Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Pratique d’archives

Jean-Paul Desaive
p. 145-146

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Paul Desaive, maître de conférences

1Le séminaire a été en partie consacré cette année aux documents connus sous la dénomination générale de livres de raison : livres de comptes, livres-journaux, mémoires, plus récemment agendas. Les pays de droit écrit comme le Languedoc et la Provence, sans parler de l’Italie, en conservent de très anciens. On a commenté ceux qu’ont publiés Marie-Rose Bonnet pour la Provence des XIVe et XVe siècles et Jean Tricard pour le Limousin du XVe siècle. Dans ce domaine, le Journal de Gilles de Gouberville reste incontournable pour le XVIe siècle rural et normand, en même temps que les études qui lui furent consacrées depuis sa redécouverte par l’abbé Tollemer au XIXe siècle. Moi Hugues Aulanier, titre donné au journal tenu quotidiennement par le curé d’une paroisse rurale du Velay de 1638 à 1691 (Éditions de la Borne, à partir de 1987) est lui aussi un monument d’écriture privée de quelques milliers de pages. Comme celui de Gouberville, il pose le problème des biais par lesquels aborder une littérature à la fois « grise » et foisonnante. Les auteurs de ces manuscrits écrivent en effet pour eux-mêmes, éventuellement pour leurs héritiers. Chez la plupart, on ne perçoit aucune intention de rapporter une histoire, même la leur, de tenir une chronique, non pas des grands événements du siècle, mais de ce qui se passe localement, voire au sein de la famille, du ménage. À cet égard, le curé Aulanier fait figure d’exception, car rien de ce qui se passe dans sa paroisse ou de ce qui concerne ses paroissiens ne lui est étranger : il est vrai qu’il a charge d’âmes. Le souci majeur de tous, c’est de tenir compte de ce qu’ils reçoivent, ou perçoivent, comme revenus ; de ce qu’on leur doit ou de ce qu’ils doivent et d’en garder la preuve écrite (les quittances sont inscrites dans le registre même). Souvent, ils se montrent moins attentifs à marquer ce qu’ils dépensent, sauf pour de grandes occasions (un mariage, les soins donnés à un enfant pendant sa maladie, un voyage). L’habitude – ou l’obligation quand il s’agit de commerçants – de tenir ses comptes a probablement son apogée au XIXe siècle, quand les progrès de l’instruction permettent à de nombreux agriculteurs ou artisans de tenir, eux aussi, leur comptabilité. Cette littérature souvent répétitive et monotone, est une mine d’informations sur ce qui allait de soi du vivant du scripteur, gestes, rythmes du travail, emploi des domestiques et des animaux, denrées achetées ou vendues, prix, salaires, divertissements, procès, temps et coût des transports.

2Il n’y a pas que l’écrit qui nous informe sur les modes de vie et de pensée d’autrefois. Les ex-voto, si nombreux dans certains sanctuaires de pèlerinage, permettent justement d’atteindre un autre espace culturel, celui des commanditaires pieux appartenant le plus souvent à des catégories sociales analphabètes. Le livre déjà ancien de Bernard Cousin sur les ex-voto provençaux (Université de Provence, 1983) montre que leur étude relève à la fois de l’histoire de la peinture (par leur lien notamment avec les prédelles des grandes compositions médiévales) et de celle des représentations, dans tous les sens du terme : le tableau votif apparaissant comme mise en scène personnalisée d’événements dramatiques, où l’individu entretient, par son vœu, puis par le don d’un tableau qui en fait le récit, un rapport direct avec la Vierge ou les saints. D’autres aspects de la commande d’œuvres d’art, dans un contexte tout différent, ont été abordés pour la Bretagne ducale étudiée par Christiane Prigent (Maisonneuve & Larose, 1992), où le mécénat des deux dynasties rivales, Montfort et Blois-Penthièvre, a d’abord un sens politique : on fonde ou l’on reconstruit une église, un monastère, pour affirmer son pouvoir en un lieu, et pour en recueillir les bénéfices temporels et spirituels.

3C’est la tradition du séminaire que chaque étudiant ou auditeur vienne faire un exposé sur son travail en cours : M. Berder sur le Terrier de Bretagne ; Mlle Gintzburger sur une maison du Réolais, son histoire et celle de ses occupants ; M. Giraudeau sur les Capucins du Marais et les transformations de leur couvent ; Mme Nantois-Pigeon sur une correspondance entre époux pendant la dernière guerre ; Mme Durand sur un compte de tutelle du XIXe siècle ; Mme Pahk, sur la vie active et contemplative de Guillaume Budé ; Mme Peuré sur un testament de planteur à Saint-Domingue et Mme Seriu, à propos des soldats au XVIIIe siècle, sur les rapports entre l’institution et l’émotion. D’autres auditeurs n’ont pas souhaité ou n’ont pas eu l’occasion d’intervenir, sinon collectivement pour offrir à un maître de conférences qui prend sa retraite un bon livre ainsi qu’un pot très convivial. Qu’ils en soient tous remerciés !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Desaive, « Pratique d’archives », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 145-146.

Référence électronique

Jean-Paul Desaive, « Pratique d’archives », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16229

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals