Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des techniques

Anthropologie et histoire des techniques

François Sigaut
p. 195-196

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François Sigaut, directeur d’études

Techniques et agricultures dans les sociétés préindustrielles

1On a cherché, en 2002-2003, à tenir compte des changements en cours dans les domaines auxquels appartient l’histoire de l’agriculture. Dans les milieux agronomiques notamment, le vieil interdit qui excluait l’histoire, confondue avec le passéisme, donne quelques signes d’effritement. Et du côté du patrimoine, on commence à prendre conscience que la multiplication des collections et des musées consacrés à la vie paysanne ne relève pas de l’anecdote, mais bien d’une demande sérieuse et soutenue d’histoire concrète, c’est-à-dire matérielle et locale, de la part d’une partie importante de la population, pas seulement rurale. L’identification des techniques et l’étude de leur distribution géographique, qui sont depuis plusieurs années les thèmes centraux de notre séminaire, prennent dans ce contexte une importance nouvelle. C’est par leur moyen qu’il est possible d’éviter les dérives identitaires et nostalgiques, et d’instaurer un dialogue serein entre toutes les parties prenantes.

2Le séminaire a été animé par plusieurs interventions de Yoshio Abé (sur les techniques d’usinage du riz notamment), de J. C. Moreno Garcia (sur la moisson dans l’ancienne Égypte), de C. Griffin-Kremer (sur certaines techniques d’élevage) et par des exposés de Sarah Cabalion (sur le système domesticatoire des Touaregs du Niger) et d’Émilie Mariat (sur l’ »élevage » des eiders en Islande).

L’outillage agricole : construction d’un système informatisé d’identification

3Organisé à la demande de la Fédération des écomusées (FEMS) et de la Direction des musées de France (DMF), ce séminaire avait pour objet d’explorer les voies et moyens pour mettre sur pied un système d’identification des outils agricoles, accessible et utilisable même par des non-spécialistes. Pour faciliter la participation des non-Parisiens, les séances ont été tenues à raison d’une journée entière par mois. Elles ont réuni une trentaine de participants, qui ont entendu une dizaine d’exposés portant, les uns sur des questions de méthode (description, documentation,...), les autres sur des exemples d’outils, ou de réalisations existantes.

4Il n’est pas possible de résumer toutes ces interventions dans le cadre de ce compte rendu. Des informations plus complètes peuvent être obtenues sur le site http://laborareetorare.free.fr, ou auprès de Céline Courtin, au siège de la FEMS (à Besançon). La conclusion essentielle a été que le système devait être évolutif, c’est-à-dire conçu dès le départ de façon assez souple pour permettre à ses utilisateurs de l’améliorer en l’utilisant. Deux modèles nous ont été proposés. Celui du Museum voor de Oudere Technieken à Grimbergen (Belgique), où un système général d’identification des outils anciens, principalement artisanaux, existe déjà (http://www.mot.be), et celui de Tela Botanica, une association de botanistes de langue française (www.tela-botanica.org). Il s’agit maintenant de créer la structure nécessaire pour mettre le projet sur pied, matériellement parlant, et notamment pour trouver les premiers financements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Sigaut, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 195-196.

Référence électronique

François Sigaut, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16268

Haut de page

Auteur

François Sigaut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals