Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin
p. 458-463

Texte intégral

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, directeurs d’études

Engagement et réflexivité

1Le nouveau cycle de notre séminaire se propose d’explorer comment les sciences sociales en général, l’anthropologie plus spécifiquement, se sont trouvées affectées, au cours des deux dernières décennies, par un double questionnement, certes fondateur à ces disciplines mais reposé à nouveaux frais, sur leur rapport aux sociétés qu’elles étudient ou dans lesquelles elles sont produites – ce que l’on peut appeler « engagement » – et sur leur relation à leur propre régime de savoir et d’autorité – ce qu’il est convenu de désigner comme « réflexivité ». Si elle est transversale à l’ensemble des thèmes que traitent les sciences sociales, et notamment l’anthropologie, cette problématique s’exprime avec une singulière acuité dans les domaines en mutation rapide que sont la santé publique, la biomédecine, les biosciences et pour lesquels ces disciplines sont volontiers sollicitées ou encore s’autosaisissent de questions nouvelles.

2Jean-Pierre Dozon a d’abord montré que la distinction canonique entre le savant et le politique est aujourd’hui brouillée. D’une part, parce que le politique tend à se définir moins en termes de souveraineté et de conquête du pouvoir qu’en termes de technologies sociales qui font de l’ensemble des mondes sociaux une somme de problèmes à résoudre. D’autre part, parce qu’en raison de cette évolution, les sciences sociales sont mises à l’épreuve d’un espace de neutralité réduit ; un espace où elles sont de plus en plus sollicitées aussi bien par des « engagements-experts » que par des « engagements-militants », aussi bien par des demandes émanant des pouvoirs publics que par des mouvements associatifs qui, au travers de leur expérience, de leur capacité d’expertise, de leurs liens fréquents avec les sciences sociales, empiètent de plus en plus sur le terrain, lui-même entremêlé, de la science et de la politique. La chose n’est cependant pas nouvelle. En réalité, le couple « engagement et réflexivité » a structuré l’histoire des sciences sociales. Le développement des sciences sociales au XXe siècle s’est pourtant accompagné d’un relatif aveuglement à ce que George L. Mosse qualifie de « brutalisation des sociétés européennes », phénomène qui suscite désormais une interrogation redoutable sur la façon dont les sciences sociales ont manqué tout à la fois d’engagement et de réflexivité à l’endroit d’un monde occidental portant en lui et hors de lui des violences difficilement effaçables. L’analyse s’éclaire du reste par la contribution de Norbert Élias à l’explicitation de la tension entre « engagement et distanciation » en sociologie ; deux notions interdépendantes dans lesquelles le « danger » joue un rôle central qui, par le fait de s’atténuer grâce au développement des sciences de la nature, aurait fait avantageusement progresser la distanciation aux dépens de l’engagement ; la « nature » représenterait toutefois à nouveau un danger, ou serait elle-même en danger, alors que s’opère un déplacement des perceptions du danger sur les activités scientifiques elles-mêmes.

3Didier Fassin s’est ensuite attaché à ressaisir les deux concepts en s’appuyant, d’une part, sur une discussion théorique, d’autre part, sur l’expérience de plusieurs enquêtes. Reprenant les termes d’une série d’articles sur la question de l’engagement dans les sciences sociales, il oppose de façon paradigmatique la sociologie du dévoilement de Pierre Bourdieu et la sociologie de la traduction de Michel Callon, pour montrer que les dichotomies ainsi constituées s’avèrent quelque peu réductrices au regard des questions concrètement posées aux chercheurs et des exigences effectivement revendiquées dans la plupart des travaux. Une analyse sociologique des travaux anthropologiques sur le sida en Afrique depuis le milieu des années 1980 permet à cet égard une intéressante étude des modalités de la tension entre engagement et réflexivité, la discipline ayant paru, à l’occasion de cette crise épidémiologique, renouer avec ses impasses et ses errements anciens, trop vite considérés comme surmontés par une anthropologie engagée parce que réflexive. Ce retour sur enquêtes peut du reste être considéré comme un exercice intellectuel salutaire que le chercheur peut tourner vers ses propres travaux, pour y déceler une série de problèmes pratiques, mais tout aussi bien épistémologiques et théoriques, qui se posent à lui : le choix d’un camp, en général celui des dominés ou des victimes tels que constitués par le regard du chercheur ; la protection de l’informateur, se posant moins en termes d’anonymisation certes nécessaire qu’en termes inverses d’autocensure tendant à dénaturer certaines analyses ; le respect des acteurs, par rapport auxquels l’établissement d’une proximité rend plus sensible à leurs contraintes et à leurs limites ; le développement d’attentes, qui renforce la dépendance ou tout au moins l’ambiguïté de la relation d’enquête ; l’effet d’autorité, qui peut se traduire dans la prise de parole sur le sujet traité ; l’exigence croissante de rendre des comptes sur l’utilité sociale de la recherche ; l’évidence naturelle de l’objet, lorsqu’il s’agit du corps ou de la vie, tendant à produire une résistance à l’objectivation.

4Après ce cycle introductif, plusieurs invités sont intervenus. Éric Fassin, professeur à l’École normale supérieure, s’est livré à un exercice de décentrement du thème par une comparaison avec la situation nord-américaine. Aux États-Unis, bien plus qu’en Europe, la production savante des sciences sociales est associée au registre de l’expérience vécue, à l’appartenance à un « genre », à une « race », à une « minorité culturelle ». De sorte que le statut du sociologue et, plus largement, de l’intellectuel y prend des formes plus spécifiques ou plus expertes, et les sciences sociales y ont des usages plus pratiques où les choix politiques peuvent l’emporter sur la recherche de l’objectivité scientifique. À l’inverse en France, comme l’ont révélé une série récente de « débats de société », la prétention à l’universel et même dans certains cas, l’affirmation de l’existence d’invariants, conduisent à poser les sciences sociales, et notamment l’anthropologie, comme nouvelle pratique normative de l’ordre des choses. Dès lors, parler contre l’expertise de ces disciplines, c’est avant tout dénoncer les abus de leur utilisation experte.

5Michel Callon, professeur à l’École des mines, en s’appuyant sur une ethnographie des pratiques scientifiques et sur une expérience d’expertise des controverses socio-techniques, a décrit les phénomènes d’hybridation de l’organisation de la recherche, c’est-à-dire un processus dans lequel le monde savant est de plus en plus confronté à des groupes ou des mouvements sociaux qui concilient capacité d’expertise et virtuosité politique. Dans cette situation inédite, il appartient aux sciences sociales d’étudier finement cet entremêlement de profane, de savant et de politique, comme il leur revient, par-delà les inévitables tensions entre les logiques sous-jacentes, de contribuer au dialogue entre les uns et les autres.

6Georges Guille-Escuret, chercheur au CNRS, a rappelé les circonstances anecdotiques mais révélatrices grâce auxquelles il a été amené, alors qu’il travaillait sur la culture matérielle de groupes centrafricains, à s’intéresser au cannibalisme. S’il a été alors en mesure d’apporter des données ethnographiques nouvelles sur cette question, sa réflexion s’est prolongée par une interrogation sur son traitement ambigu par l’anthropologie. Peut-être à cause d’un engagement implicite visant à ne pas accréditer les jugements qui furent portés sur les sociétés non occidentales, ou à cause de la charge fantasmatique qu’il suscite en Occident, cette discipline en a bien souvent nié l’existence ou limité l’explication à des situations exceptionnelles. Antithèse d’un objet bon à penser pour l’anthropologie, le cannibalisme révèle comment celle-ci est traversée par des phénomènes d’attraction et de répulsion qui demandent à être explicités.

7Helen Schneider, directrice du Center for Health Policy de l’Université de Witwatersrand à Johannesbourg, a montré comment la pratique d’une activité scientifique en Afrique du Sud avait été liée non seulement aux conditions de transformation de l’espace politique, dans les contextes de l’apartheid puis de la démocratie, mais également aux modalités d’identification des chercheurs, notamment à travers leur perception dans des catégories racialisées : l’engagement et la réflexivité ne peuvent dès lors plus être saisis en dehors de cette double expérience militante et personnelle. À cet égard, l’épidémie de sida et la série de controverses à laquelle elle a donné lieu ont eu un effet de dévoilement de ces phénomènes, puisque la lecture des graves problèmes de santé publique posés se caractérise par un double phénomène de radicalisation politique et d’imputation raciale.

8David Coplan, professeur au département d’anthropologie de cette même Université de Witwatersrand, a présenté ses travaux sur la redéfinition des frontières au Lesotho, enclavé dans le territoire de son géant voisin sud-africain. À l’encontre du discours convenu sur l’harmonisation des relations entre les deux États, il revient au chercheur de montrer que si, pour les paysans basotho et propriétaires terriens de la région, la frontière n’est guère un fait social ou historique, en revanche, elle devient opératoire dès lors qu’on l’aborde en tant que réalité économique, dans la mesure où son existence génère d’importants phénomènes d’accumulation et de corruption locales. Au-delà de la spécificité du cas étudié, est posée la question du type de vérité produite par l’anthropologue et de sa relation à la vérité officielle.

9Véronique Nahoum-Grappe, sociologue au CETSAH, s’est appuyée sur son expérience singulière du crime et de la cruauté dans l’ex-Yougoslavie où elle a conduit des enquêtes apparemment périphériques puisqu’elles portaient sur les pratiques de consommation alcoolique, mais qui l’ont ramenée au cœur de la violence de guerre, tant à travers ses entretiens plus ou moins formels que par son observation des conditions de vie quotidienne. Épreuve, donc, pour les sciences sociales que cette confrontation à la violence ordinaire et à la criminalité d’État, à la réalité de la mort et des camps, qui appelle une réflexion sur l’éthique du témoignage.

10André Guichaoua, professeur à l’Université de Lille-II, a exposé comment ses travaux antérieurs sur le Rwanda et sa présence au moment du génocide ont déterminé sa participation au titre de « témoin-expert » au Tribunal pénal international d’Arusha. Expérience qui révèle les contradictions et les ambiguïtés des procédures judiciaires et des pratiques des acteurs, mais également l’inconfort du sociologue sollicité comme expert dans un contexte où la plupart des chercheurs ont, pour des raisons personnelles ou historiques, choisi un camp. L’important travail d’enquête archivistique et ethnographique, assorti d’analyse anthropologique et historique, permet sinon d’énoncer une vérité, du moins de produire des faits et leur contextualisation. Le caractère savant de l’exercice ne doit cependant pas faire éluder les dangers physiques et les enjeux moraux à l’épreuve desquels le chercheur se trouve soumis.

11Claudine Vidal, sociologue au Centre d’études africaines, et Rony Brauman, chercheur à la fondation Médecins sans frontières, sont revenus sur le génocide au Rwanda et sur les formes d’implication, pour l’une, dans le champ des études historiques, pour l’autre, dans l’univers de l’humanitaire : la première pour exposer comment il lui a fallu bâtir son autonomie intellectuelle en travaillant sur l’histoire de ce pays, alors même que celle-ci y était devenue presque impossible à énoncer en raison de mythes présentés comme des versions plus ou moins officielles ou par le fait de multiples pratiques profanes de l’histoire ; le second pour montrer comment la simplification de l’espace politique par la logique humanitaire, qui constitue une catégorie de victimes comme objet de son action, produit des points aveugles d’autant plus impénétrables qu’en l’absence de travaux de sciences sociales sur ce domaine, les acteurs analysent eux-mêmes leurs interventions.

Atelier d’étudiants

12Prolongeant la réflexion conduite dans le cadre du séminaire, une dizaine d’étudiants ont organisé l’exposé de leur recherche (DEA ou thèse) autour des rapports engagement/réflexivité à partir de leurs propres travaux et interrogations. Les travaux suivants ont ainsi été présentés : les discriminations raciales dans l’accès aux soins dans quatre régions françaises ; la prise en charge de la précarité aux urgences de l’hôpital de Caen ; les pratiques hospitalières de l’imagerie médicale dans un centre hospitalier d’île-de-France ; les rituels autour de l’interruption médicale de grossesse dans les services de gynécologie ; le développement des diagnostics génétiques pré- et post-natals ; les pratiques du vaudou haïtien en région parisienne ; les constructions de l’altérité dans une institution française de formation au développement ; les usages de la psychiatrie dans la prise en charge des victimes de traumatismes liés à la violence en Palestine ; la racialisation des politiques de planification familiale au Brésil ; les politiques sociales à l’égard des sinistrés du raz de marée de 1999 au Venezuela ; l’histoire de la lutte contre la tuberculose au Cameroun ; les pratiques de justice locale dans l’attribution des traitements antirétroviraux au Sénégal.

Publications

Didier Fassin

  • « Les sciences sociales comme pratique engagée », Nature Sciences Sociétés, 9, 4, 2001, p. 43-46.
  • « Politiques du corps et reconnaissance de l’altérité. Nouvelles questions posées par l’immigration à la société française », Recherches sociologiques, Louvain, 2, p. 59-74.

Jean-Pierre Dozon

  • « Post-prophetism and post-houphouëtism in Ivory Coast », Social Compass, 48, 3, 2001, p. 369-385.
  • Avec N. Bancel, « De la colonisation à la décolonisation : les modes de constitution de la Françafrique », Mouvements, 21-22, 2002, p. 15-27.
  • « Du cosmopolitisme à l’ethno-nationalisme », Sociologies pratiques, 5, 2002, p. 45-49.
  • « Georges Balandier dans l’histoire et l’épistémè de l’africanisme », Recherches sociologiques, XXXIII, 2, 2002, p. 21-29.
  • « L’État franco-africain », Les Temps modernes, 620-621, 2002, p. 401-428.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 458-463.

Référence électronique

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15775

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Dozon

Articles du même auteur

Didier Fassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals