Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’anthropologie des mondes contemporains

Nicolas Flamant
p. 826-827

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Nicolas Flamant

Anthropologie et entreprise

1Depuis deux ans, ce séminaire effectue un état des lieux des recherches en anthropologie sur l’entreprise et vise à restituer la diversité de leurs objets et de leurs approches. Toutefois, afin d’éviter un éparpillement des présentations, le choix a été de fait de se limiter pour l’instant aux travaux menés en France, ce qui n’empêche pas, d’ores et déjà, des allers-retours avec des terrains plus « exotiques » qui seront abordés l’an prochain.

2La première séance a été l’occasion de recenser les dernières publications en anthropologie d’entreprise et d’en effectuer une analyse critique. Le dossier d’Ethnologie française « Anthropologie ouvrière et enquêtes d’usines » a fait l’objet d’un débat nourri : d’une part, quant aux démarches d’enquêtes préconisées par les auteurs ; d’autre part, quant à la construction du dossier dans la mesure où l’« état des lieux » annoncé dans l’article d’introduction nous semblait oublier la diversité des travaux menés depuis plus de vingt ans dans ce domaine. L’une des séances a porté sur les conditions méthodologiques et épistémologiques de la recherche en entreprise en s’attachant particulièrement aux enjeux de la restitution. Cette séance reprenait un débat engagé par Jean Jamin, Marie-Élisabeth Handman et Françoise Zonabend dans un séminaire de l’École en 1995 sur la restitution en anthropologie. À travers différentes situations d’enquêtes en entreprise mais aussi sur d’autres terrains, il s’agissait de montrer comment la perspective de la publication d’un rapport, des conclusions de la recherche, d’un livre... induisait une relation spécifique entre l’enquêteur et l’enquêté et influençait la nature des sources et la construction même de l’objet. Nous avons observé plusieurs situations de restitution ; dans le cas spécifique de l’entreprise et des rapports de pouvoir qui s’y construisent, nous nous sommes particulièrement intéressés aux usages politiques de la restitution des travaux de recherche.

3Quatre séances ont été consacrées à la présentation de recherches par des anthropologues. Deux d’entre eux ont joué un rôle important dans le développement de l’ethnologie d’entreprise à partir du début des années 1980. Nous leur avons proposé respectivement d’effectuer une rétrospective de leur parcours. Noëlle Gérôme (CNRS) a exposé un bilan de ses travaux menés depuis plus de vingt ans sur les formes de construction et d’expression des cultures ouvrières. Après avoir rappelé les héritages intellectuels qui ont marqué son parcours, et qui plus largement ont marqué l’ethnologie ouvrière, Noëlle Gérôme a présenté ses enquêtes de terrain et les travaux plus récents à partir de collectes et d’analyses d’archives. Gérard Althabe a exposé les orientations d’une analyse des formes du pouvoir et de construction des hiérarchies sociales dans les espaces finalisés, en s’appuyant notamment sur les travaux de thèse qu’il a récemment dirigés (entreprises, laboratoires de recherche biologique, haute fonction publique...).

4Anne Véga (Une ethnologue à l’hôpital, Éd. des Archives contemporaines, 2000), a commencé par analyser les conditions d’accès au terrain et de réalisation des enquêtes. Elle a ensuite exposé sa recherche dans les milieux professionnels hospitaliers, démarche à travers laquelle elle analyse et articule différents aspects de cet univers : les aspects techniques du travail au quotidien, les formes d’expression de l’appartenance professionnelle de différenciations et de hiérarchisations internes, le rapport à la maladie et à la mort...

5Enfin, pour la dernière séance, je suis revenu sur mes enquêtes de terrain dans les instances de direction d’une entreprise française de l’industrie spatiale. J’ai été amené à re-formaliser l’analyse des rapports de pouvoir dans les organisations industrielles dites matricielles. Sur cette base, et à partir de l’analyse de diverses pratiques managériales, j’ai proposé de revenir sur la définition des rapports de pouvoir en entreprise, conçus en termes de contrainte, telle qu’elle semble s’imposer à travers les analyses des sociologues des organisations. J’en propose une autre définition qui insiste, non plus tant sur l’action exercée sur autrui mais sur l’action exercée sur les représentations d’autrui de telle sorte que ce dernier se conforme, de lui-même, aux règles qu’on lui destine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Flamant, « Centre d’anthropologie des mondes contemporains », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 826-827.

Référence électronique

Nicolas Flamant, « Centre d’anthropologie des mondes contemporains », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16094

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals