Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de linguistique théorique

Pierre Encrevé, Hassan Jouad et Sophie Fisher
p. 844-846

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre de linguistique théorique
Haut de page

Texte intégral

Pierre Encrevé, directeur d’études
Sophie Fisher, maître de conférences

Les langues dans les transformations du monde actuel

1Langues « nationales », « internationales », « régionales », « locales », « vernaculaires », « indigènes », la liste des propriétés attribuées aux langues est longue et elle interroge les sciences sociales : histoire, politique, sociologie, psychologie, anthropologie...

2La séance de janvier 2002 s’est ouverte sur la question suivante : « Langue(s), nation(s), territoires(s) : quels recouvrements ? quelles contradictions ? », question posée par P. Encrevé et S. Fisher ; ce qui a amené à l’analyse d’un exemple concret par Annie Montaut (INaLCO, CEIAS) sur « Le cas indien », qui a montré les problèmes posés par l’interface entre langues véhiculaires – comme le hindi ou l’anglais – et les langues des groupes ou des régions lors de l’indépendance de l’Inde et dans la construction du nouvel État. Nous avons fait ensuite un saut vers l’Europe en construction avec une analyse du « cas espagnol » par Covadonga López Alonso, de l’Université Complutense de Madrid, qui s’est interrogée sur les critères linguistiques et politiques qui ont, avant, pendant et après le franquisme tour à tour été privilégiés pour la légitimation des différentes « langues » de la péninsule Ibérique par rapport à un espagnol renvoyant à une koyné transatlantique.

3Finalement, la France, mais dans ce qui a été souvent appelé un « parler », quelquefois un « dialecte », rarement une langue avec « Le cas des langues d’oïl » par Jean-Michel Eloy (Université de Picardie), qui a posé la question de la continuité ou discontinuité entre le français « standard » qui, lui, est écrit, et du « transcrit » picard où peuvent se voir les différences syntaxiques, lexicales et phonologiques.

Hassan Jouad, ingénieur de recherche

Enquête sur les littératures chantées improvisées

4Le séminaire a été consacré à l’histoire et à l’évolution du malhûn. C’est une tradition populaire de littérature chantée d’auteur, composée en arabe dialectal, apparue au Maroc au début du XVe siècle et toujours vivante de nos jours.

5Créé par des conducteurs de caravanes commerciales originaires de la vallée du Dra, l’art poétique du malhûn s’est propagé, via les caravansérails, dans le milieu populaire et exclusivement masculin des corporations de métiers et des activités qui font la vie et l’ambiance des espaces marchands citadins. Il s’agit non seulement des artisans au sens strict, ssnay’iyya, mais aussi de tous ceux qu’on appelle l-hray-fiyya, catégorie incluant tout homme vivant d’une activité rémunérée en relation avec le fonctionnement d’un souk, aussi modeste soit-elle.

6Parmi les aspects particulièrement intéressants de cette tradition sur lequel nous avons insisté, son mode de pérennisation. La création, la mémorisation et l’interprétation relèvent chacune d’une personne différente : le poète compose, le chanteur diffuse et, entre les deux, le transmetteur est l’intermédiaire obligé. Jusqu’à l’heure actuelle, toutes les générations et toutes les villes ont leurs transmetteurs accrédités. Les occasions de concert constituent le mode de socialisation de cette poésie et le poète fait statutairement partie du public. Pour cette raison, même quand il est aussi chanteur, il n’est pas censé chanter lui-même ses œuvres. Le texte comprend en effet presque toujours l’éloge de l’auteur et il est indécent qu’il le prononce lui-même en public. Il a donc besoin d’une autre voix que la sienne. Pour la même raison, c’est encore une tierce personne, en l’occurrence le transmetteur, qui doit fournir l’œuvre.

7Le malhûn est composé oralement et appris par cœur par les transmetteurs. Mais ces derniers ont pris depuis longtemps l’habitude de noter les textes par écrit. La langue du malhûn étant une langue non écrite, donc sans conventions orthographiques, les copistes utilisent une manière de notation phonétique qui n’analyse pas l’énoncé en mots et qui est censée rendre le qiyyas du poème, c’est-à-dire sa forme chantée. Pour pouvoir déchiffrer un texte, il faut donc être capable de deviner et de reconstituer, à travers cette écriture idiosyncrasique, sa forme chantée. Du coup, les manuscrits du malhûn demeurent parfaitement inaccessibles sans l’aide de chanteurs expérimentés dans le décodage de leur notation. Cependant, étant donné l’immensité du répertoire, la copie manuscrite est devenue l’unique moyen de conservation sûr depuis déjà des siècles, dès lors qu’elle est associée à la connaissance du qiyyas. Des milliers de copies sont disséminés chez des amateurs et leurs héritiers. Beaucoup de ces manuscrits sont aujourd’hui répertoriés et beaucoup d’autres sont repérés par les professionnels. Nous avons également amorcé l’étude du système des qiyyas, qui constitue le domaine, invisible aux non-initiés, où s’est déroulée la bataille de la novation formelle, qui culmine au XVIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Encrevé, Hassan Jouad et Sophie Fisher, « Centre de linguistique théorique », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 844-846.

Référence électronique

Pierre Encrevé, Hassan Jouad et Sophie Fisher, « Centre de linguistique théorique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16127

Haut de page

Auteurs

Pierre Encrevé

Articles du même auteur

Hassan Jouad

Articles du même auteur

Sophie Fisher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals