les musées, journaux) et se forgent les outils, linguistiques et autres, qui permettent d’aborder et d’approfondir la connaissance des mondes lointains. Critique, elle s’emploie, non à faire ou refaire l’hagiographie des artisans de la colonisation, ni des héros de la littérature et de la science françaises, mais à restituer un pan d’histoire sociale de la culture.

3Retracer l’histoire d’une discipline, c’est d’abord suivre la genèse d’un domaine d’érudition, la formation d’une tradition, mais aussi l’émergence de nouveaux objets et de paradigmes concurrents. C’est replacer cette évolution dans celle de la constitution progressive, depuis le XVIe siècle, d’un univers littéraire transnational en Europe, puis, au XIXe siècle, dans l’internationalisation des pratiques littéraires et scientifiques. Une histoire, donc des phases, une périodisation ou des périodisations, qui diffèrent d’un champ à l’autre.

4Histoire sociale, elle implique qu’on inscrive les acteurs dans leur réseau de correspondants, de complices ou d’adversaires, qu’on observe la formation d’écoles ou les relations entre écoles, qu’on cherche à localiser la réception des œuvres et des idées. Histoire institutionnelle, elle rattache ces acteurs aux lieux où ils ont déployé leur activité. Elle évalue le rôle de l’État, décisif dans la fondation des institutions, le financement des missions, la constitution de collections ; mais aussi d’autres protagonistes, telles l’Église et ses congrégations. Histoire intellectuelle, elle ne s’est pas limitée à celle d’une discipline académique. Écrivains, peintres, photographes, illustrateurs ont leur place, de même que les voyageurs, missionnaires, informateurs, collectionneurs, prédateurs qui ont parcouru l’Orient sous toutes ses latitudes, de manière durable ou éphémère, et en ont rapporté quelque chose.

5On a cherché à restituer les dialogues entre Français et étrangers, comme les effets réciproques exercés entre auteurs ou penseurs de champs limitrophes. Une des difficultés qui est apparue clairement a été de retrouver comment se combinaient, chez un même auteur, les savoirs sur l’Orient et ceux qui relevaient de la culture générale du temps. On ne s’est pas limité aux auteurs ou aux œuvres littéraires qui ont pris un fragment de l’Orient pour objet. Il fallait aussi évoquer les auteurs d’idées reçues, que chacun a reprises comme vérités éternelles, faisant longtemps écran à des observations plus fines. Le séminaire a néanmoins écarté une histoire des concepts qui aurait entraîné un programme d’enquête tout différent.

6L’enquête est centrée sur les orientalistes français et francophones : initialement, les Français lisent le latin, et communiquent avec les lettrés contemporains qui, en Europe, sont également latinistes. La production francophone est alors seconde, les distinctions nationales n’ont guère de pertinence. À l’époque des Lumières, Allemands ou Scandinaves pensent et écrivent en français. Une nouvelle géographie de l’Europe savante se dessine. Silvestre de Sacy « devint le maître de tout l’orientalisme européen et Paris la Mecque de tous ceux qui voulaient se spécialiser dans les études du Proche-Orient » (Maxime Rodinson, La fascination de l’Islam). Avec l’ère coloniale, le français devient aussi la langue savante des indigènes acculturés, ou des élites éduquées dans la culture française. Trois espaces différents, où l’Hexagone occupe une position centrale, mais tantôt dépend d’autres foyers, tantôt rayonne sur d’autres aires.

7Histoire critique enfin : l’orientalisme, un temps discipline organisée et institutionnalisée, a perdu ce statut et la position qu’il occupait à l’âge des empires. On s’est attaché à suivre ces processus d’organisation/désorganisation ; les variations de son inscription disciplinaire et institutionnelle, en particulier, pour ce qui concerne le monde arabe et musulman ; la professionnalisation jamais complète de ses agents.

8Les collaborateurs réguliers de ce séminaire (Jean Ferreux, Sylvette Larzul, Claude Lefébure, Sophie Makariou, Alain Messaoudi, Daniel Nordman, Insaf Ouhiba, Nabila Oulebsir, François Pouillon, Khosrow Shakeri, Lucette Valensi) se sont retrouvés à l’occasion d’une rencontre franco-allemande organisée à l’automne sur un programme « Pour une approche historique et critique de l’orientalisme français ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucette Valensi, François Pouillon et Anny Dayan-Rosenman, « Histoire et anthropologie de l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 412-415.

Référence électronique

Lucette Valensi, François Pouillon et Anny Dayan-Rosenman, « Histoire et anthropologie de l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15752

Haut de page

Auteurs

Lucette Valensi

Articles du même auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Anny Dayan-Rosenman

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals