Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie du christianisme

Jean-Pierre Albert et Martine de Gaudemar
p. 518-520

Texte intégral

Jean-Pierre Albert, directeur d’études

Les théories anthropologiques du religieux

1Après un cycle de séminaires consacré l’an dernier à l’analyse critique des théories du religieux de Marx et de Durkheim, nous avions conclu à l’actualité et la fécondité de certaines au moins de leurs propositions théoriques. L’objectif de l’année a été de mettre cette suggestion à l’épreuve en étudiant des monographies où se trouve posée la question du sens social des phénomènes religieux. L’enquête s’est centrée sur des analyses de rites et de fêtes religieuses, avec un choix préférentiel pour l’espace méditerranéen (Malte, Espagne) sur lequel nous pouvions confronter la littérature disponible à notre propre ethnographie. Un des fils directeurs de l’étude a été la question de savoir si les rituels étaient une simple expression de réalités sociales déjà données ou s’ils contribuaient aussi à la structuration des groupes considérés. Très intéressante à cet égard est une étude de H. Driessen sur les confréries de Semaine sainte d’une bourgade andalouse à l’époque du franquisme : l’auteur montre en effet que, non seulement le recrutement des différentes confréries recoupait les clivages socio-économiques de la population, mais aussi que chacune participant aux cérémonies avec son style propre, reflet des valeurs de ses membres, l’appartenance à la confrérie avait un sens politique, celle-ci étant de fait la seule forme d’association autorisée.

2Cet exemple invitait à approfondir dans une autre perspective la question du rôle social de l’activité rituelle : par sa capacité de porter sur la place publique des expressions de groupes sociaux par ailleurs privés de parole, n’est-elle pas un moyen d’action idéologique ou politique particulièrement apte à revêtir un sens subversif ? Cette orientation a été examinée à travers les travaux de Max Harris sur des fêtes espagnoles et latino-américaines offrant, en même temps qu’un sens officiel acceptable par les autorités, des « versions cachées » qui le subvertissent et expliquent seules la mobilisation des acteurs. Cela nous rapprochait des propositions théoriques de Victor Turner, qui prête au processus rituel en lui-même la capacité d’introduire dans la vie sociale une dimension utopique et un type de relations interpersonnelles socialement actifs, en particulier à travers l’émergence de groupes ou de rôles voués à la contestation de l’ordre dominant. Le séminaire s’est ainsi conclu sur un long examen critique des thèses de Turner et la reprise des dossiers (en particulier celui du millénarisme) qu’il propose à l’appui de son interprétation.

L’étude anthropologique du christianisme : problèmes et méthodes

3Nous avons procédé à une tentative de bilan critique à propos de la notion d’efficacité symbolique appliquée au cas des cures religieuses en contexte chrétien. La question du lien (fréquent sans être systématique) entre guérison jugée miraculeuse et pèlerinage a été privilégiée, ouvrant sur une enquête précise sur la qualification des lieux saints, les pratiques des pèlerins, la sémantique des gestes guérisseurs et des substances qu’ils mobilisent.

4Nous avons par ailleurs animé un séminaire bimensuel sur le travail social en collaboration avec Dominique Blanc, ingénieur d’études à l’EHESS (cf. p. 821), et mis en place un séminaire mensuel autour de l’anthropologie du corps et de la maladie, qui a réuni la dizaine d’étudiants du Centre d’anthropologie intéressés par cette thématique.

Publications

  • « ¿ Puede existir una justificación laica de la caridad ? », Fundamentos de Antropología, 10-11, 2001, p. 79-93.
  • « Le pèlerinage : relecture ethnologique », dans Le pèlerinage au cœur des religions, n° sp. de Les cahiers de l’ISTR, 7, 2002/1, p. 111-117.
  • « Pourquoi les héros nationaux sont-ils souvent des vaincus ? », dans Penser la défaite, sous la dir. de P. Cabanel et P. Laborie, Toulouse, Privat, 2002, p. 21-27.

Martine de Gaudemar, professeur à l’Université de Strasbourg-II

5Compte rendu non communiqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Albert et Martine de Gaudemar, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 518-520.

Référence électronique

Jean-Pierre Albert et Martine de Gaudemar, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15808

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Albert

Articles du même auteur

Martine de Gaudemar

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals