Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire et théorie des pratiques artistiques à l’âge de la représentation

Daniel Arasse
p. 642-644

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Daniel Arasse, directeur d’études

Memoria et istoria au Quattrocento

1Continuant l’analyse des transformations des structures mnémoniques de la représentation en structures rhétoriques et narratives dans la peinture italienne des XIVe et XVe siècles, le séminaire a poursuivi et achevé l’étude des cycles d’« Hommes illustres » engagée lors du séminaire 2000-2001 – depuis le premier cycle répertorié, connu seulement par des sources écrites (Naples, vers 1330), jusqu’à L’École d’Athènes peinte autour de 1510 par Raphaël dans la Chambre de la Signature au Vatican. Outre l’abondance des cycles réalisés au XVe siècle – qui montre l’« actualité datée » d’un thème promis à pratiquement disparaître au XVIe siècle –, ces cycles sont au cœur du thème général du séminaire Memoria et istoria puisqu’ils constituent une commémoration de l’histoire. Par-delà les enjeux politiques, religieux, moraux et culturels liés aux exempla choisis dans chaque cycle, l’analyse de la mise en œuvre des programmes iconographiques (regroupement des figures au sein de la série, relation entre les figures et leurs lieux fictifs, situation des cycles dans l’espace des salles ou des bâtiments en relation avec le parcours du spectateur/visiteur) permet, dans les cas les mieux conservés, de dégager la conception de l’histoire qui inspire la représentation et, en particulier, l’idée de temporalité historique qui s’y fait jour.

2La transformation structurelle des cycles suit, à première vue, un processus régulier et linéaire : d’une composition fondée sur les principes mnémoniques de la relation entre locus et imago, on passe progressivement à une « mise en histoire » rhétorique des figures qui se libèrent des limites de leurs lieux et, dès lors que ces lieux initialement juxtaposés s’unifient pour constituer le locus d’une historia elle-même unifiée, finissent par se l’approprier. La linéarité de ce processus général est, par elle-même, significative, mais elle est indissociable de l’extrême complexité (et non linéarité) de son effectuation historique précise. Il est apparu que cette complexité était liée à la coexistence et à l’interprénétration de divers « types iconographiques » au travers desquels se jouaient différentes approches idéologiques du thème (chevaleresque, dynastique, républicaine) qui impliquent des temporalités historiques diversifiées, et parfois antagonistes. Par ailleurs, chaque cycle correspond à des enjeux politiques locaux déterminés. Dès lors qu’ils sont identifiés, ces enjeux permettent une interprétation remarquablement précise ; mais ils interdisent aussi toute simplification du processus en cours. L’étude attentive des « Hommes illustres » dans l’Italie des XIVe et XVe siècles permet ainsi de mettre en lumière, sur un point précis et central, le rythme selon lequel la « Renaissance » se constitue à partir du « Moyen Âge » finissant.

3Après avoir, en 2000-2001, pris en considération les cycles réalisés au XIVe siècle et au début du XVe siècle (Naples, Milan, Padoue, Prato, Florence, Sienne, Foligno, Manta), on a, cette année, suivi la diffusion du thème à travers l’Italie du Quattrocento. L’étude des cycles bien conservés (Legnaia, Lucignano, Milan, Florence, Pérouse) a permis de constater que cette diffusion s’accompagnait, après le milieu du siècle, d’une banalisation, d’un affaiblissement progressif de l’élaboration et de l’investissement dont le thème avait été l’occasion pour le « premier humanisme » florentin (Salutati, Bruni). Les analyses – en particulier politiques – en sont elles-mêmes rendues plus « molles » et aléatoires. On a rapporté cette dissolution progressive de l’actualité du thème à la transformation des pouvoirs en Italie et, en particulier, à leur personnalisation. Dans ce contexte, L’École d’Athènes est apparue à la fois comme l’apogée et la fin des « Hommes illustres ». Comme n’a pas voulu le voir Ernst Gombrich, le dispositif formel général de L’École d’Athènes est directement inspiré par la structure mnémonique ancienne associant un « Art » et son « représentant », cette structure se redoublant et se variant au cœur même de la fresque à propos du double couple de figures Platon/Héraclite et Aristote/Diogène. Mais la narrativisation de la représentation, les circuits internes différenciés qu’elle suscite et l’indétermination de la majorité des « Hommes illustres » représentés marquent simultanément la fin d’un dispositif d’inspiration scolastique.

4Le séminaire a par ailleurs accueilli plusieurs directeurs d’études invités : Jurgen Müller (Hambourg), Victor Stoichita (Fribourg), Alessandro Nova (Francfort) et Rona Goffen (Rutgers University).

Publications

  • Anselm Kiefer, Paris, Regard 2001 (trad. en anglais et en allemand.
  • « Du lieu au site. Les zones de l’art aujourd’hui », Revue d’Esthétique, 39, 01, 2001, p. 33-39.
  • « Présentation », Introduction au dossier « Les destins de Narcisse », Albertiana, IV, 2001, p. 160-164.
  • « L’atelier de la grâce », dans Raphaël. Grâce et beauté, catalogue de l’exposition tenue au Musée du Luxembourg, Paris, Skira, 2002, p. 57-68.
  • « L’excès des images », dans L’Apparition à Marie-Madeleine, Paris, Desclée de Brouwer, 2001, p. 79-126.
  • « La passion de Moïse », Élucidation, 1, 2002, p. 24-30.
  • « Le peintre écrivain. Remarques sur une figure improbable », dans Fictions d’artistes. Autobiographies, récits, supercheries, hors série, Art Press, 2002, p. 9-14.
  • « Fonctions et limites de l’iconographie. Sur le cadre et sa transgression », dans Die Methodik der Bildinterpretation/Les méthodes de l’interprétation de l’image. D eutsch-französische Kolloquien 1998-2000, sous la dir. d’A. von Hülsen-Esch et J.-C. Schmitt, Göttingen, Wallstein, p. 551-578.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Arasse, « Histoire et théorie des pratiques artistiques à l’âge de la représentation », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 642-644.

Référence électronique

Daniel Arasse, « Histoire et théorie des pratiques artistiques à l’âge de la représentation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15886

Haut de page

Auteur

Daniel Arasse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals