Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie du conflit

Michel Wieviorka, Jonathan Friedman, Nilüfer Göle, Farhad Khosrokhavar et Yvon Le Bot
p. 574-575

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Michel Wieviorka, directeur d’études.

1Le séminaire a été consacré pour l’essentiel à l’examen des relations entre conflit et violence. Le point de départ a été donné par le constat d’une mutation entamée dans les années 1970 et qui nous oblige à réexaminer entièrement les paradigmes utiles à l’analyse de la violence. Premièrement, nous ne pouvons plus nous contenter de la formule wébérienne qui attribue à l’État le monopole légitime de la violence, nous devons tenir compte en particulier de la mondialisation et de divers phénomènes, par exemple diasporiques, qui obligent à penser la violence dans d’autres cadres qu’étatiques et interétatiques. Deuxièmement, les sociétés contemporaines sont orphelines pour beaucoup d’entre elles du conflit social qui les structurait en opposant dans l’industrie, le mouvement ouvrier et les maîtres du travail ; et par ailleurs la fin de la guerre froide signifie l’entrée dans une ère où n’existe plus l’opposition fondamentale entre les États-Unis et l’Union soviétique. Troisièmement, depuis une trentaine d’années, la victime devient une figure centrale de la vie collective, ce qui oblige à introduire de nouveaux points de vue dans l’analyse des violences. Enfin, quatrièmement, le terrorisme, mais aussi des phénomènes aussi importants que la violence juvénile ou la pornographie, nous obligent à faire intervenir les médias dans toute réflexion sur la violence contemporaine.

2À partir de là, le séminaire s’est intéressé aux modes d’approche dominants dans les années 1970 et 1980 pour aborder à nouveaux frais les thèmes du conflit et de la violence, examinant notamment les théories dites de la mobilisation des ressources, celles du collective behaviour, celles aussi des mouvements sociaux. Il s’agissait d’en montrer l’apport mais aussi les limites pour proposer d’autres perspectives, centrées sur le thème du sujet, du sens et des processus de perte et de surcharge de sens au fil desquels le conflit laisse la place à la violence.

3Le séminaire a reçu plusieurs chercheurs étrangers, avec une séance consacrée au lynchage aux États-Unis (Elwood Beck, Université de Georgie), une autre à la question basque (Alfonso Pérez-Agote, Université de Bilbao), une troisième à l’expérience mexicaine (Sergio Zermeño, UNAM) et une dernière portant sur les violences policières au Brésil (Lourdes Bandeira, Université de Brasilia).

Publications

  • « Some coming duties of sociology », dans Identity, culture and globalization, sous la dir. d’E. Ben-Rafael et Y. Sternberg, n° sp. de The Annals of the international Institute of Sociology, 8, Brill, 2001, p. 573-588.
  • « Post-classical sociology or the twilight of classical sociology ? », dans New horizons in sociological theory and research, sous la dir. de L. Tomasi, Ashgate Publishing, 2001, p. 69-97.
  • « Réflexions sur le 11 septembre 2001 et ses suites », Confluences Méditerranée, 40, 2002, p. 27-40.
  • « The development of racism in Europe », dans A companion to racial and ethnic studies, sous la dir. de D. T. Goldberg et J. Solomos, Oxford, Blackwell, 2002, p. 460-474.

Michel Wieviorka, Jonathan Friedman
Nilüfer Göle et Farhad Khosrokhavar, directeurs d’études avec Yvon Le Bot, directeur de recherche au CNRS

Globalisation, mouvements anti-globalisation, mouvements dans la globalisation

4Pour sa première année, le séminaire a d’abord examiné la notion de mondialisation et les modes d’approche qui en sont proposés. Il s’est ensuite intéressé aux mouvements sociaux qui d’une manière ou d’une autre se disent concernés par elle, qu’il s’agisse de s’y opposer frontalement ou plutôt de s’y insérer, voire de s’appuyer sur elle. La question a été posée de la spécificité des pays occidentaux dans les luttes anti-mondialisation : vu d’Amérique latine, de la Turquie, de l’Iran, de l’Afrique, le phénomène suscite en effet des contestations et des attitudes distinctes de celles qu’on observe dans les pays du Nord.

5Le séminaire a reçu des chercheurs étrangers de passage à Paris. Kevin McDonald a présenté une recherche, menée en Australie, dans laquelle le thème de la subjectivité personnelle est mis en relation avec la contestation de la mondialisation ; et Paolo Ceri a présenté son analyse des movimenti globali. L’impact des attentats terroristes du 11 septembre 2001 sur les mouvements anti-mondialisation a fait l’objet de discussions serrées, avec en particulier, à propos des auteurs des attentats, l’hypothèse d’un anti-mouvement, figure inversée des luttes « altermondialistes ». Enfin, des étudiants ont rendu compte de leurs travaux et en particulier de leur présence à Porto Alegre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, Jonathan Friedman, Nilüfer Göle, Farhad Khosrokhavar et Yvon Le Bot, « Sociologie du conflit », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 574-575.

Référence électronique

Michel Wieviorka, Jonathan Friedman, Nilüfer Göle, Farhad Khosrokhavar et Yvon Le Bot, « Sociologie du conflit », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15848

Haut de page

Auteurs

Michel Wieviorka

Articles du même auteur

Jonathan Friedman

Articles du même auteur

Nilüfer Göle

Articles du même auteur

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Yvon Le Bot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals