Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes

Agnès Fine
p. 451-454

Texte intégral

Agnès Fine, directrice d’études

Construction sociale des sexes et parenté dans les sociétés européennes

1Alors que l’évolution du statut social, économique et culturel des femmes est au cœur des transformations familiales contemporaines dans les sociétés européennes, peu d’études théoriques et empiriques en anthropologie tentent d’articuler les domaines de la parenté et du genre, trop souvent distincts. Or il paraît nécessaire d’analyser la manière dont les catégories du masculin et du féminin, culturelles et historiques, liées l’une à l’autre dans un rapport hiérarchique, modifient les processus de construction de l’identité sexuée, et les effets de ces changements sur le système et les relations de parenté.

2Dans les premiers séminaires, j’ai exposé la manière dont les nouvelles configurations familiales des trente dernières années (familles recomposées après divorce, familles adoptives, familles ayant eu recours à la procréation médicalement assistée, familles homosexuelles) créent des situations inédites de pluriparentalités, qui interrogent le contenu traditionnel de la filiation, tant sur le plan juridique que sur celui des pratiques sociales. Or, ces nouvelles formes familiales sont liées pour une large part au lien traditionnel mais réaffirmé et réinvesti de manière nouvelle aujourd’hui entre féminité, maternité et « maternage » des enfants. On le voit jouer dans les recompositions familiales après divorce, bien étudiées de ce point de vue par la sociologue Sylvie Cadolle. Les enfants étant en effet très majoritairement confiés à leur mère, ce qui ne fait que perpétuer au moment de la séparation la « monoparentalité éducative » qui préexiste dans les couples, les recompositions familiales renforcent la matricentralité qui caractérise nos sociétés. Par ailleurs, mes propres travaux mettent en lumière l’asymétrie du désir d’enfant dans le couple, qui conduit les femmes à la procréation médicalement assistée et à l’adoption. Désir féminin dont le contenu est particulièrement explicite au moment de la première naissance, comme le révèle la prolifération actuelle des écrits maternels de la naissance (sur des albums spécialisés ou sur tout autre support libre). Cette forme très particulière d’écriture de soi indique que l’accès des femmes au statut de mère est vécu comme un bouleversement émotionnel intense, un passage essentiel dans la construction de l’identité féminine.

3Cette constatation, étonnante eu égard à la révolution qui affecte le statut des femmes, conduit à analyser les processus concrets par lesquels passe la construction des identités féminines et masculines aujourd’hui. Partant des travaux d’Y. Verdier qui a mis en lumière, pour les sociétés européennes du passé, le caractère discontinu de l’identité féminine, liée aux différents « états de femme », jeune fille, épouse, mère, et de ceux de Daniel Fabre – qui nous a présenté ses travaux sur l’initiation masculine –, nous avons consacré plusieurs séminaires à réfléchir, à l’aide des travaux de sociologie, d’histoire et d’anthropologie, sur les expériences collectives des garçons et des filles au temps de la jeunesse dans la société française. Nous avons tout d’abord traité des expériences masculines et féminines des modes de communication : parler (et téléphoner), lire, écrire. Mes propres recherches d’anthropologie sur l’écriture féminine aux différents âges de la vie mettent en lumière la force du modèle ancien mis en évidence par Y. Verdier, alors même que les apprentissages (la couture) et les outils spécifiques (épingles, aiguille, broderie) de la formation des filles ont totalement disparu. Ceci invite à réfléchir sur les modalités de changement des systèmes symboliques. Un aspect important que révèlent les écrits des adolescentes (cahiers d’amitié de lycéennes) concerne la sexualité, en particulier la première expérience sexuelle. C’est pourquoi plusieurs séminaires (animés parfois par des doctorants) ont exposé les travaux des anthropologues et des sociologues – Michel Bozon nous a présenté ses dernières recherches –, sur les expériences masculines et féminines de la sexualité (hétérosexualité et homosexualité) ainsi que sur le rôle de la sexologie et des média dans la construction de la différence des sexualités de l’un et l’autre sexe. Enfin, retrouvant une question classique de l’anthropologie de la parenté, les derniers séminaires sur le nom des femmes (analyse diachronique et comparée du droit et des pratiques dans les pays occidentaux) nous ont permis de mettre à l’épreuve et de vérifier la notion de discontinuité de l’identité féminine.

Amour et sexualité (avec Marlène Albert-Llorca, professeur à l’Université de Toulouse-II et Alain Ballabriga, directeur de recherche au CNRS)

4Ce séminaire, interdisciplinaire, s’adresse aux doctorants des trois écoles doctorales de l’Université de Toulouse-Le Mirail. Centré sur une question introduite par les trois animateurs, il permet que des chercheurs spécialistes des différentes disciplines, histoire, anthropologie, sociologie, littérature et psychanalyse, présentent leurs recherches. Le séminaire s’est inscrit dans la continuité de ceux des deux dernières années (« la construction sociale des sexes », « corps, procréation, sexualité »).

5En introduction, Agnès Fine a posé la question de la pertinence d’une anthropologie de la sexualité. La sexualité ne constitue pas en effet un domaine reconnu comme tel en anthropologie. Elle est intégrée généralement dans le champ de la parenté, des représentations du corps et de la personne, ou sous l’angle de l’initiation sexuelle. Dans les sociétés européennes, dans lesquelles la sexualité s’est autonomisée depuis l’époque moderne, l’anthropologie est questionnée par l’histoire et par la sociologie. Alain Ballabriga, helléniste, a relu l’œuvre de M. Foucault à la lumière des recherches récentes sur la sexualité du monde antique. Michel Bozon (sociologue) nous a présenté ses derniers travaux sur le rapport entre identité personnelle et sexualité : « Réseau sexuel, désir individuel, vie de couple. Le jeu des orientations intimes à l’époque contemporaine ». Aline Tauzin, anthropologue, auteur d’un livre récent (Figures du féminin dans la société maure), a centré son exposé sur l’amour courtois en Mauritanie, tandis que Bernard Vernier a exposé ses recherches sur le sens des nouvelles formes de courtisement entre jeunes gens et jeunes filles dans les villages pomaques du Nord de la Grèce. Pierre Glaudes, professeur de littérature, a proposé une lecture psychanalytique du conte Le Petit Chaperon rouge de Perrault qui, confrontée à celle d’Y. Verdier, à partir des versions orales, a suscité un débat très riche sur les rapports entre anthropologie et psychanalyse. L’exposé de Marlène Albert-Llorca sur la sexualité dans les pèlerinages a été l’occasion pour l’auditoire de réfléchir aux problèmes méthodologiques posés par l’anthropologie historique du religieux. Enfin, Marine Carrin, en anthropologue spécialiste du monde des tribus de l’Inde, a fait une analyse critique des travaux de Verrier Elwin sur les maisons de jeunes et la sexualité prémaritale chez les Muria. Anne-Marie Rajon, psychanalyste, a présenté une synthèse pédagogique des notions psychanalytiques d’amour et sexualité.

6Le thème se prêtant particulièrement bien à l’approche pluridisciplinaire, celle-ci a été l’occasion d’approfondir dans les discussions le contenu différent selon les époques et les disciplines, de notions telles que homosexualité, désir, amour, perversion, etc.

Publications

  • « Pluriparentalités et système de filiation dans les sociétés occidentales contemporaines », dans La pluriparentalité, sous la dir de D. Le Gall et Y. Bettahar, Paris, PUF, 2001, p. 69-93.
  • « Maternité et identité féminine », dans Maternité. Affaire privée, affaire publique, sous la dir. d’Y. Knibiehler, Paris, Bayard, 2001, p. 61-76.
  • « Unifiliation ou double filiation dans l’adoption française », dans Nouvelles parentés en Occident, n° sp. d’Anthropologie et sociétés, sous la dir. de F.-R. Ouellette, 24, 3, 2001, p. 21-38.
  • « Vers une reconnaissance de la pluriparentalité ? », dans L’un et l’autre sexe, n° sp. d’Esprit, sous la dir. de I. Théry, mars-avr. 2001, p. 40-52.
  • « Qu’est-ce qu’un parent ? Pluriparentalités, genre et système de filiation dans les sociétés occidentales », Spirale, 21, 2001, p. 19-43.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Fine, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 451-454.

Référence électronique

Agnès Fine, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15772

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals