Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle

Kapil Raj et Yves Cohen
p. 178-179

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Kapil Raj, maître de conférences
Yves Cohen, directeurs d’études

Savoirs, pratiques et objets : localités et circulations

1Ce séminaire a tenté de mettre en place les premiers éléments d’une réflexion sur la production des savoirs, pratiques et objets localement situés en relation avec des processus de circulation régionale, voire planétaire. Alors que l’étude de la circulation de toutes choses et des hommes est devenue une des tendances historiques majeures depuis une quinzaine d’années, nous voulions nous réinscrire dans le local, mais un local que cette modalité du travail historien a rendu circulatoire, c’est-à-dire sans cesse traversé par des circulations multiples. En d’autres termes, plutôt que de s’attacher à des entités qui circulent dans le temps ou dans l’espace (simple étude de la circulation), nous avons cherché à saisir les circulations depuis les localités et réciproquement, les localités se définissant à travers ces circulations. En fin de compte, il s’est bien plus agi de comprendre de quoi sont historiquement constituées les localités que de suivre des circulations. Cette problématisation du rapport entre le local et le circulatoire peut s’ériger en méthode pour de nombreuses études dans des univers tant coloniaux que mondiaux, orientées tout autant sur le développement scientifique ou industriel que sur les modes de gouvernement ou de production culturelle. Une séance introductive visait à dégager l’aspect problématique de la circulation. En effet, loin de désigner la simple mobilité, la circulation est en elle-même génératrice des transformations et de reconfigurations des choses en mouvement. Pour la suite, nous avons choisi d’alterner entre la présentation d’ouvrages récents et l’exposé de travaux en cours : les pratiques de levées côtières britanniques et d’arpentage terrestre indiennes qui donnent lieu à la première carte terrestre extensive de l’Inde, modèle pour la cartographie des îles britanniques ; l’influence du séjour en Inde de Gustave Le Bon sur sa conception de la psychologie des foules ; les conditions qui ont permis ou parfois entravé la circulation et le développement de la machine à vapeur entre l’Angleterre, l’Espagne et la Russie ; la contribution des acteurs normalement considérés comme étant extérieurs au monde scientifique dans l’émergence des dispositifs scientifiques et techniques à travers la distinction entre recherche de terrain (à laquelle se livrent les chercheurs installés) et recherche de plein air (qui est le fait de chercheurs visant à s’inscrire dans des champs balisés par les premiers) ; enfin, la fabrication du concept contemporain des castes en Inde par les mécanismes de la colonisation britannique.

Publication

Kapil Raj

  • « Circulation and the emergence of modern mapping : Great Britain and early colonial India, 1764-1820 », dans Society and circulation : mobile people and itinerant cultures in South Asia, 1750-1950, C. Markovits, J. Pouchepadass, S. Subrahmanyam (éd.), Delhi, Permanent Black, 2003, p. 23-54.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kapil Raj et Yves Cohen, « Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 178-179.

Référence électronique

Kapil Raj et Yves Cohen, « Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16260

Haut de page

Auteurs

Kapil Raj

Articles du même auteur

Yves Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals