Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Économie

Inégalités et équité

Patrick Moyes
p. 814-815

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Patrick Moyes, directeur de recherche au CNRS

1Nous introduisons les notions de base informationnelle, de préférence sociale, et de fonctionnelle de bien-être social. La notion de base informationnelle structure l’information disponible en distinguant 1) l’échelle de mesure utilisée pour apprécier le bien-être individuel, 2) la possibilité ou non d’effectuer des comparaisons de bien-être entre individus. Nous examinons les implications pour l’économie du bien-être de l’affaiblissement de certaines des conditions proposées initialement par Arrow.

2Nous évitons dans un premier temps la difficulté posée par la comparaison des bien-être individuels, en supposant que tous les individus ont les mêmes caractéristiques. Un état est ici assimilé à une distribution de revenus et deux individus disposant du même revenu en retirent par définition la même utilité. Nous cherchons d’abord à réconcilier les différents points de vue possibles quant à l’appréciation du bien-être social et de l’inégalité. Après avoir défini les grandes classes d’indicateurs de bien-être social, nous introduisons le critère des quantiles et le critère de Lorenz généralisé qui représentent en quelque sorte le point de vue de l’unanimité pour ces différentes classes d’indicateurs de bien-être social. Nous considérons dans un second temps l’approche éthique qui consiste à construire l’indicateur d’inégalité à partir de la donnée d’une fonction de bien-être social.

3L’appréciation d’une situation à partir des seuls revenus peut conduire à des résultats erronés. Nous considérons en premier lieu la notion d’inégalité dans le cadre d’une économie d’échange où tous les biens sont parfaitement divisibles et transférables entre agents. Nous examinons ensuite le cas où l’un des biens n’est ni transférable ni divisible : santé pour un individu ou de la composition familiale pour un ménage. Nous présentons un certain nombre de transformations élémentaires dont l’effet sur le bien-être social doit être positif. Nous identifions les propriétés des fonctions d’utilité qui garantissent que de telles transformations se traduisent bien par une amélioration du bien-être social et nous montrons comment il est possible de vérifier en pratique la dominance à partir des fonctions de distribution jointes des variables revenu et aptitude. Afin de prendre en compte la composition familiale, la technique d’ajustement traditionnelle consiste à utiliser les échelles d’équivalence. Nous montrons que, sous certaines conditions de cohérence, les échelles d’équivalence sont la seule manière de prendre en compte les besoins des ménages. Toutefois, les pondérations affectées aux revenus équivalents doivent être proportionnelles aux valeurs des facteurs de l’échelle d’équivalence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Moyes, « Inégalités et équité », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 814-815.

Référence électronique

Patrick Moyes, « Inégalités et équité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16075

Haut de page

Auteur

Patrick Moyes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals