Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Images du religieux

Jean-Claude Penrad
p. 465-467

Texte intégral

Jean-Claude Penrad, maître de conférences

Religion et société en Afrique orientale et dans l’océan Indien occidental

1L’articulation du séminaire en deux modules complémentaires a été maintenue, mais cette année en les répartissant sur deux semestres au lieu d’alterner les séances comme nous l’avions fait par le passé.

2La première partie a d’abord été consacrée à l’analyse des documents filmés lors de notre mission aux Comores en octobre et novembre 2001. Cette dernière collecte concerne pour une part des manifestations rituelles de la confrérie Shadhiliyya-Yashrutiyya en relation avec le centenaire de la disparition de Sheykh Abdallah Darwich, l’homme qui a introduit la confrérie dans l’archipel et qui a initié Sayyid Muhammad al-Maarouf, la personnalité qui l’a popularisée en lui permettant une grande extension dans l’océan Indien occidental et en Afrique de l’Est. Les vidéos présentées, complétées par les indications contextuelles du tournage touchant notamment à la confrontation entre islam politique et islam mystique, nous ont permis de réfléchir sur les notions d’orthodoxie et de syncrétisme, au sens religieux ou politique. Les manifestations induites relatives à la nourriture, aux questions financières et organisationnelles, comme à l’expression des hiérarchies sociales dans le partage de l’espace rituel ont été dégagées de l’ensemble. Par ailleurs, la présentation d’un dhikr convoqué la veille du retour à Nakuru, via Zanzibar, de Sayyid Muhammad Ali Wafaa, khalifa très âgé de la confrérie au Kenya et petit-fils de Sayyid Muhammad al-Maarouf, a permis de mettre en relief les engagements individuels dans ce type d’événement et les manifestations affectives qui transparaissent.

3Pour continuer avec l’exposition des pratiques confrériques, deux séances ont été mises à profit pour confronter nos documents avec d’autres réalisations. Ainsi, les films de Fabrizio Speciale, sur le Soudan et la Syrie, et d’autres extraits de documentaires télévisuels, ont été utilisés pour mettre en évidence les permanences manifestes dans la gestuelle, les répertoires chantés et la visite des tombes de saints, par-delà les espaces et les cultures. Le thème de la logique rituelle mise en œuvre dans un contexte de supercherie religieuse a également été traité en ayant recours à une compilation sénégalaise concernant la visite à Dakar de l’« enfant prodige » tanzanien, Sheykh Sharifou al-Khalifa. Enfin, Ahmed Rahal (Université de Tunis) nous a présenté ses réalisations visuelles concernant des lettrés de Tunisie et du Pakistan qui rédigent des amulettes coraniques à la demande de personnes qui viennent les consulter dans leurs cabinets. Là aussi, ce sont les caractères intimes de la relation religieuse qui émergent des films proposés.

L’image, le religieux et l’intime (avec Michèle Fiéloux, chargée de recherche au CNRS et Jacques Lombard, directeur de recherche à l’IRD)

4Le travail collectif sur l’image, le religieux et l’intime s’est poursuivi cette année par la présentation critique des travaux de plusieurs chercheurs. Michèle Fiéloux et Jacques Lombard, à la suite d’une expérience avec le musée d’Art contemporain de Dusseldörf, se sont interrogés, images à l’appui, sur l’ambiguïté de la relation personnelle à l’objet rituel. En l’occurrence il s’agissait d’un autel lobi et de son « créateur », convié à reconstruire son « œuvre » par le musée allemand, dans le cadre d’une exposition réunissant des autels originaires de diverses parties du monde et reliés à des croyances différentes. Aux critères esthétiques des organisateurs sont confrontées les motivations diverses du sculpteur-servant burkinabe. Par un aller-retour en images entre Dusseldörf et le Burkina-Faso, les auteurs ont essayé, par le biais de cette réalisation d’une copie transplantée d’un ensemble d’objets sacrés, de provoquer une réflexion sur la nature du rapport à l’invisible de l’officiant-créateur et sur l’autonomie relative des objets rituels, œuvres d’art ou supports de puissances.

5Le dialogue avec l’invisible, manifeste dans les cultes des ancêtres en Imerina (Madagascar), a également nourri les interventions de Sophie Blanchy (CNRS) qui s’est attachée à montrer, avec ses images de terrain, les apparences des lieux divers où s’effectuent ces cultes et les formes du dialogue avec l’invisible. Nous avons également accueilli Yasuhiro Omori (Musée d’ethnologie d’Osaka, directeur d’études invité à l’EHESS), qui nous a présenté son film sur le chamanisme au Japon, en centrant le débat sur les manifestations de l’intime dans la pratique religieuse. Enfin, Stefania Capone (CNRS) a isolé de ses rushes les séquences sur l’Umbanda, au Brésil, qui pouvaient entrer dans notre problématique, pour les soumettre aux réflexions des participants au séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 465-467.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15777

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals