Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Données biologiques : imaginaire et identité

Mary Picone
p. 464-465

Texte intégral

Mary Picone, maître de conférences

Les peurs : représentations extrêmes du corps et du lien social

1Le point de départ de ce séminaire a été une série de questions : est-il possible d’identifier la peur comme une émotion universelle préexistante à la modernité ? Assistons-nous actuellement à la découverte, ou à l’invention d’un foisonnement d’états et de termes à la fois psychologiques, psychiatriques et politiques, tels que les traumatismes, le PTSD, les facteurs anxiogènes, le sentiment d’insécurité, etc., portant à une globalisation de concepts et de représentations occidentales récentes ? Un signe concret d’une modification dans ce sens est la diffusion de produits dérivés tels que les déguisements de Halloween ou les masques du film Scream.

2À l’évidence un tel champ d’investigation est très vaste. Il s’agit d’abord pour nous de relier des domaines d’apparence disparates pour débuter une vraie analyse comparative, mais aussi de stimuler à terme des nouvelles recherches plus approfondies, éventuellement sous la forme d’un ouvrage collectif. Les premières séances ont été consacrées à quelques notions d’étymologie et à des considérations sur le culte de divinités classiques telles que Phobos et Pan. En 2001-2002 nous avons considéré en particulier les tentatives d’observation et de codification des manifestations corporelles de la peur.

3Les exemples choisis incluent les bustes de Messerschmitt, l’ouvrage de Darwin sur l’expression des émotions, les photographies de Duchêne de patients de la Salpêtrière, ainsi que les séries prises par Bateson et Mead à Bali. Nous avons ensuite étudié de plus près quelques figures emblématiques de la peur dans les contes populaires recueillis par les folkloristes en Europe et au Japon. Après un survol méthodologique de Propp, Lévi-Strauss et Brémond, nous avons analysé le géant quasi immortel, l’ogre cannibale, le loup et le dragon. Il n’est pas aisé d’établir des liens précis entre ces figures et les monstres de l’hypermodernité, mais on ne peut pas s’empêcher de penser à Goldorak, Hannibal Lecter, Alien et Godzilla. Souvent la peur se cristallise autour de la forme même de sa transmission occulte et intangible. Par exemple, des rumeurs véhiculent une contagion par des maladies fantomatiques, des venins inexistants, ou des peurs alimentaires. Parfois la maladie ou la toxine en question est bien réelle mais sa diffusion est illusoire. À ce propos il suffit de rappeler les centaines de fausses alertes, après le 11 Septembre concernant l’envoi de spores d’anthrax par courrier. La tension créée par la campagne électorale nous a conduits à un débat autour de quelques analyses des méthodes de mesure du sentiment d’insécurité (V. S. Roché, L. Muchielli).

4Enfin nous avons abordé la deuxième partie du programme par l’étude de quelques figures qu’on pourrait définir comme « producteurs » ou « entrepreneurs » de peur, et de micro-communautés s’identifiant à ce sentiment (« sataniques », Goths, « vampires »). Les analyses sociales de la peur font rarement le lien entre les menaces qu’on fuit et les terreurs ludiques qu’on achète. La peur est également un produit industriel et un choix identitaire. Parmi les « producteurs de peur » nous nous sommes penché plus particulièrement sur une série de représentations théâtrales, celles du Boulevard du Crime, Grand Guignol, certaines pièces du kabuki et des yose. Ces productions montrent souvent le lien entre crimes véritables, experts tels que criminologues et pathologistes et consommation immédiate sous forme de fiction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 464-465.

Référence électronique

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15776

Haut de page

Auteur

Mary Picone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals