Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Droit et société

Anthropologie juridique des sociétés arabo-berbères

Alain Mahé
p. 692-694

Entrées d’index

Index thématique :

Droit et société
Haut de page

Texte intégral

Alain Mahé, maître de conférences

1Depuis le printemps 2001, les assemblées villageoises de Kabylie et leurs diverses coordinations locales se sont imposées comme les principaux acteurs politiques sur la scène régionale et nationale en prenant à contre-pied les diverses formations politiques qui avaient pour vocation d’encadrer et d’impulser la contestation politique dans la région et, plus quotidiennement, d’exercer une médiation entre les citoyens et l’administration publique. Tant les médias nationaux et internationaux que les partis politiques de tous bords n’ont eu de cesse de disqualifier comme archaïques et obsolètes ces organisations communautaires. Pourtant ces dernières ont fait preuve d’une maturité politique et d’une faculté d’adaptation remarquables et cela tant au plan de la structure et du fonctionnement de leurs organes d’expression – comité et coordinations locales et départementales à direction collégiale tournante – que de la culture politique qui s’y exprimait à l’occasion de congrès régionaux périodiques et d’assemblées villageoises quasi quotidiennes durant les premiers mois. La réussite du boycottage des élections législatives – moins de 3 % de participation en Kabylie –, décidé et organisé par les coordinations locales, témoigne de leur emprise et de l’ampleur de leur action collective.

2Ces assemblées villageoises ont été au cœur des questions d’anthropologie juridique et politique abordées dans ce séminaire depuis trois ans. La validité des cadres conceptuels et des théories dont elles avaient été justiciables dans l’anthropologie classique – droit/coutume ; ordre lignager/territorialité (à propos de la théorie de la segmentarité) ; vengeance/peine – a été largement discutée les années précédentes. Cette année, l’élucidation de la pérennisation et de la réactivation de ces formes d’organisation dans l’Algérie contemporaine nous a conduit à récuser la pertinence de la dialectique tradition/modernité et nous a permis de souligner les limites des analyses qui envisagent les organisations communautaires comme des ressources dans des stratégies politiciennes ou comme des pis-aller utilisés en l’absence d’autres canaux d’expression politique – le traditionalisme par excès de modernité.

3À partir des développements les plus récents nous nous sommes attaché, au contraire, à mettre en évidence la continuité d’une culture et d’une forme de mobilisation politique moyennant toutes sortes d’innovations qui font surgir un nouveau type de collectivité politique. Soit le cas des tribus – ces fameux arouch évoqués à tort et à travers par les quotidiens. Les communes actuelles de Kabylie (issues du découpage de 1984) coïncident souvent avec le tracé des frontières tribales tel que je l’ai reconnu d’après les archives datant de la première moitié du XIXe siècle. Qu’est-ce à dire ? Que les tribus se sont pérennisées ! Oui et non ! En fait, le mot et l’espace de la tribu ont connu une substitution quasi totale de leur contenu. Les tribus ont cessé d’être des unités politiques et guerrières depuis la conquête coloniale. En revanche, compte tenu qu’une tribu correspondait le plus souvent à une entité topographique – un versant de montagne, un pâté de collines –, les gens qui l’habitent ont continué à s’identifier comme membres d’un même ensemble. D’autant que la modernisation du pays, notamment grâce à l’infrastructure routière et aux équipements collectifs, a renforcé l’intégration de ces unités topographiques. Les gens d’une commune/tribu fréquentent les mêmes marchés, polycliniques, gendarmerie et autres services publics. Autant d’espaces publics et de réseaux de sociabilité qui renforcent le sentiment d’appartenance à un même ensemble. Les coordinations des arouch ne relèvent pas de l’archaïsme, comme la critique de la tradition le prétend, et leur mobilisation excède largement les stratégies politiciennes et autres manipulations dont les dirigeants algériens sont prodigues. C’est une forme d’organisation tout à fait moderne : car si les unités topographiques et toponymiques ne renvoient plus à des collectifs belliqueux et des entités mythiques comme autrefois, elles sont devenues des unités d’aménagement du territoire et d’échange commercial. C’est pour cette raison que les comités de villages ont choisi de se rassembler dans ce cadre. Pour autant, compte tenu de la confusion qui a résulté de l’état de mobilisation permanente maintenu depuis le printemps 2001, les participants du séminaire – exceptionnellement fermé cette année – se sont surtout employés à établir les faits en croisant diverses sources et en réalisant des entretiens avec des délégués du mouvement citoyen. En outre la dynamique sociale qui porte ce mouvement n’est pas encore retombée et l’on ne saurait anticiper les développements futurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Mahé, « Anthropologie juridique des sociétés arabo-berbères », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 692-694.

Référence électronique

Alain Mahé, « Anthropologie juridique des sociétés arabo-berbères », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15914

Haut de page

Auteur

Alain Mahé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals