Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Économie

Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques

Robert Boyer
p. 717-719

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Robert Boyer, directeur d’études

Les théories économiques face aux innovations qui font époque

1Le séminaire s’est concentré sur les diverses réponses qui peuvent être données à l’une des questions centrales des années 1990 : comment analyser les conséquences économiques des transformations structurelles affectant l’organisation sociale, les technologies et l’espace des relations internationales ? Les recherches ont été introduites par une réflexion générale sur trois de ces changements majeurs, en l’occurrence la grande transformation de l’économie russe, le lancement de l’euro, et le rôle des technologies de l’information quant au régime de croissance synthétisé sous le nom de « nouvelle économie ». Il est apparu essentiel de caractériser les principales stratégies de recherche mises en œuvre par les théories macroéconomiques contemporaines et d’en examiner la pertinence par rapport à la question des innovations radicales. Ont été successivement passées en revue les théories de cycles réels, les problématiques fondées sur l’hétérogénéité comme fondement des régularités macroéconomiques et surtout les théories néo-schumpétériennes qui conçoivent les relations macroéconomiques comme propriétés émergentes d’un ensemble de comportements décentralisés d’innovation puis d’imitation, combinant des processus de sélection et d’apprentissage. Il a été ensuite discuté du programme de recherche institutionnaliste de type Douglass North, ce qui a fourni une introduction aux problématiques de la régulation. De façon synthétique, il a été montré comment le programme de recherche initial s’est développé selon trois lignes d’analyse. D’abord comment cerner l’impact d’un ensemble d’institutions sur le régime de croissance de longue période ? Ensuite peut-on formaliser le processus de déstabilisation endogène d’un tel régime grâce à la juxtaposition de deux dynamiques, respectivement lente et rapide ? Enfin, et c’est le thème essentiel du séminaire, comment émergent de nouveaux modes de régulation ?

2C’est ce dernier thème qui a fait l’objet de diverses présentations. En tout premier lieu, on a souligné la difficulté, mais aussi l’intérêt de la prise en compte des représentations quant à la légitimation des formes institutionnelles émergentes, à partir de l’exemple du capitalisme patrimonial. On s’est ensuite interrogé sur le caractère déterminant ou non des technologies de l’information et de la communication et de leur éventuelle complémentarité avec le développement des innovations financières. La comparaison des États-Unis avec l’Europe et le Japon a permis de souligner la diversité des trajectoires nationales, alors même que s’intensifient l’internationalisation et l’interdépendance à travers la globalisation de la finance. C’est dans ce contexte que divers participants ont présenté leurs analyses de la crise argentine, en insistant sur les facteurs tant internationaux qu’internes de crise. Une formalisation s’est attachée à retracer tant la période de forte croissance que de retournement brutal de la conjoncture grâce à une réinterprétation du rôle du currency board. De ce fait, l’intégration régionale esquissée par le Mercosur se trouve déstabilisée, alors même que l’Europe démontre l’intérêt de la constitution d’une zone d’intégration régionale. Enfin, une analyse de la restructuration des entreprises dans les pays de l’Europe centrale a permis de montrer l’impact des stratégies et du contexte macroéconomiques sur les choix organisationnels des firmes.

Publications

  • Avec Y. Saillard, Regulation theory : the state of the art, Londres, Routledge, 2002.
  • La croissance, début du siècle. De l’octet au gène, Paris, Albin Michel, 2002.
  • « L’économiste face aux innovations qui font époque : les relations entre histoire et théorie », Revue économique, 52, 5, 2001, p. 1065-1115.
  • « L’après-consensus de Washington : institutionnaliste et systémique ? », L’Année de la Régulation, 5, 2001-2002, p. 13-56 et Critique économique, 6, Rabat, 2001, p. 99-143.
  • Avec B. Amable, « Europe’s system(s) of innovation », dans Technology and the future of European employment, sous la dir. de P. Petit et L. Soete, Cheltenham, Edward Elgar, p. 425-450.
  • « La diversité des institutions d’une croissance tirée par l’information ou la connaissance : halte au déterminisme technologique ! », dans Institutions et croissance, sous la dir. du Centre Saint-Gobain pour la recherche en économie, Paris, Albin Michel, p. 279-326.
  • « Institutional reforms for growth, employment and social cohesion : elements for a European and national agenda », dans The new knowledge economy in Europe. A strategy for international competitiveness and social cohesion, sous la dir. de M. J. Rodrigues, Cheltenham, Edward Elgar, 2002, p. 146-202.
  • « Le monde qui changé la machine », Economia e Politica industriale (Rassegna trimestriale), XXVIII, 110, 2001, p. 33-68.
  • « From one Pax Americana to another (1945-2000) », dans Japanese Economy and Society under Pax Americana, sous la dir. de S. Hiroshi, M. Makoto et Y. Masamitsu, Tokyo, University of Tokyo Press, 2002, p. 27-74.
  • « Comptabilité nationale, enseignement de l’économie et recherche universitaire », dans Comptabilité nationale : nouveau système et patrimoines, sous la dir. d’É. Archambault et M. Boëda, Paris, Economica, 2001, p. 463-466.
  • « Actions collectives et publiques face à la diversité du marché du travail », dans Emploi : quelles innovations ?, Actes du colloque du 21 juin 2001, Caisse des dépôts et consignations, 2001, p. 84-98.
  • Avec M. Dehove, « Théories de l’intégration européenne : entre gouvernance et gouvernement », La Lettre de la Régulation, 38, 2001, p. 1-3.
  • « La economia actual y la vision de los economistas », Revista Ciclos en la Historia, la Economia y la Sociedad, 11, 21, 2001, p. 3-10.
  • « Une analyse des conséquences du 11 septembre 2001 » (en japonais), Kan, 9, 2002, p. 12-23.
  • « Le bel avenir de la régulation », Alternatives économiques, Hors série 51, « Le libéralisme », 2002, p. 62-63.
  • « Les crises se suivent et ne se ressemblent pas », Alternatives économiques, dossier : « L’État des lieux », Hors série 53, 2002, p. 16-20.
  • Avec M. Dehove, « Un “gouvernement économique” pour l’Europe », Problèmes économiques, 2744, 16 janvier 2002, p. 22-25 (repris de Critique internationale, avr. 2001).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Boyer, « Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 717-719.

Référence électronique

Robert Boyer, « Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15941

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals