Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Les signes en société

Stéphane Breton
p. 472-474

Texte intégral

Stéphane Breton, maître de conférences

Anthropologie sémiotique : la chose commune

1Dans la perspective de la description monographique d’une société de Nouvelle-Guinée occidentale (les Wodani des hautes terres) dans laquelle l’enseignant a conduit son travail de terrain, le séminaire s’est attaché à comprendre ce que l’on pourrait appeler les « médiations sociales » qui interviennent et s’interposent dans tous les aspects de la vie sociale, que ce soit dans la constitution de la personne – avec la transmission des substances maternelles et paternelles – ; que ce soit dans l’économie marchande et la reproduction corporative du clan – avec les monnaies de coquillage – ; que ce soit dans les relations à l’au-delà – avec les instruments de la sorcellerie, de l’exorcisme, de la divination : plantes et objets naturels – ; que ce soit dans l’alliance matrimoniale – avec la prohibition de l’inceste – ; que ce soit dans la relation des subjectivités – avec la langue naturelle et les systèmes sémiotiques. La société wodani ne saurait agir ni se reproduire sans passer par la médiation de ces signes. Nous avons observé le fantasme millénariste qui hante cette société périodiquement tentée par l’abandon des médiations – de la monnaie, de la langue naturelle et de la prohibition de l’inceste –, dans l’espoir vite déçu d’avoir accès à des significations sans signes et à des richesses sans causes. Le culte millénariste dont nous avons retracé l’histoire nous a en même temps fourni une sorte d’ethnosociologie de la société wodani puisque, cherchant à la transformer, il en fournit en même temps une analyse réflexive très subtile : ce qu’il cherche à supprimer, dans une tentation de parousie, c’est précisément l’essence même de la médiation, dont le fonctionnement normal de la société laisse voir au contraire qu’elle est essentielle. Ces faits nous ont conduit à une réflexion plus vaste sur la réification du social, sur la mise en scène de la chose commune à travers le jeu des médiations et des signes.

2Enfin, deux invités du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (CREDO), Francesca Merlan et Alan Rumsey, de l’Australian National University (Canberra), ont donné chacun une conférence au séminaire (intitulées respectivement « Rationalisation, development, sacred sites and tradition : A comparison between Australia and New Guinea » et « Ethnographie macro-tropes »).

Atelier d’analyse de films documentaires : qui regarde ? qui montre ?

3C’est fort du point de vue éthique qui est celui du cinéma documentaire que nous avons analysé la mise en scène de la réalité à la télévision, à travers des images qu’elle voudrait « documentaires » et qu’elle nous présente dans un magazine de reportage, dans un journal d’information, dans une émission de variété. Nous avons cherché à définir le « point de vue » qui définit ces images, pour nous apercevoir assez vite que le style télévisuel se caractérise le plus souvent par l’absence de point de vue, ce qui prête à ces images un caractère absolu, objectif, légitime – prétention qui est évidemment injustifiée et manipulatrice. Cela tend à constituer la réalité en un objet mythologique intrinsèquement significatif, bien qu’il ne soit vu par personne, sinon par Dieu, avec qui la télévision s’identifie, si l’on peut dire, sur le plan sémiotique, ce que trahissent d’une manière particulièrement crue les styles de la caméra de surveillance ou de la caméra cachée, inquisitrice, de plus en plus répandus à la télévision. Par contraste, le cinéma documentaire, quand il n’est pas corrompu par l’idéologie télévisuelle, naît d’un point de vue affirmé, dont les coordonnées sont affichées : l’« objet » est vu par quelqu’un qui est légitimé à le montrer parce qu’il a tout d’abord gagné le droit de le regarder, ne serait-ce qu’en manifestant dans le film lui-même sa propre présence. Ce qui se joue dans les questions « Qui regarde ? Qui montre ? » est au cœur de la relation ethnographique. Nous avons illustré ces considérations par l’analyse d’émissions de télévision et de films documentaires ou de fiction : Deux ou trois choses que je sais d’elle, de Jean-Luc Godard ; Apu, la complainte du sentier, de Satyajit Ray ; Call for Grace, de Lætitia Merli (étudiante en anthropologie) ; Massoud l’Afghan, de Christophe de Ponfilly. Par ailleurs, un accent particulier a été porté sur les notions de spéculanté, d’identification, de mise scène de la Référence, qui sont à l’œuvre dans l’image animée et dont nous avons observé l’effet dans des extraits de « Star Academy » (TF1), Planète baruya (film de lan Dunlop et Maurice Godelier), Basic training (film de Frederick Wisemann) et Triumph des Willen (film de Leni Riefenstahl).

Publications

  • « Présentation : monnaie et économie des personnes », dans Questions de monnaie, n° sp. de L’Homme, 162, 2002, p. 13-26.
  • « Tuer, manger, payer : l’alliance monétaire des Wodani de Nouvelle-Guinée occidentale », ibid., p. 197-232.
  • « La personne juridique, le sujet du désir et la norme sociale » et « Norme juridique et normativité sociale », Esprit, 285, 2002, p. 29-54 et p. 55-79.
  • « The spectacle of things : a Melanesian perspective on the person and the self », dans People and things : social mediation in Oceania, sous la dir. de B. Juillerat et M. Jeudy-Ballini, Durham, Carolina Academic Press, 2002, p. 123-156.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Breton, « Les signes en société », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 472-474.

Référence électronique

Stéphane Breton, « Les signes en société », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15781

Haut de page

Auteur

Stéphane Breton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals