Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie morale et politique

Luc Boltanski
p. 555-557

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Luc Boltanski, directeur d’études

Sociologie des opérations critiques

1Le séminaire a d’une part poursuivi deux programmes développés au cours des années précédentes – le premier sur le sens commun de la justice, le second sur la critique sociale et particulièrement, sur la critique du capitalisme – et, d’autre part mis en place de nouvelles recherches portant sur des opérations critiques qui ont pour particularité de mettre en œuvre les catégories de l’humain par opposition soit au non-humain soit à l’inhumain. Ces dernières recherches sont aussi l’occasion de clarifier la notion de « commune humanité » qui, tout en jouant un rôle central dans le cadre d’analyse du sens de la justice présenté dans De la justification (L. Boltanski, L. Thévenot, 1991), est traitée, dans cet ouvrage, comme un axiome sans y être problématisée.

2Les séances portant sur le sens commun de la justice ont été consacrées, d’une part, à une présentation des principales notions qui ont guidées nos recherches au cours des quinze dernières années et, d’autre part, à des discussions avec des chercheurs et avec des étudiants en DEA et en thèse qui, dans leurs travaux, les ont reprises, modifiées ou critiquées. Ont ainsi été successivement remises en chantier des notions présentées, sous une première forme, dans De la justification, telles que celles de « sens de la justice », de « cité » et de « monde », de « régime d’action », d’« épreuve », de « critique » et de « dénonciation », de « justification », d’« affaires », de « scandale », et d’« engagement ». La notion de « compromis » a été particulièrement développée en collaboration avec Mohamed Nachi (Université de Louvain-la-Neuve) qui prépare un ouvrage collectif sur ce thème. A été abordé également la question de la justification de la violence, active et réactive, en prenant appui, d’une part sur une recherche portant sur les « bavures policières » (C. de Bellaing, doctorant) et, d’autre part, sur les travaux que mène Dominique Linhardt (doctorant) sur l’activité de la Fraction Armée Rouge dans les années 1970 et sur les actions menées en retour par l’État allemand contre cette organisation terroriste. Le séminaire a bénéficié enfin, dans le cadre de ce programme, d’un exposé de Simona Cerutti sur la « justice sommaire » dans des tribunaux du nord de l’Italie au XVIIIe siècle et sur la tension entre des jugements qui se réclament du sens commun par opposition à une justice reposant sur un droit formalisé.

3Les séances sur la critique sociale et la critique du capitalisme (conduites le plus souvent en collaboration avec Ève Chiapello, professeur à HEC) ont été consacrées surtout à des thèses en cours portant sur différentes formes contemporaines de critiques du capitalisme ou sur des dispositifs visant à imposer un cadre normatif aux nouvelles formes de capitalisme qui se sont développées au cours des trente dernières années afin d’en limiter les effets inégalitaires voire destructeurs. Le travail a porté, plus précisément, sur les critiques que les cadres du nouveau capitalisme font des conditions, saisies par eux comme imposées de l’extérieur, dans lesquelles ils doivent agir (D. de Blic, S. Harpin), et sur différents dispositifs, tels que la définition de normes sociales et environnementales (F. Mertz, A. Minvielle, C. Gramaglia, doctorants) ou encore sur des expérimentations sociales de démocratisation des décisions budgétaires (Y. Sintomer, Centre Marc-Bloch, Berlin). Le séminaire a bénéficié également des analyses de M. Perniola (Université de Rome), invité par l’EHESS au cours du mois de juin, sur les notions de « capital humain » et de « capital social ».

4Enfin, les séances visant à préparer un programme de recherche sur des opérations critiques dans lesquelles la notion même d’« humanité » est mise en crise, ont porté, notamment, sur des accusations de « marchandisation de l’humain » (A. Esquerre, doctorant) et sur des débats juridiques récents qui ont pour centre la notion de « dignité de l’être humain » (avec C. Ibos, Université de Tours). Ces travaux ont été éclairés par un exposé de F. Keck (Université de Lille) qui termine une thèse sur l’anthropologie (au sens de l’anthropologie philosophique) qui sous-tend la tradition sociologique française (A. Comte, É. Durkheim, C. Lévi-Strauss).

5Quelques séances ont été consacrées en outre à des questions de théorie ou de méthode sociologiques : sur la « psychologie économique » de G. Tarde (B. Latour, École des Mines, et M. Lazzarato), sur les procédures empiriques permettant d’enregistrer les détails, apparemment non pertinents, de l’action – ce que A. Piette appelle le « mode mineur de la réalité sociale » (C. Remy, doctorante), enfin sur les méthodes permettant un traitement systématique d’un matériel filmique (S. Chalvon-Demersay, CNRS).

Publications

  • Avec È. Chiapello, « Die Rolle der Kritik in der Dynamik des Kapitalismus und der normative Wandel », Berliner Journal für Soziologie, 11, 4/01, 2001, p. 459-478.
  • « The left after may 1968 and the longing for total revolution », Thesis Eleven, 69, 2002, p. 1-20.
  • « Nécessité et justification », Revue économique, 53, 2, p. 275-289.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Boltanski, « Sociologie morale et politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 555-557.

Référence électronique

Luc Boltanski, « Sociologie morale et politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15833

Haut de page

Auteur

Luc Boltanski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals