Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Hominisation et comportements

Frédéric Joulian
p. 539-540

Texte intégral

Frédéric Joulian, maître de conférences

Des anthropomorphies et de l’anthropomorphisme méthodologique

1Le projet de ce séminaire, déjà proposé l’an passé, est de comprendre les différents rapports (comportementaux autant que symboliques) que nous établissons avec les animaux et en particulier avec les primates. L’élargissement « spécifique » que nous pratiquons pour saisir nombre de comportements humains actuels dans leur dimension évolutive pose un ensemble de questions quant aux distinctions que nous avons l’habitude de forger pour penser la distance aux animaux et l’originalité de l’Homme. Cet élargissement des traits techniques, culturels, émotionnels ou cognitifs aux primates a été considéré dans le cadre d’un anthropomorphisme méthodologique mené dans le cadre de l’équipe interdisciplinaire « Hommes et Primates en perspective » que je dirige. Il a donné lieu à l’exposé de plusieurs recherches par Véronique Servais, anthropologue au FNRS, sur la communication interspécifique entre hommes et primates en zoo et sur les différents malentendus induits dans de telles formes d’échange, ainsi qu’à un exposé sur la continuité des émotions entre les hommes et les singes à propos de la phylogénie du rire. Ces séances ainsi que celles que j’ai données sur « les cultures animales » ont été l’occasion de poser la question de la continuité phylétique de certains comportements et des nouveaux points de rupture Homme/Animal impliqués dans de tels rapprochements. Ces ruptures s’observent-elles désormais seulement au niveau des représentations collectives – dont seuls les humains seraient dotés – ou doivent-elles s’appréhender, à l’instar des observations que nous faisons sur les chimpanzés dans la nature ou sur les primates en situation d’interaction avec les hommes, dans des conditions plus complexes de fonctionnement et d’évolution ? La réponse repose bien entendu sur une reformulation des perspectives dualistes et des modes de mise en œuvre de corpus et traditions de travail très différentes (abordées dans le cadre du séminaire « Naturalisation de l’Homme et de l’Animal »). Ce premier axe de réflexion fut complété d’interventions sur les différentes représentations de la parenté animale par Suzanne de Cheveigné (CNRS) qui a présenté les résultats d’une enquête sur les perceptions populaires des primates et des hommes préhistoriques avec en particulier une étude des figurations naïves des arbres phylétiques de l’ascendance humaine. Pierre Lemonnier (CNRS) s’est livré à l’exercice périlleux de lire, en ethnologue de la culture matérielle, les capacités et les comportements mi-homme, mi-singe d’un animal de papier, le Marsupilami, ce qui nous a donné l’occasion de débattre de la figure animale et des usages de l’anthropomorphisme dans la bande dessinée. J’ai finalement demandé à Marika Moisseev (CNRS) d’aborder une des questions que nous avions laissées de côté depuis deux ans, celle de la métamorphose, qu’elle a traitée dans le cadre de la littérature et des films de science-fiction à propos des insectes, de l’engendrement et de la parenté. En effet, traiter d’anthropomorphisme revient tout à la fois à postuler des pôles ontologiques distincts et des jeux de déplacement d’un pôle vers un autre mais aussi, dans d’autres traditions, d’autres cultures, ou dans des fictions en rupture avec nos représentations courantes, de relations de transformation qui peuvent revêtir des significations très différentes. En conclusion, nous nous sommes intéressé à la question non pas de la compréhension de l’Homme par rapport à ses plus proches parents, les primates, mais pour lui-même, à la définition de l’Homme et aux ambiguïtés de cette définition, même sur le seul plan biologique, dès le premier représentant du genre, Homo habilis. Cette dernière perspective, directe cette fois-ci, sera reprise dans le cadre de l’enseignement des années à venir.

Publication

  • « Comment étudier les origines de la culture », dans Les sciences de la cognition, n° sp. de Sciences humaines. HS, 35, 2001-2002, p. 26-30.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Joulian, « Hominisation et comportements », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 539-540.

Référence électronique

Frédéric Joulian, « Hominisation et comportements », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15821

Haut de page

Auteur

Frédéric Joulian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals