Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Logiques du familier

Michèle de La Pradelle
p. 443-447

Texte intégral

Michèle de La Pradelle, directeur d’études

Anthropologie des mondes urbains

1L’anthropologie dite urbaine produit de la réalité urbaine une étrange représentation : à la ville comme situation d’ensemble à laquelle se trouvent confrontés les acteurs, elle substitue une série de petites entités locales hétéroclites. L’anthropologie peut-elle produire un autre savoir sur le monde urbain ? Et, dans ce cas, à quelles conditions, par quel processus de connaissance ? C’est autour de cette réflexion entamée les années précédentes que s’est poursuivi le séminaire.

2Lorsqu’elle s’intéresse au monde urbain, l’ethnologie procède le plus souvent à un simple transfert de ses objets et de ses outils habituels. Fidèle à sa tradition disciplinaire, elle a ainsi tendance à y découper des unités nettement délimitées, supposées stables et homogènes, où prédominent les relations d’inter-connaissance : une rue, un quartier, un îlot réputé sensible, ou bien un groupe social défini par un intérêt ou un genre de vie commun. Chacun de ces bouts de ville est alors envisagé comme une petite société et fait l’objet d’une monographie spéciale. En fait, si l’on veut vraiment se donner pour objet la ville et dépasser les sempiternelles considérations méthodologiques, il faut que la connaissance anthropologique, au lieu de s’épuiser en une représentation ethnographique de la réalité sociale, se donne pour tâche d’élucider les logiques implicites des acteurs dans une situation donnée. Je me suis donc efforcée de préciser cette perspective qui implique de prendre pour objet non pas des entités mais les processus sociaux qui les engendrent.

3Comment fabrique-t-on du local, du propre, de l’entre-soi dans un contexte urbain marqué par la disparition progressive de la ville classique, limitée et centrée, et l’extension rapide des espaces urbains éclatés et indifférenciés ? Un certain nombre de séances ont été consacrées à l’analyse de ce processus. Des études de cas ont permis de mettre en évidence les opérations à travers lesquelles de multiples acteurs, décideurs politiques, associations, habitants, commerçants... construisent un espace urbain – qu’il s’agisse d’une ville, d’un quartier ou d’un espace marchand. À partir de ces travaux on a vu comment des processus de patrimonialisation, de mise en scène du « multiculturel », de fabrication de « quartier-village », etc., participent à la production d’une identité urbaine spécifique. Cette réflexion a pris appui sur des enquêtes menées sur des terrains particulièrement représentatifs des mutations sociales en cours, nouveaux espaces commerciaux, centres-ville mis en spectacle, lieux à identité non définie telles des friches, etc. Elle a été prolongée par une série d’exposés.

4Denis La Mâche a présenté l’enquête qu’il a effectuée dans le grand ensemble de La Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps, une commune située à la périphérie de Tours, et qui a fait l’objet de sa thèse de doctorat. Il a montré que ce quartier n’est pas l’« îlot culturel » que présentent le discours politique et les média mais qu’il y avait à La Rabaterie de multiples manières de s’inscrire dans le lieu.

5Avec Cynthia Ghorra Gobin, directrice de recherche au CNRS, c’est le regard du géographe qui nous a introduit à la ville américaine. Elle a traité plus particulièrement le cas de Los Angeles, en décrivant les processus socio-historiques qui font de la maison individuelle le principe de la ville et lui permet de s’étendre à l’infini.

6Enfin, l’intervention de Catherine Choron-Baix, co-directrice de l’équipe d’anthropologie urbaine du CNRS, a permis de poursuivre la réflexion sur la définition des identités en ville à partir de l’analyse des pratiques de la boxe thaïlandaise dans des clubs du XIIIe arrondissement de Paris.

7J’ai par ailleurs participé aux activités de la filière « Territoires, espaces, sociétés ». J’ai aussi développé mes perspectives de recherche sur la ville et les espaces marchands lors de la conférence « Fieldwork in contemporary society » organisée à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) par le LeRoy Neiman Center.

Le rapport social aux choses (avec Jean Bazin, directeur d’études1)

  • 1 M. Bazin est décédé le 12 décembre 2001.

8Le séminaire a été introduit par Jean Bazin, qui a tenu d’abord à préciser la manière dont sera abordée la question du rapport social aux objets. On entendra par objet non pas un fragment du monde réel, mais un élément d’une relation qui renvoie à des actions humaines, perspective qui implique de ne pas s’attacher à une catégorie particulière d’objets. La réflexion se développera autour des questions du statut de l’objet et de ses diverses variations. Jean Bazin a ensuite traité plus spécialement de l’individuation de l’objet, s’intéressant aux différents opérateurs qui, dans le langage, permettent de référer à des individus : la description définie, le nom propre, les shifters.

9C’est à partir de l’économie du triage – et plus particulièrement du tri des ordures ménagères – à laquelle il a été confronté lors de son enquête de terrain portant sur l’écomusée du Creusot qu’Octave Debary a étudié les opérations de patrimonialisation comme manières de gérer des restes, montrant que tout musée est issu d’un tri, qu’il s’agit d’une façon d’accommoder des restes selon des logiques différentes.

10La réflexion s’est poursuivie avec la présentation du film de Christian Lallier sur la construction et l’installation du siège du Centre technique du bois et de l’ameublement à Bordeaux. C’est donc la relation qui s’établit avec l’objet lieu de travail qui est décrite, à la fois de la part de ceux qui l’élaborent, de ceux qui l’édifient et de ceux qui l’occupent. Puis, toujours en utilisant le document filmé, Thierry Bonnot a présenté un cas remarquable de mutation symbolique du statut de l’objet avec l’exemple de trois modèles réduits de locomotives (données par une famille de cheminot à l’écomusée du Creusot). On voit ainsi comment ces objets, au départ performances techniques, se transforment en reliques, en objets de collection, en objets patrimoniaux dignes d’intégrer un musée, se trouvant dès lors non plus inscrits dans une mémoire familiale, mais institués en éléments de la mémoire collective.

11Considérant l’objet comme élément transversal de ses recherches, Patrick Prado a spécialement posé la question du statut de l’objet dans les collections d’« arts et traditions populaires » et a décrit la gestation et le montage d’une exposition consacrée au linge, organisée autour d’une réflexion sur la question de la mémoire et de la transmission des objets. Patrick Prado s’est en particulier interrogé sur la place et le rôle de l’État dans le processus de sauvegarde de patrimoines familiaux.

12Rendant compte d’une recherche consacrée aux objets du voyage, Anna Zisman a abordé la question du choix des objets, de leur usage et du rapport qu’on entretient avec eux à partir d’une enquête qu’elle a menée auprès de trois groupes ayant rapportés des objets de voyages lointains : un comité d’entreprise ayant participé à un trekking en Mauritanie, une compagnie de danse contemporaine tournant dans le monde entier et les navigants long-courrier d’Air France. S’intéressant à des objets esthétiques, elle pose la question de la frontière entre beau et intéressant, réfléchit au statut de l’objet exotique acquis, objet « d’ailleurs » permettant de se positionner « ici », et analyse les opérations qui font de cet objet semblable à d’autres un objet singulier.

13Puis, dans une intervention construite à partir des séminaires de Jean Bazin, Florence Charpigny, rompant avec le commentaire et l’interprétation qui caractérisent couramment l’approche de l’œuvre d’art, a décrit, à partir d’une installation de Philippe Perrin, Know your rights (1991), quelques-unes des multiples et complexes opérations qui, d’un objet, font une œuvre : personnalisation, individuation, attribution du titre, décontextualisation. Elle montre finalement que le processus est d’ordre social – c’est en cela qu’il intéresse l’anthropologue –, et qu’il s’applique à toutes sortes d’œuvres, et pas seulement celles dites d’art contemporain. Au cours de la même séance, à partir d’un document filmé consacré aux Puces de Saint-Ouen, Jean-Baptiste Duez a abordé d’une autre manière la question des multiples vies des objets, en s’appuyant sur des récits d’expérience de brocanteurs.

14Enfin, dans une contribution extrêmement riche, Xavier Papaïs a apporté le regard du philosophe, en développant une réflexion sur le fétichisme à travers l’analyse des relations entre fétiches et fantômes. Il a présenté le fétichisme comme une formation symbolique cohérente, située aux limites extrêmes de la signification : dans certaines situations où le symbolisme se trouve aboli ou menacé, c’est avec du réel que l’on produit du sens et du symbole. Cette perspective conduit à promouvoir un couple théorique, celui du fétiche et du fantôme, de la relique et du spectre, qui, dans la logique des appartenances, se rapportent l’un à l’autre comme le contenant au contenu. La relique, fétiche pur, a précisément pour objet de contenir un fantôme, dans tous les sens du terme, de protéger le monde contre les risques du dédoublement et de la hantise.

15La dernière séance du séminaire s’est tenue au Palais de Tokyo, et a permis une appréhension in situ des objets œuvres d’art. La réflexion a porté sur opérations par lesquelles on a fait de ce musée un espace de création contemporaine ainsi que sur la question du statut des objets exposés et des modalités de leur exposition par et dans une institution dont c’est la fonction. Nous avons porté une attention particulière à une installation de Pascale Marthine Tayou, « Qui perd gagne », simulacre de maison renfermant une accumulation de photographies, d’objets du quotidien, de détritus que le public est convié à s’approprier.

16J’ai présenté mes perspectives sur l’anthropologie du rapport social aux objets à l’occasion du colloque « Les marques de luxe. Signification et contenu » organisé à la Sorbonne par l’Université de Paris-III en juin 2002. En outre, j’ai continué mes travaux sur la maison et les rapports sociaux qu’elle cristallise, élargissant mon champ de recherche aux pavillons de lotissements qui laissent a priori peu de marge d’initiative à leur acquéreurs et à leurs occupants. Ces travaux bénéficient actuellement du soutien du Plan urbain construction et architecture (PUCA) du ministère de l’Équipement dans le cadre du programme de recherches « Maison individuelle, architecture et urbanité ». J’ai été amenée à présenter à plusieurs reprises dans le courant de l’année mes travaux auprès du PUCA et des chercheurs impliqués dans ce programme de recherche. Par ailleurs, j’ai développé mes perspectives de recherche sur les objets à de multiples occasions, en particulier au séminaire de Pierre Bouvier, professeur à l’Université de Paris-X et à l’École d’arts de Rueil-Malmaison.

Anthropologie comparée des situations d’échange marchand (avec Emmanuelle Lallement, maître de conférences à l’Université de Paris-IV)

17Ce nouveau séminaire, que j’ai commencé au second semestre avec Emmanuelle Lallement, a réuni des chercheurs et des doctorants menant déjà des enquêtes sur le sujet.

18Au cours des premières séances j’ai explicité ma perspective. Étudier d’un point de vue anthropologique une situation d’échange marchand, c’est décrire ce qui se passe concrètement entre les acteurs, ce qu’ils font, montrer comment leur conduite est fonction du jeu des multiples relations qui s’entrecroisent en ce lieu. Il ne s’agit donc pas de traiter les comportements observés comme autant de données objectives au service d’un savoir global économique ou sociologique, mais de rendre compte de la manière dont les acteurs agissent dans une situation donnée et de reconstruire les logiques implicites qu’ils suivent. Quand les gens parcourent les linéaires des grandes surfaces, participent à une vente à Drouot ou font leur marché, ils se conduisent selon un ensemble de règles et c’est précisément ce qu’il faut élucider. J’ai développé ce point de vue en m’appuyant sur des enquêtes que j’ai réalisées dans différentes situations d’échange marchand. Cette réflexion a été poursuivie par Emmanuelle Lallement lors de la présentation de sa recherche sur Barbès.

19Une analyse critique d’un certain nombre d’ouvrages et les interventions de Michel Peraldi (CNRS), d’Anne Raulin (Université de Paris-V) et de Saskia Cousin (doctorante), ont permis de poursuivre la réflexion.

Publications

  • « Préface », à Caroline de Saint-Pierre, La fabrication plurielle de la ville. Décideurs et citadins à Cergy-Pontoise 1990-2000, Paris, Creaphis, 2002, p. 5-7.
  • « L’achat coup de cœur ou fragments d’un discours amoureux », À vivre, 9, 2002, p. 72-75.
Haut de page

Note de fin

1 M. Bazin est décédé le 12 décembre 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle de La Pradelle, « Logiques du familier », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 443-447.

Référence électronique

Michèle de La Pradelle, « Logiques du familier », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15768

Haut de page

Auteur

Michèle de La Pradelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals