Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Histoire(s) de la santé au travail

Annie Thébaud-Mony
p. 791-792

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Annie Thébaud-Mony, directeur de recherche à l’INSERM

1La santé au travail est au point de rencontre du développement économique et des besoins sociaux. Elle est une histoire, individuelle et collective, qui se construit à l’articulation entre, d’une part, l’organisation sociale du travail et de la production économique, d’autre part, l’activité des femmes et des hommes au travail. C’est aussi un champ de la santé publique, c’est-à-dire un espace politique concernant les stratégies de protection de la santé sur les lieux et dans le temps du travail. C’est enfin un ensemble d’institutions qui ont évolué au fil du temps.

2Ce séminaire, bimensuel, a eu pour objectif, dans une perspective socio-anthropologique, d’explorer non pas l’histoire mais les histoires de la santé au travail, en référence à l’évolution des rapports sociaux dans les sociétés industrielles.

3Au cours du premier trimestre, une recherche réalisée par deux sociologues sur l’histoire de la silicose aux États-Unis (D. Rosner et G. Markowitz, Deadly dust. Silicosis and the politics of occupational disease in twentieth century, Princeton University Press, 1994) a servi de trame d’entrée dans le thème de la santé au travail et de son histoire. En particulier, elle a permis de mettre en évidence comment l’histoire de la santé au travail est irréductible à la seule approche de l’évolution des connaissances dans ce domaine. Bien plus, à travers la lente émergence – dans l’histoire industrielle américaine – de la silicose comme maladie liée au travail, est apparue l’articulation entre l’évolution des rapports sociaux au sein de la société et les conditions de production et de discussion des connaissances en santé au travail, puis des formes de leur prise en compte dans la réalité sociale. Cette première partie du séminaire a été l’occasion d’initier les étudiants à l’exercice de note de lecture d’un ouvrage.

4Le deuxième trimestre a été consacré à l’histoire du droit, de la réglementation et des institutions en santé au travail, en France, en prenant appui sur divers travaux : l’histoire de l’Inspection du travail à travers l’approche d’un historien (V. Viet, Les voltigeurs de la République. L’Inspection du travail en France en 1914, Éd. du CNRS, 1994) et celle d’un inspectrice du travail s’inscrivant dans une perspective comparative européenne. Le rôle de l’État dans le champ du travail et des rapports salariaux a été au cœur de la réflexion et des débats de ce deuxième temps du séminaire. Un exposé d’étudiant sur l’histoire de la médecine du travail a également permis de comparer les statuts et rôles respectifs de ces deux institutions centrales du système de prévention des risques professionnels en France.

5Enfin, la troisième partie a été consacrée à l’histoire de l’amiante et de l’industrie nucléaire, sous l’angle de la santé au travail et de la santé environnementale. Nous avons étudié les conflits et controverses autour des effets sanitaires des risques industriels mettant en évidence l’influence des rapports sociaux de domination dans la construction sociale de l’invisibilité de ces effets, en particulier dans le cadre du travail. Approchés à travers deux exposés de jeunes chercheurs impliqués dans des travaux portant sur ces industries, ces deux cas ont permis d’explorer les contradictions sociales du développement industriel et de s’attacher à l’exploration des pratiques sociales d’autres acteurs concernés par la santé au travail : les organisations syndicales, la justice, les médias.

6Plusieurs thèmes transversaux ont été abordés tout au long du séminaire, en particulier le rôle du travail dans la production et l’évolution des inégalités devant la mort et la maladie, les rapports entre les transformations de l’organisation du travail et la dégradation des conditions de santé au travail, les mouvements sociaux de victimes du travail (particulièrement l’amiante), la division internationale du travail et des risques dans le cadre de la mondialisation. Enfin la présentation d’un film sur les cancers professionnels a été l’occasion d’un débat avec une cinéaste réalisant des documentaires sur le travail industriel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Thébaud-Mony, « Histoire(s) de la santé au travail », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 791-792.

Référence électronique

Annie Thébaud-Mony, « Histoire(s) de la santé au travail », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16042

Haut de page

Auteur

Annie Thébaud-Mony

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals