Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Folie et lien social

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière
p. 563-566

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, maîtres de conférences

Questions de mémoires

1Nous avons exploré cette année l’œuvre clinique, théorique et autobiographique de W. R. Bion. Nous poursuivons ainsi notre enquête sur la contribution de la psychiatrie et de la psychanalyse de guerre à l’abord de la folie et des traumatismes pendant le XXe siècle. Nous avions commencé ce travail il y a quelques temps par la lecture de W. H. Rivers, des psychiatres et analystes américains de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, par la présentation des enjeux psychiatriques (invention du diagnostic de Post traumatic stress disorder) et psychanalytiques (Jonathan Shay, Achilles in Vietnam) des anciens combattants des guerres du Vietnam. Cette approche est précisée par une histoire globale de la War of nerves (Ben Shephard), qui couvre ce domaine de 1914 à 1994. Le tout sous les auspices, là aussi théoriques et cliniques, du Don Quichotte de Cervantes, génial anticipateur de toutes ces questions, et dont nous poursuivrons l’étude pendant l’année 2002-2003 (Les morts de Don Quichotte).

2À partir de son premier texte autobiographique, War memoirs, simples notes rédigées sur le front de la guerre de 14 à l’attention de ses parents (Bion avait alors à peine 20 ans), mais perdues et rédigées à nouveau pour les mêmes destinataires, le futur psychiatre et psychanalyste entame un itinéraire profondément marqué par cette expérience.

3Nous avons d’ailleurs délimité les textes que nous avons présentés entre cette œuvre princeps (même si elle ne fut diffusée que plus tard), et la dernière œuvre importante publiée de son vivant, les Memoirs of the future. Bion, dans un dialogue impressionnant entre les vivants et les morts, élabore là des considérations philosophiques, politiques, et cliniques, à partir d’un moment de l’histoire où l’Angleterre vient d’être envahie par une puissance totalitaire : cet événement de fiction remet en perspective, au regard de la folie, tous les concepts et les « préconceptions » à partir desquels nous considérons l’histoire de telles ruptures radicales. Ces expériences traumatiques sont littéralement portées par ces soldats, revenus du front, et revenus de tout. Ce testament de l’extrême fin de la vie de Bion nous permet d’ailleurs de faire le lien avec un précédent séminaire, dont Hannah Arendt nous avait fourni le fil conducteur (La production de la liberté : lire la folie avec Hannah Arendt).

4Un certain nombre de notions, ou de formulations nouvelles nous ont permis de saisir des articulations cruciales des rapports de la folie au lien social, relativement à ces moments de catastrophes historiques majeures. La principale consiste dans la mise en œuvre d’une mémoire qui n’oublie pas. À la différence d’une définition possible de l’inconscient comme la mémoire de ce qui oublie, la mémoire traumatique se présente comme une mémoire du réel, une mémoire de ce qui ne s’inscrit pas, et ne se transmet donc pas, comme texte. Mémoire sans sujet, c’est précisément cette instance qui excède la patience de ceux de l’arrière au retour des anciens combattants traumatisés, et qui déroute les abords psychothérapeutiques habituels, rompus aux catégories du refoulement, du transfert à un sujet supposé savoir, et des théories traditionnelles de la névrose. La mémoire qui n’oublie pas impose de considérer les conséquences thérapeutiques et sociales d’un temps qui ne passe pas, inaccessible à toutes les manœuvres d’amnistie, à toutes les interventions médicamenteuses ou électriques, et imposant dans sa rigueur la suspension même de la référence à la causalité.

5Toutes les œuvres de Bion, dans un style précis, aphoristique et provocant, sont là pour empêcher le moindre compromis, théorique ou pratique, avec ce présupposé. Il en fait émerger des formules qui décrivent les modalités par lesquelles tel événement se trouve ainsi déconnecté de l’histoire, sans possibilité d’y appeler un sujet. Paradoxalement, les symptômes afférents à cette déconnexion peuvent apparaître même si cet événement est connu, transcrit dans des livres, sans aucun aspect de secret, ni de famille, ni d’état. On a alors affaire à des « pensées sans penseur », à des « pensées sauvages sans propriétaire », qu’il faut trouver le moyen d’« apprivoiser ».

6Les conséquences sociales et thérapeutiques sont considérables, et d’ailleurs oubliées sans complexe à chaque fois que les guerres s’achèvent ; tout le travail étant à reconstituer à la prochaine occasion, soulignant la difficulté, qu’il faut là encore interroger, de toute transmission cumulative.

7Bion en a fait l’expérience directe : il fut officiellement appelé au début de la Seconde Guerre mondiale à organiser un abord psychothérapeutique des traumatismes, à partir de ce qu’avait été sa propre expérience pendant la guerre précédente. Avec son collègue Rickman, il a organisé le célèbre Northfield Experiment, très rapidement interrompu par la hiérarchie de la psychiatrie militaire anglaise. Mais toute une direction de recherches est amorcée là, qui trouvera son épanouissement dans la production de la Tavistock Clinic, un temps dirigée par le même Bion.

8Ces éléments nous conduisent à poser là une sorte d’invariant transculturel, tenant au type de transmission particulier qui s’institue socialement à partir des traumatismes. La participation régulière à notre séminaire de chercheurs et de praticiens venant d’autres cultures (suédois, finnois, grecs, sud-américains, nord-américains, etc.) nous le confirme sans cesse, de même que l’interrogation de textes anciens, qui se trament sur ces zones spécifiques. Aux côtés de Nicole Loraux, la participation en juin 2002 du professeur Gregory Nagy, de l’Université Harvard, nous a souligné une fois encore cette invariance, à partir de la question cruciale des émotions dans cette transmission de la mémoire traumatique : le rôle de l’épopée, abordé par Nagy à partir des textes homériques, et cette fois-ci précisé par le recours à quelques vers de Virgile, nous a indiqué qu’un tel chercheur se trouvait immédiatement de plain pied avec nos propres questions. La catégorie fictionnelle spécifique, l’épopée, en tant que transmission d’abord orale d’anciens combattants à l’intention d’autres qui savent, puis entre leurs descendants, doit constituer pour nous une référence théorique et clinique importante dans l’abord des traumatismes et de la folie.

9Dans la même direction, nous avons réuni à l’EHESS, le 30 juin 2001 et les jours suivants, un colloque international intitulé « Casus belli », dont l’introduction consacrée à la micro-histoire fut prononcée par Jacques Revel, devant des chercheurs et cliniciens finnois, brésiliens, grecs, suédois, canadiens, américains et mexicains.

10Comme chaque année, nous avons été appelés à présenter notre travail dans diverses institutions de recherches, universitaires et cliniques, en France et à l’étranger. La plupart de ces interventions et communications, en français, en anglais et en espagnol, ont donné lieu à des publications. Une synthèse de nos travaux sur l’abord thérapeutique des traumatismes et de la folie donne lieu à un livre, actuellement en cours de traduction, qui sera publié courant 2003 aux États-Unis.

11Nous assurons également une. participation mensuelle au Centre Histoires, Temporalités, Turbulences dirigé par Nicole Loraux.

Publications

Françoise Davoine

  • Mousès, è è trella ôs analysè mias istorias exorismenes apo tèn historia (trad. en grec par Mina Bouras, Moïse, ou l’analyse d’histoires expulsées de l’histoire), Phulladio, 28, Athènes, p. 4-15.
  • Avec J.-M. Gaudillière et G. Fromm, « Psychosis and catastrophies », Excerpts of presentations made in London ISPS 1997 and in Austen Riggs Erikson Institute Conference in 1998, The Austen Riggs Center Review, 12, 1, 1999, p. 3-5.
  • « Point de vue d’un analyste américain sur la psychanalyse aux USA. Entretien avec Edward Robins », Nervures, Dossier « La psychanalyse aux USA », XIV, 1, 2001, p. 20-22.
  • « S’adresser à l’autre. Quel autre ? », dans Psychanalyse et malaise social. Désir du lien ?, sous la dir. de F. de Rivoyre, Ramonville, Érès, 2001, p. 13-17.
  • « Première crise », dans Le symptôme, n° sp. de Che vuoi, 16, p. 39-46.
  • Madre Loca, Mexico, Círculo psicoanalítico mexicano, 290 p.
  • « Ρ comme Psychanalyse », Krankenplege. Soins infirmiers, 4, 2002, p. 79.

Jean-Max Gaudillière

  • « L’histoire sans histoire », Ptah 5/6. Déplacements, passages, transmissions, p. 197-203.
  • « Le pied de l’arc en ciel », Soins-Pédiatrie-Puériculture (Dossier : L’enfant et les soignants), 194, 2000.
  • « Dr W. H. R. Rivers, FRS (1864-1922), distinguished neurologist and social anthropologist who held the rank of captain in the RAMC », dans Psychologie clinique. Les psychothérapies dans leur histoire, p. 119-127.
  • « De la psychanalyse en Amérique », Nervures, « dossier : La psychanalyse aux USA », XIV, 2001, p. 28-30.
  • « Le retour des corporalités à mi-chemin de l’addiction », Rapport de l’IREMA, Sensorialités et addictions, Paris, p. 83-87.
  • « Chroniques et achroniques », dans Actualité du trauma, sous la dir. de P. Chemla, Ramonville, Érès, 2002, p. 113-117.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 563-566.

Référence électronique

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15841

Haut de page

Auteurs

Françoise Davoine

Articles du même auteur

Jean-Max Gaudillière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals