Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Sciences, politiques institutionnelles et public

Pietro Corsi
p. 177-178

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Pietro Corsi, directeur d’études

Images, pratiques et acteurs de l’histoire naturelle

1La première séance du séminaire, comme annoncé dans le rapport de l’année passée, a été consacrée à une présentation au Muséum nationale d’historie naturelle du site Internet www.lamarck.net, le premier site entièrement consacré à un savant français, dont on publie en format électronique et consultable par mot, le corpus d’ouvrages théoriques : sept mille deux cents pages sont d’ores et déjà accessibles et téléchargeables sur son propre ordinateur. Une nouveauté remarquable est aussi constituée par la mise en ligne du registre des auditeurs qui avaient suivi les cours de Lamarck de 1995 à 1822. L’analyse de ce registre d’inscription aux cours de Lamarck a permis de dénombrer mille deux cent vingt et un noms, qui peuvent se ramener à un total de neuf cent soixante-treize auditeurs différents. En l’état actuel des recherches, cinq cent trente-sept (soit 55,2 %) des auditeurs ont été identifiés, dont cent soixante-dix se sont révélés être des auteurs de publications scientifiques. Quatre auditeurs ont laissé des cahiers de notes prises au cours de Lamarck, qui font l’objet d’une édition électronique sur notre site.

2Dans la tradition désormais consolidée de notre séminaire collectif, plusieurs collègues ont amené leur contribution, avec deux nouveautés à notre avis significatives : la présence de deux jeunes collègues (Thierry Hocquet et Nicholas Robin) qui ont terminé ou sont en train d’achever leur travail de thèse, et l’attention consacrée, le deuxième semestre, à la carrière d’un personnage aujourd’hui négligé, Bory de Saint-Vincent. Voyageur et anthropologue, botaniste et expert en animaux microscopiques, matérialiste sans réserves et militaire avec le goût de l’aventure, Bory fut une personnalité complexe et controversée, impliquée dans plusieurs entreprises éditoriales, notamment le Dictionnaire classique d’histoire naturelle (1822-1831) et l’Encyclopédie méthodique, connu en Europe pour ses théories sur l’inégalité raciale et pour son lamarckisme adapté au climat scientifique des années 1820 et 1830.

Administrer les ressources. Mines, eaux, territoires au XIXe siècle

3Rarement pratiquées par les historiens des sciences et les historiens tout court, les sciences de la terre, géologie et hydrographie en particulier, ont fait l’objet d’un séminaire de recherche limité à six séances. En effet, si l’histoire des théories géologiques ou l’histoire de disciplines comme la paléontologie et la paléobotanique ont fait l’objet d’études importantes, il n’existe guère en revanche de recherches systématiques ayant porté sur les grandes entreprises scientifiques et administratives constituées par la réalisation de cartes géologiques nationales ou la carte géologique de l’Europe (initiée au début des années 1880), ni sur la réalisation des cartes hydrologiques nécessaires à l’agriculture et à l’industrie, à l’urbanisation croissante et aux besoins de l’hygiène publique. Ces entreprises représentent pourtant les premières tentatives de mobilisation de ressources étatiques importantes pour donner vie à des corps scientifiques et techniques employant des dizaines de géologues, naturalistes, ingénieurs, dessinateurs. Elles constituent un laboratoire dans lequel se jouent d’importants enjeux à la fois pratiques et juridiques autour de la domanialité, notamment dans le cas d’une ressource comme l’eau ou dans le cas des limites du droit de prospection minière que plusieurs États voudraient exercer vis-à-vis des droits de propriété des terrains. Un projet de recherche limité à la thématique des cartes géologiques a été mis en place à la suite de ce séminaire. Animé par Pietro Corsi et Isabelle Lesage (Université de Strasbourg), le projet vise à reconstituer la complexe mise en place de projets de cartographie géologique nationale en France et en Italie. Les résultats auxquels notre séminaire, et le projet qui en constitue la suite naturelle, ont abouti, seront publiés sur le site Internet http ://histsciences.univ-paris1 .fr/.

Publications (consultables sur le site du CRHST, http://www.crhst.cnrs.fr/​)

  • « Which instruments for geological mapping ? The Case of the Italian geological survey », dans Musa Musaei. Studies on the history of scientific instruments and collections in honour of Mara Miniati, M. Beretta, P. Galluzzi et C. Triarico (éd.), Florence, Leo S. Olschki, 2003, p. 433-442.
  • « The Italian geological survey : the early history of a divided community », dans Four centuries of the word “Geology”, Ulisse Aldrovandi 1603 in Bologna, G. B. Vai et W. Cavazza (éd.), Bologne, Minerva Edizioni, 2003, p. 255-279.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pietro Corsi, « Sciences, politiques institutionnelles et public », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 177-178.

Référence électronique

Pietro Corsi, « Sciences, politiques institutionnelles et public », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16259

Haut de page

Auteur

Pietro Corsi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals