Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien

Francis Zimmermann
p. 509-510

Texte intégral

Francis Zimmermann, directeur d’études

Les conceptions du corps humain

1Sur le thème de l’expressivité du corps, nous avons souligné que, pour celui qui l’anime comme pour celui qui le regarde, c’est en fonction d’une idée préconçue ou d’une certaine « orientation » de la pensée, que le corps « exprime » quelque chose comme par exemple sa force musculaire. L’auteur du beau livre sur les conceptions du corps en Chine et en Grèce, que nous présentions en exergue au séminaire de cette année, Shigehisa Kuriyama, historien de la médecine chinoise, utilisait cependant une terminologie (sa métalangue d’historien des idées scientifiques) et une thématique (le comparatisme fondé sur l’idée de mentalité collective, le marquage des « divergences » dans l’« orientation » de la pensée collective), qui nous semblaient datées et qui n’ont plus cours en anthropologie. Le concept d’expressivité désigne imparfaitement ce que les linguistes, les anthropologues et les théoriciens de l’art nomment aujourd’hui en anglais performance. Les « arts vivants » (performing arts) comme disent les professionnels du théâtre, ce sont pour nous le théâtre et la danse, les arts martiaux et toutes formes concertées d’expression des émotions. L’objectif, cette année, était de baliser le champ de ce qu’on appelle aux États-Unis an anthropology of performance, une anthropologie de l’énonciation par le geste et la parole, et d’interpréter dans cette perspective les pratiques artistiques, médicales et religieuses hindoues et les textes philosophiques en sanskrit qui leur sont liés.

2Deux temps forts. D’abord, partant de la lecture d’un beau texte de François Chenet (Université de Paris-IV) sur les yantra, nous avons esquissé l’analyse d’une tripartition de la personne humaine qui domine l’hindouisme. Les humains, par contraste avec les animaux d’une part et les dieux d’autre part, se définissent par la capacité d’accomplir des rites. Or il n’y a de rite qu’accompli physiquement par un officiant. Le corps humain est donc l’humanité en action, accomplissant les rites par le geste et la parole ; autrement dit, le corps humain est spontanément conçu en performance, comme lieu (support ou point d’appui) et instrument d’une énonciation par le geste et la parole. Le rite engage tout l’homme, « corps, parole, pensée », à tous les niveaux ou sous tous leurs aspects qui vont sans coupure du corps physique à la conscience. À la triade corps-parole-pensée correspondent trois réalités « transitionnelles » que désignent respectivement les mots sanskrits yantra, mantra et bhâvanâ. Nous nous sommes efforcé de reconstruire et de mettre en perspective par rapport à nous ces conceptions philosophiques et religieuses.

3Ensuite, nous avons emprunté à Max Weber le fil conducteur du tantrisme pour prendre une vue d’ensemble d’ordre sociologique sur les conceptions du corps humain en Asie. Max Weber, à la fin d’Hinduismus und Buddhismus, situe l’émergence du tantrisme dans le cadre historique d’une « restauration de l’orthodoxie » en Inde après l’élimination de l’hérésie bouddhiste. La restauration prit la forme même qui avait assuré le succès des hérésies : des sectes nouvelles et de nouveaux monastères (qu’on peut désigner sous le nom sanskrit d’ashram) et plus exactement, dans la terminologie de la sociologie comparative, la création d’un corps de moines professionnels, ein organisiertes Berufsmönchtum. Or il est essentiel de souligner un aspect sociologique et anthropologique du tantrisme que les présentations habituelles laissent dans l’ombre : il s’agit des pratiques de « virtuoses » comme disait Weber, et l’on doit systématiquement les confronter à leurs parallèles dans l’ethnographie « ordinaire ». Nous devons préciser cette dialectique entre les conceptions (du corps humain) d’ordre quotidien ou ordinaire, et les conceptions (et pratiques) d’ordre extraordinaire. Cette polarité religieuse recouvre en partie l’opposition sociologique traditionnelle (mais absente dans le brahmanisme classique) entre vie séculière et vie régulière. Si nous mettons en regard différentes échelles entre niveaux de réalité allant par exemple des textes aux techniques, et de la triade philosophique corps-parole-pensée aux pratiques de transe, leur correspondent en gros une polarité religieuse entre la gnose et la magie et une division sociologique entre ce que Weber appelle les « couches lettrées » et « ceux qui [les couches paysannes...] n’ont pas l’oreille musicale pour la religion ». Les différentes conceptions du corps humain repérables dans les textes et sur le terrain se répartissent suivant cette polarité religieuse et cette division sociologique.

Publication

  • « Comparaison, dialogue, récit. Romanciers malayalam sur la parenté matrilinéaire », Annales. Histoire, Sciences sociales, 57, 1, 2002, p. 31-48.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Zimmermann, « Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 509-510.

Référence électronique

Francis Zimmermann, « Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15803

Haut de page

Auteur

Francis Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals