Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’Europe

Daniel Fabre, Giovanni Careri et Carlo Severi
p. 515-518

Texte intégral

Daniel Fabre, directeur d’études

1Compte rendu non communiqué.

Giovanni Careri, maître de conférences et Carlo Severi, directeur de recherche au CNRS

Traditions iconographiques et mémoire sociale

2Au cours de l’année, nous avons poursuivi notre étude de l’œuvre d’Aby Warburg et de ses implications pour l’anthropologie de la mémoire. Du point de vue historique, nous avons pu montrer que des recherches longtemps réunies sous le nom de Biologie de l’art (Pitt Rivers, Stolpe, Haddon, Holmes – mais aussi Vischer et sa notion d’empathie visuelle) ont constitué les racines oubliées de la pensée anthropologique de Warburg. Connues par lui en 1895-1896, ces perspectives nourrissent encore en 1927, à la fin de sa vie, sa réflexion.

3À partir de l’analyse ethnographique de la représentation des noms propres dans le Sepik (Nouvelle-Guinée), nous avons ensuite montré que, pour tenter de déchiffrer l’utopie dont témoigne sa pensée – formuler une anthropologie de la mémoire sociale fondée sur les traditions iconographiques – il est nécessaire de reprendre, d’un point de vue critique, la méthode morphologique de la Biologie de l’art, et sa manière de reconstruire les opérations mentales impliquées par le déchiffrement des images. L’usage critique de cette méthode, que nous avons tenté, requiert d’étendre le contexte de l’étude des iconographies, que les « biologistes » limitaient à la seule évolution des images, à leur relation avec la mémoire des mots. Une fois replacée dans ce nouveau contexte, l’étude des formes de la tradition morphologique devient ainsi l’étude des relations mnémoniques qui s’établissent dans une tradition entre images complexes et mots organisés par taxonomie. Cette nouvelle perspective nous a conduits à identifier le rôle propre à l’image dans les pratiques liées à la mémorisation d’un savoir. Il s’agit d’un processus d’intensification (cognitive et mnémonique) de la représentation visuelle par la mobilisation de ses parties invisibles. C’est ce que nous avons appelé la représentation chimérique, qui implique la mise en place de deux critères élémentaires orientant les pratiques de mémorisation des traditions iconographiques : un critère d’ordre et un critère de saillance visuelle. Cette étude, que nous avons menée à titre d’exemple d’une méthode possible d’analyse des iconographies chimériques, peut nous permettre de jeter un regard nouveau sur bien des cultures qu’on a appelées jusque-là seulement « orales ». Nous avons, en conclusion, constaté un manque d’articulation entre des recherches en anthropologie de l’art, qui prennent pour objet la signification et les fonctions des images, et les recherches dans le domaine des traditions orales qui sont, elles, tournées vers les usages et les genres de la parole dite. Or, ce manque d’articulation est dû essentiellement à une incapacité de penser une relation entre langage verbal et représentation visuelle autre que sémiotique ou esthétique. Les images, en somme, ne peuvent y être conçues que comme des pseudo-signes ou comme des formes de décoration. Les traditions iconographiques du Sepik nous ont offert l’exemple de deux nouvelles manières d’établir cette relation entre images et mots : par l’établissement de séquences ordonnées et par la mise en place d’une saillance visuelle. Ces deux principes, d’ordre et de saillance, rendent possibles ce que nous appellerions volontiers des relations mnémoniques. À la différence des relations sémiotiques, celles-ci ne s’établissent nullement entre un signe et son réfèrent dans le monde comme dans une écriture. Il s’agit plutôt d’un ensemble d’inférences visuelles, fondées sur le déchiffrement d’images complexes, qui établissent une relation entre une mémoire spatiale de lieux et une mémoire des mots. L’efficacité des pratiques liées à la mémorisation des traditions iconographiques n’est donc pas due à la tentative plus ou moins réussie d’imiter la voie de la référence propre à l’écriture, mais à la relation qu’elles établissent à différents niveaux d’élaboration mnémonique. Le cas des traditions du Sepik, et des deux différentes voies de la mémorisation, par l’établissement d’un ordre et par la construction d’une saillance visuelle nous conduit donc à décrire une complexité imprévue du type d’élaboration mentale qui caractérise l’exercice de la mémoire dans des cultures de tradition dite « orale ». Ces techniques de la mémoire supposent toujours l’interprétation visuelle d’images-séquences et d’objets-chimères.

4Il est clair que beaucoup reste à faire pour généraliser ce modèle d’interprétation dont nous n’avons pu ici qu’esquisser un exemple. Cependant, à la question de savoir vers où nous conduirait aujourd’hui l’utopie anthropologique d’Aby Warburg, nous pouvons peut-être donner, au terme de cet itinéraire dans l’histoire et la méthode de la Biologie des images, une première réponse. Cette anthropologie capable, comme il l’écrivait (1912), d’insérer « l’étude des images dans le champ d’une psychologie générale de l’expression » nous conduit, dans ces traditions non occidentales qu’on a jusqu’à présent appelées seulement « orales », de l’analyse de l’évolution des formes à l’étude comparative des arts et techniques de la mémoire.

5Une série d’interventions d’invités étrangers nous ont permis, tout le long de l’année, de préciser notre perspective et d’enrichir le débat. On retiendra les exposés de Maurizio Bettini (Universités de Sienne et de Berkeley) sur « Mythe et fable dans la culture latine » ; celle de Stefano Prandi (Université de Berne) sur « Textes et images dans la tradition italienne de l’emblème » ; celle de M. Pinotti (Université de Milan) sur « Hering et les fondements de la théorie de la mémoire chez Warburg » ; et celle de Mme Frugoni (Université de Rome) sur « Saint François et la crèche de Greccio ».

6Dans le cadre du séminaire, nous avons organisé deux rencontres, l’une portant sur L’action symbolique. « Danse, rituel, jeux » en collaboration avec le groupe de recherche « Visual and Performance Studies » de l’Université de Santa Cruz, Californie, dans le cadre du programme France-Berkeley sous la direction de Giovanni Careri ; l’autre consacrée à « The anthropology of memory : case studies and comparative » dans le cadre de l’Action incitative « Anthropologie de la mémoire » du ministère de la Recherche, sous la direction de Carlo Severi.

Publications

Carlo Severi

  • « Cosmology, crisis and paradox. On the image of White Spirits in kuna shamanistic tradition », dans Memory, history, narrative : a comparative inquiry into the representation of crisis, sous la dir. de M. Roth et C. Salas, Los Angeles, Getty Institute for the History of Art and the Humanities Publications, 2001.
  • Avec M. Houseman, « Illusion and ritual interaction », Journal of Danish Anthropology, 2001 (en danois).
  • « La parola-percorso : ordine e salienza nella tradizione orale », Quaderni della Società italiana di Antropologia del Mondo Antico, 4, 2001, p. 107-141.
  • « Altar : Abschied und Konflict », dans Altäre : Kunst zum Niederknien, sous la dir. de J.-H. Martin [Catalogue de l’exposition Düsseldorf, Museum Kunst Palast, 2 sept. 2001-6 Jan. 2002], Ostfildern, Hatje Cantz, 2001.
  • « Memory, Reflexivity and Belief. Reflections on the ritual use of language », dans Religions Reflexivity, n° sp. de Social Anthropology, 10, 1, 2002, p. 23-40.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Fabre, Giovanni Careri et Carlo Severi, « Anthropologie de l’Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 515-518.

Référence électronique

Daniel Fabre, Giovanni Careri et Carlo Severi, « Anthropologie de l’Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15807

Haut de page

Auteurs

Daniel Fabre

Articles du même auteur

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Carlo Severi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals