Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Mémoire historique d’ici et d’ailleurs : regards croisés

Philippe Joutard et Bogumil Jewsiewicki
p. 160-162

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Joutard, professeur à l’Université de Provence avec Bogumil Jewsiewicki, titulaire de la chaire de recherche du Canada en histoire comparée de la mémoire

1Le séminaire a privilégié trois thèmes : la gestion des événements traumatiques, la possibilité d’une mémoire européenne, l’influence de la culture de masse médiatique sur la construction des mémoires historiques contemporaines.

2S’il y a une particularité du rapport au passé aujourd’hui, c’est l’importance accordée à la vérité du passé vécu par des victimes d’événements traumatiques. Afin de réconcilier des groupes sociaux au sein d’un pays ou encore les communautés nationales jadis opposées, des institutions publiques, habituellement qualifiées de commissions « Vérité et réconciliation », ont été organisées. Nous avons examiné deux démarches centrées sur la mise à la connaissance du public de la vérité de ce qui est advenu afin que passe, sans qu’on l’oublie, un passé qui à partir de là n’est plus un facteur de division. Chacune de ces démarches a suivi une voie particulière. La commission sud-africaine « Vérité et réconciliation » a opté pour une vérité mémorielle et pour une amnistie accordée contre l’aveu et la contrition publiques. La commission parlementaire belge sur l’assassinat de Patrice Lumumba s’est surtout penchée sur la vérité historienne et sur la responsabilité morale des acteurs publics. En contrepoint a été évoqué le cas français et sa démarche judiciaire pour Vichy

3La réflexion sur la mémoire européenne s’est engagée d’une part à partir d’un sondage sur l’usage des grands hommes en Europe et d’autre part avec des études de cas comme la place de la mémoire dans les relations diplomatiques franco-allemandes ou les événements de 1968. L’approche par les lieux de mémoire ne semble pas pertinente. En revanche c’est à travers la recension des zones de conflits et les interstices mémoriels que se construise une mémoire européenne partagée qui peut s’articuler avec les mémoires nationales.

4Sans établir un lien de causalité entre la montée de la vague mémorielle et les transformations de nos modes de communication publique, il a paru utile d’examiner leurs interrelations. Nous avons d’une part, la « tyrannie » de l’image, l’information présentée comme offerte au temps de déroulement des événements, sa circulation planétaire, échanges en temps réel entre des individus qui ne connaissent réciproquement que l’identité que chacun a bien voulu décliner. De l’autre côté, dans l’espace public, le rapport au passé a été modifié. L’accent est désormais placé sur l’expérience individuelle, sur les traces non écrites, sur la pluralité des voix qui actualisent le passé. Les nouvelles technologies de l’information, l’Internet en particulier, semblent modifier non seulement notre rapport au temps mais également le temps lui-même. À la place du temps narratif, linéaire et donc non réversible, la mémoire offre de temps aux rythmes spécifiques qui ne sont pas nécessairement réductibles les uns aux autres et dont la communication se dérobe à la narration, surtout à l’écrit. La place des grands hommes dans la mémoire historique constitue un indicateur significatif. Elle sera poursuivie l’an prochain.

5L’information sur la recherche en cours a été présentée sous un double angle, celui de la comparaison entre diverses sociétés et l’angle diachronique permettant de saisir la transformation des rapports entre la mémoire et l’histoire comme deux médiations possibles entre le passé et le présent. Les interventions s’appuyaient autant sur des exemples des recherches conduites en Europe, en Afrique centrale et du Sud et au Canada.

6La tenue de nos séances a, par ailleurs donné lieu à l’expérimentation d’un séminaire virtuel. Leur contenu principal est filmé. Chaque intervention est ensuite gravée sur un CD-Rom et fait partie d’une banque virtuelle des enseignements mise à la disposition des seuls titulaires du séminaire dans les institutions faisant partie du réseau universitaire soutenue par l’Agence universitaire de la francophonie. Nous avons pu expérimenter à Bucarest la fiabilité de l’entreprise.

Publications

Bogumil Jewsiewicki

  • « Vivre ensemble au Congo : les lieux de faire et les lieux de dire », Congo Meuze, 5, 2002, p. 751-765.
  • Subject in Africa : in Foucault’s Foodsteps », Public Culture, 14/3, 2002, p. 593-599.
  • « Vers une impossible représentation de soi », Les temps modernes, 620-621, 2002, p. 101-114.
  • « De la vérité de la mémoire à la réconciliation. Comment travaille le souvenir ? », Le Débat, 122, 2002, p. 63-77.
  • « En compagnie du témoin. Retour sur une démarche », Cahiers africains/Afrika Studies, 49-50, 2002, p. 195-203.
  • « Dire la mémoire et accorder le pardon : Commission vérité et réconciliation sud-africaine au berceau de la nouvelle nation », Montagnes, Méditerranée, mémoire, sous la dir. de P. Cabanel, Grenoble, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 575-585.
  • « Corps interdits : la représentation christique de Lumumba comme rédempteur du peuple zaïrois », dans Sur la piste des OPNI (Objets politiques non identifiés), sous la dir. de D.-C. Martin, Paris, Karthala, 2002, p. 173-206.
  • « Dance : The passion to be oneself in dialogue with others », Remembering Africa, sous la dir. de E. Mudimbe-Boyi, Portsmouth Ν. H., Heinemann, 2002, p. 171-183.
  • « Partir de l’accord sur le désaccord », dans Burundi, la fracture identitaire. Logiques de violence et certitudes ethniques, sous la dir. de J.-P. Chrétien et M. Mukuri, Paris, Karthala, 2002, p. 461-464.
  • « Théâtre de la mémoire et narration de l’histoire », dans Le soi et l’autre. L’énonciation de l’identité dans les contextes interculturels, sous la dir. de P. Ouellet, Québec, Presses de l’Université Laval, 2003, p. 357-362.
  • Mami wata. La peinture urbaine au Congo, Paris, Gallimard, 2003.

Philippe Joutard

  • Codir. avec P. Cabanel, Les Camisards et leur mémoire (1702-2002), Montpellier, les Presses du Languedoc, 2002.
  • Préface à la réédition de A. Court, Histoire des troubles des Cévennes ou de la guerre des Camisards sous le régne de Louis le Grand, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2002, pp. 5-8.
  • « Un demi siècle d’historiographie protestante », conclusion de 1852-2002 numéro spécial du cent cinquantenaire de la SHPF, sous la dir. de A. Encrevé, BSHPF, 2002, p. 1161-1175.
  • « De la montagne maudite à la montagne sublime, les métamorphoses de la représentation », dans Mont Blanc, conquête de l’imaginaire, sous la dir. de P. Guichonnet, Montmelian, Savoie, La Fontaine de Siloé, 2003, p. 21-72.
  • « La France en sabot », L’Histoire, 276, 2003, p. 64-67.
  • Codir. avec F. Drouin, Monseigneur Théas évêque de Montauban, les Juifs, les Justes, Toulouse, Privat, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Joutard et Bogumil Jewsiewicki, « Mémoire historique d’ici et d’ailleurs : regards croisés », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 160-162.

Référence électronique

Philippe Joutard et Bogumil Jewsiewicki, « Mémoire historique d’ici et d’ailleurs : regards croisés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16241

Haut de page

Auteurs

Philippe Joutard

Articles du même auteur

Bogumil Jewsiewicki

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals