Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien

Jean-Claude Galey
p. 506-509

Texte intégral

Jean-Claude Galey, directeur d’études

Actualité du domaine et discussion de travaux en cours

1Répondant à l’invitation du Netherland Institute of Advanced Studies (NIAS), le directeur d’études s’est vu contraint de réorganiser le séminaire de cette année en en modifiant la périodicité et en allongeant la durée des réunions. Pour l’essentiel, les séances furent consacrées à la présentation du matériel ethnographique et l’examen des problématiques retenues par les doctorants régulièrement inscrits. Chacun des exposés a donné lieu à des discussions approfondies mobilisant l’ensemble de l’auditoire autour des différents corpus retenus et des méthodes engagées. L’exercice s’est avéré fructueux, révélant la présence de perspectives argumentatives complémentaires et la nécessité du débat comparatif pour éclairer la complexité du présent. Une majorité d’exemples a marqué tous les bénéfices que l’on pouvait retirer d’enquêtes de terrain menées autour d’une double implantation, assurant ainsi une première distanciation empirique et la mise en relation de variantes internes aux choix des régions, des concepts et des thèmes mis en jeu.

2Ce fut en particulier le cas pour Raphaël Rousseleau, analysant depuis l’Orissa et le Meghalaya les implications contemporaines de la relation caste-tribu et la place occupée par le rituel dans les constructions identitaires et l’appropriation d’un territoire ; pour Lidia Guzy, dont la prestation sur le mouvement sectaire du Mahima-dharma en Orissa a fait valoir l’importance du contraste urbain (Dhenkanal) et rural (Koraput) et mesurer précisément l’impact de ses pratiques tant sur le plan dévotionnel que politique ; de Michel Monnier avec son interprétation croisée des oracles d’État observés chez les Tibétains en exil (Dharmsala), en relation aux textes originaires de la tradition orale et par l’entremise qu’y suggèrent les thèses de l’ethnopsychanalyse de Toby Nathan ; pour Zoé Headley dont le travail au Tamilnadu s’attache à comprendre les différents registres par où se recompose aujourd’hui l’identité de la caste Kallar, analysant ici la présence des kodangis (danseurs-possédés) dans des cultes locaux réunissant différentes lignées ; pour Anne Delaballe enfin qui, croisant dans le Ladakh contemporain l’évolution des pratiques alimentaires et culinaires à la fois familiales et festives chez les bouddhistes et les musulmans de Leh, s’interdit d’y penser la juxtaposition de deux communautés exclusives mais y repérant, au contraire, les signes d’une résistance de la part d’une culture régionale ayant dans son histoire intimement agencé, sinon intégré, les différences confessionnelles que veulent y imposer les pouvoirs influents, mais extérieurs, qui pèsent désormais sur cette société des marches ; pour Pascale Lépinasse au Rajasthan (mont Abu, Jaipur), avec la mise en place qu’elle dessine pour analyser les institutions spiritualistes des Brahma Kumari et leurs implantations occidentales, les distinguant de mouvements parallèles comme ceux de Swami Narayan et de Vallabhacarya, avant de discuter les implications que tous ces développements récents du vishnouisme nord-indien font peser sur le néo-hindouisme et les mouvements New Age une fois considérés sous les thèmes contrastés de l’inclusivisme, du millénarisme et de l’interaction de différents univers de valeurs ; pour Béatrice Govindin, enfin, avec la présentation croisée des archives concernant l’histoire des émigrations depuis l’Inde des populations ouvrières de la Réunion, de l’île Maurice, de la Guadeloupe et du Surinam, un état des lieux délicat où la disparité et l’incomplétude des sources préviennent toute hypothèse.

3Plus particulièrement dévolue à des ancrages singuliers et locaux, une seconde série de prestations a concentré l’attention du séminaire sur des questions d’espace et de calendrier. Alexandra de Mersan a présenté un chapitre de la thèse qu’elle consacre à la région birmane de l’Arakan autour de son ancienne capitale (Mrauk-U). Les cultes aux esprits ou aux génies du sol ont fait ici l’objet d’un descriptif fouillé marquant un lien très fort avec le terroir, les eaux et le sous-sol, révélateurs d’une société complexe et complémentaires des échanges qu’ils entretiennent avec les ancêtres locaux et les sanctuaires bouddhistes dont les gouvernements militaires se réapproprient aujourd’hui la statuaire au nom d’un nationalisme où les Arakanais font à la fois figure de minorité et d’emblème. Lo Su-Meï a décrit, puis analysé, les sites funéraires et les tablettes ancestrales des populations Amis de Taïwan en relation avec l’impact des réformes d’unifiliation patrilinéaire que la sinisation fait subir aux institutions de cultures côtières austronésiennes valorisant la germanité et morphologiquement ordonnées autour d’un univers cognatique dominé par la transmission matrilatérale. Tiziana Leucci a rendu compte de sa mission récente en Orissa, chez les derniers témoins des écoles de devadasis, révélant là une forte tradition à la fois royale et ascétique complétant les discours dominants qui les rattachent aux grands temples brahmaniques en s’opposant à la moralisation officielle qui la condamne. Sylvie Sanseau a présenté l’état de sa réflexion sur la personne et le corps féminins à partir d’une enquête au Chhatisgarhi (Madhya Pradesh) sur le sari. Delphine Ortis a pour sa part ré-ouvert ses dossiers consacrés au culte d’un saint musulman de l’Uttar Pradesh dont elle étudie le sanctuaire principal (dargah), insistant sur les différentes instances qui en ont gouvernance à différentes périodes de l’année et tiennent des comptabilités distinctes renvoyant chacune aux différentes images qui composent le statut de sainteté. Gael de Graverai a poursuivi la mise en place de son ethnographie des Mina, une « tribu » de la région d’Amber et du Shekhawati (Rajasthan) dans ses rapports avec la fonction royale et avec les logiques de caste qu’elle continue d’ordonner du point de vue de l’honneur.

4Loin d’avoir constitué une parenthèse dans l’économie générale de ce séminaire, ces ateliers de travail en ont au contraire poursuivi la cohérence. Donnant aux jeunes chercheurs une parole mieux marquée, ils ont approfondi l’esprit d’un débat souvent subverti par une ethnologie aujourd’hui trop abstraite, inversant sans les soumettre les priorités d’intervention de celui qui en avait la charge.

5Le directeur d’études a en outre participé à une table ronde autour de la visite du professeur Ranajit Guha à Leyde sur l’impact du colonialisme sur la perception du temps au cours du XIXe siècle indien. Il a également prononcé deux conférences à paraître au NIAS, sous la forme d’un exposé : « Past polity, present politics. Reshuffling Authority and Power in the western Himalayas » et dans le cadre plus formel de la « Josselin de Jong Memorial Lecture » organisée par le IIAS et le CNWS de l’Université de Leyde, sous le titre : « Society’s imaginary. The absented king and the enduring realm : A comparative venture on two regional caste systems in democratic India ».

Publication

  • « Der Mensch in der Natur. Hinduismus und wilde Denken », dans Metamorphosen der Natur. Sozial-anthropologische Untersuchungen zum Verhältnis von Weltbild und natürlicher Umwelt, sous la dir. d’A. Gingrich et E. Mader, Vienne, Bohlau, p. 161-181.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 506-509.

Référence électronique

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15802

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Galey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals