Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Art, objets, sociétés

Brigitte Derlon
p. 504-506

Texte intégral

Brigitte Derlon, maître de conférences

L’anthropologie de l’art : une discipline en quête de définition

1Le séminaire a poursuivi et achevé son étude des nouveaux objets de l’anthropologie de l’art, liés à son ouverture à d’autres disciplines et à la place de choix désormais réservée aux processus interculturels. L’attention s’est portée, cette année, sur le fort développement des liens entre anthropologie de l’art, histoire de l’art et histoire culturelle actuellement observables dans le champ des études océaniennes. L’analyse approfondie de deux ouvrages majeurs publiés à près de quarante ans d’écart a servi de fil conducteur à l’examen de ce nouveau courant.

2Avec European vision and the South Pacific (1960), un ouvrage remarquable dans lequel Bernard Smith analyse une grande variété de documents visuels (croquis, gravures, peintures ; illustrations scientifiques et populaires) sur le Pacifique Sud produits à l’époque de l’exploration européenne de la région, nous avons vu comment, dix-huit ans avant la publication de L’orientalisme par Edward Saïd, un historien de l’art a fait œuvre pionnière dans le domaine des études sur les représentations occidentales des peuples non européens et participé à l’émergence, au sein de l’université australienne, de nouvelles orientations critiques dans les disciplines anthropologiques et historiques.

3Bien que Smith soit l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’art australien de ses origines à nos jours, incluant l’art aborigène, c’est un anthropologue, Nicholas Thomas, qui a poursuivi à sa manière certaines des perspectives développées dans European vision. Son ouvrage, Possessions : indigenous art/colonial culture (1999), qui se focalise sur l’art de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande des premières décennies du XIXe siècle jusqu’aujourd’hui, analyse aussi bien la « vision » des colons et de leurs descendants que celle des Aborigènes et des Maoris. Empruntant certaines des méthodes de l’histoire de l’art, et étudiant à la fois les œuvres et les réactions qu’elles ont suscitées localement, Thomas montre comment des Européens et des autochtones, amenés à coexister durablement sur la même terre, se sont perçus mutuellement et se sont servis de l’art pour redéfinir leur identité et leurs relations sociales. Cet ouvrage qui prouve, si besoin était, qu’en matière d’art globalisation ne rime pas avec homogénéisation, prétend jeter ainsi les bases d’une histoire de l’art anthropologique ou, plus justement, d’une forme d’histoire de l’art interculturelle.

4La discussion critique, qui s’est nourrie de l’examen d’autres textes de Thomas, a porté sur les limites du rapprochement ainsi effectué entre anthropologie de l’art et histoire de l’art. Premièrement, si celui-ci s’est révélé incontestablement fécond pour éclairer certains aspects des interactions culturelles dans les anciennes colonies de peuplement du Pacifique, il laisse dans l’ombre les œuvres qui ne se laissent pas interpréter en ces termes, qu’il s’agisse de l’art rituel autochtone ou de certaines œuvres contemporaines. Deuxièmement, quand des tentatives sont faites pour abolir non seulement les distinctions entre art occidental et art non occidental, mais aussi, au sein de ce dernier, les distinctions entre art rituel et art contemporain, la recherche, bien qu’elle s’en défende, aboutit souvent à des résultats généraux et réducteurs, tel celui qui fait de nombreuses formes d’art, toutes sociétés et toutes époques confondues, l’expression visuelle de l’idée de collectivité – sociale, ethnique ou nationale.

5En présentant sa lecture anthropologique de diverses images d’origine européenne, dont une œuvre de Piero della Francesca, Claude Macherel (CNRS) a par ailleurs offert un contrepoint stimulant à la réflexion sur les frontières entre anthropologie de l’art et histoire de l’art. Enfin, lors des trois dernières séances, plusieurs étudiants (Annabelle Boissier, Wei-I Lee, Nadège Piton, Viviane Lelièvre, Christelle Ventura, Maureen Murphy et Sophie Cazaumayou) ont exposé leurs travaux en cours en faisant ressortir divers aspects des problématiques traitées lors du séminaire.

6Trois interventions ont en outre été faites dans le cadre de séminaires (CREDO, Marseille ; FRAO ; séminaire « Savoirs et sociétés », Nanterre).

Publications

  • « “Vous les Blancs, vous faites toujours la guerre” : changement social et conflit intervillageois en Nouvelle-Irlande », dans La tradition et l’État, sous la dir. de C. Hamelin et E. Wittersheim, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 24-57.
  • « Copy rights of objects of worship, land tenure and filiation in New Ireland », dans People and things. Social mediations in Oceania, sous la dir. de M. Jeudy-Ballini et Β. Juillerat, Durham, Carolina Academic Press, 2002, p. 211-238.
  • « L’intestinal et le matriciel. Aux origines mythiques d’une monnaie mélanésienne (Nouvelle-Irlande, Plateau Lelet) », dans Questions de monnaie, n° sp. de L’Homme, sous la dir. de S. Breton, 162, 2002, p. 157-180.
  • « From New Ireland to a museum : opposing views of the malanggan », dans Iconoclash : beyond the image wars in science, religion and art, sous la dir. de Β. Latour et P. Weibel, Karlsruhe, ZKM/Center for Art and Media, Cambridge, The Massachusetts Institute of Technology Press, 2002, p. 139-142.
  • Avec M. Jeudy-Ballini, « Le culte muséal de l’objet sacré » et « Exposer le secret sans le dévoiler. Entretien avec Yves Le Fur », Gradhiva, 30-31, 2002, p. 202-211 et p. 212-216.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Derlon, « Art, objets, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 504-506.

Référence électronique

Brigitte Derlon, « Art, objets, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15801

Haut de page

Auteur

Brigitte Derlon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals