Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherche, médecine, sciences, santé et société

Ilana Löwy
p. 846-848

Texte intégral

Ilana Löwy, directrice de recherche à l’INSERM

Histoire des sciences biologiques et médicales : genre et biomédecine

1Ce séminaire nous a permis de poursuivre l’exploration de thèmes déjà étudiés au cours des années précédentes, notamment l’apport des instruments et des techniques au développement de la biologie et de la médecine ; la place des pratiques expérimentales ; le rôle de l’industrie et de l’État ; la dimension normative de ces disciplines ; et enfin l’importance des changements d’échelle dans l’analyse des scientifiques. Ces sujets furent abordés sous le rapport du « genre ». Le thème central du séminaire fut l’évolution de la perception des différences entre hommes et femmes au cours du XIXe et dans la première moitié du XXe, ainsi que le rôle des nouvelles approches et nouvelles méthodes de recherche en biologie et en médecine dans une telle évolution. Le séminaire a abordé ce sujet sous plusieurs angles.

  1. Le développement de la gynécologie comme une spécialité médicale distincte. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le développement de l’anesthésie, de l’asepsie et des techniques chirurgicales nouvelles ont favorisé l’essor da la gynécologie. Le développement de la gynécologie fut aussi encouragé par la tendance consistant à attribuer la plupart des maladies des femmes (y compris des désordres psychiques) au dysfonctionnement de leur système reproductif. Cette tendance fut, en retour, consolidée par l’existence de cette nouvelle spécialité médicale, désormais florissante, et sa focalisation sur les organes reproductifs féminins.
  2. La description de l’ovulation comme un phénomène automatique, indépendante de la volonté des femmes. Ce développement a conduit à une vision passive de la sexualité féminine, et la disparition de l’intérêt médical pour ce sujet. En parallèle, des études expérimentales sur l’ovulation ont stimulé le développement de la physiologie de la reproduction.
  3. Les recherches sur des hormones sexuelles. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle l’identité sexuelle fut localisée dans les gonades. D’où la popularité des traitements par des extraits des glandes sexuelles : les extraits de testicules furent utilisés pour traiter l’impuissance ou l’homosexualité mâle et des extraits des ovaires, pour soigner les désordres de la menstruation et la ménopause. Les recherches conduites avec des extraits des gonades ont cependant mis en évidence la sécrétion des substances « féminisantes » et « masculinisantes » dans les ovaires et les testicules. En outre, les effets des substances sécrétées par les ovaires et les testes (même purifiées) ne furent en rien univoques, ni d’ailleurs liés exclusivement à la sexualité et la reproduction. Dans les années 1930 certains chercheurs ont proposé d’abolir le terme « hormones sexuelles ». La « re-sexualisation » de ces molécules fut liée à leur transformation en médicaments, utilisés notamment pour traiter certains problèmes du système reproductif féminin.
  4. La description des individus « inter-sexe », dans la seconde moitié du XIXe siècle, a conduit à l’étude des liens entre les gonades et le désir sexuel, ainsi qu’entre anomalies anatomiques et physiologiques et sexualité « déviante ». Les débats autour des individus intersexe furent liés à ceux sur l’homosexualité, et en particulier à la définition de l’attraction sexuelle pour un individu de sexe opposé comme une anomalie anatomique ou, alternativement, comme une anomalie psychique ayant des racines biologiques. Des explications insistant sur le fait que l’on naît homosexuel contrastaient avec des perceptions de l’homosexualité comme style de vie et comme choix. Les deux approches furent mobilisées par la suite soit pour légitimer l’homosexualité, soit pour la condamner.
  5. Les débats autour du « péril vénérien » et des supposées menaces sur la race qu’il engendrait. Le discours sur les méfaits des maladies vénériennes et en particulier le danger de « hérédosyphilis » fut mis en avant pour justifier le contrôle des prostituées, accusées d’être à l’origine de maux qui, à terme, menaient à la dégénérescence de la nation. Cette régulation forcée de la prostitution fut combattue par des organisations féminines qui rejetaient le « double standard » sexuel et défendaient la pureté des femmes : de leur point de vue, l’existence même de la prostitution était entièrement imputable à la débauche masculine. Les contrôles médicaux des prostituées ont été présentés dans ce contexte comme une expression de la cruauté naturelle des hommes, reflétée à la fois dans des traitements dégradants envers les femmes (le « viol par le spéculum ») et la cruauté envers les animaux de laboratoire (la vivisection). Le laboratoire a été pourtant aussi à l’origine de l’affaiblissement de soutien des médecins à la surveillance des prostituées : le développement de la bactériologie a, en effet, mis en évidence la fiabilité réduite des méthodes diagnostiques en vigueur et la faible efficacité des traitements des maladies vénériennes.

2Pris ensemble, ces travaux ont mis en évidence l’influence de la perception sociale et culturelle des différences entre les sexes sur les travaux scientifiques, ainsi que sur le processus parallèle de changement sociétal et culturel introduit par des développements en biologie et médecine. L’étude de ce sujet sera poursuivie durant l’année 2002-2003, en mettant l’accent sur les débats autour de la maternité, l’eugénisme, le contrôle des naissances et le traitement de la stérilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilana Löwy, « Centre de recherche, médecine, sciences, santé et société », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 846-848.

Référence électronique

Ilana Löwy, « Centre de recherche, médecine, sciences, santé et société », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16128

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals