Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux
p. 219-223

Texte intégral

Pierre-Étienne Will, directeur d’études

Autobiographies de fonctionnaires à la fin de l’époque impériale

1La totalité du séminaire a été consacrée à la lecture de larges extraits du Xuepu [chronologie d’un apprentissage] de Xu Rijiu (1574-1631). Le texte, fort long et d’une lecture souvent difficile, est mentionné dans l’étude de Pei-yi Wu sur les ouvrages autobiographiques de la fin des Ming (The Confucian’s Progress, Princeton, 1990) comme un exemple unique d’autobiographie chronologique (zizhuan nianpu) relatant en détail la carrière bureaucratique de son auteur sur le mode réflexif et introspectif caractéristique de l’époque. À ce titre on peut le classer dans la catégorie des « ego-documents » (Lynn Struve), par opposition aux « autobiographies pseudo-objectives », et c’est ce qui en fait tout l’intérêt par rapport aux autobiographies professionnelles de la fin du XVIIIe siècle et du XIXe que nous avions évoquées l’année dernière.

2Bien qu’il débute l’année de sa réussite au doctorat et de sa première nomination – en 1610, à l’âge de 46 ans –, le texte de Xu Rijiu n’est pas exclusivement « professionnel » : il entremêle le compte rendu de ses activités administratives avec de longs passages sur sa vie privée, familiale et sociale, en particulier pendant les périodes où il n’est pas en poste. On y trouve aussi maintes réflexions, d’une grande liberté de ton, sur les difficultés politiques et militaires de l’époque et sur l’ambiance délétère qui règne dans l’administration. La personnalité attachante de Xu Rijiu combine, et c’est assez typique des dernières décennies des Ming, des aspects qu’on penserait a priori contradictoires : son engagement très profond dans les affaires de l’État n’exclut pas une attitude volontiers détachée, voire fataliste, concernant les aléas de sa carrière ; de même son intérêt fervent pour les « études concrètes » (shixue) et les textes traitant de « gestion de la société » (jingshi)de techniques administratives et militaires – va-t-il de pair avec des préoccupations religieuses dont il parle souvent et avec une fréquentation assidue du clergé bouddhique.

3Dans les deux sous-préfectures où il a été nommé au début de sa carrière, à Shanghai en 1610-1611 et à Jiangxia (sur le site de l’actuel Wuhan) en 1612-1616, Xu Rijiu se montre extrêmement actif et interventionniste, quitte à déplaire à ses supérieurs ou aux notables locaux s’il juge que le bien public est à ce prix. Entre autres extraits nous avons analysé, en le confrontant à d’autres sources, le long passage consacré aux travaux de reconstruction confiés à Xu Rijiu par ses supérieurs sur les digues qui protègent Jiangxia et les sous-préfectures voisines des inondations du Yangzi. Cet épisode montre que, même à une époque où il passe pour affaibli et inefficace, l’État des Ming était capable de mener à bien des entreprises d’infrastructure majeures pour peu qu’un notable local suffisamment influent au plan national en prenne l’initiative (en l’occurrence le général Xiong Tingbi, natif de Jiangxia et résidant dans la région pendant ces années ; plus loin dans le texte Xu Rujiu évoque avec sympathie son comportement très digne au moment de son exécution en place publique à Pékin en 1625, à la suite d’une défaite dont il n’était pas responsable). D’une manière générale, le récit des années passées par Xu Rijiu à Jiangxia suggère que les magistrats de sous-préfecture à la fin des Ming jouissaient d’une liberté d’action autrement plus importante que sous les Qing (1644-1911).

4Excellemment noté au terme de sa magistrature à Jiangxia, Xu Rijiu est promu dans les bureaux des ministères à Pékin, d’abord aux Travaux publics et ensuite aux Armées. En 1623, alors qu’il est en fonctions au ministère des Armées, il est chargé d’une tournée d’inspection des défenses frontalières au nord de la capitale. M. Jérôme Kerlouégan, qui prépare sous notre direction une thèse sur l’histoire militaire des Ming, a analysé pour le séminaire le compte rendu au jour le jour qu’en donne Xu Rijiu, riche en notations concrètes sur l’état délabré des défenses de la dynastie à une époque où elle était très menacée sur ses frontières continentales. Sa mission accomplie, Xu Rijiu se rend dans son pays natal au Zhejiang pour donner une sépulture définitive à son père, décédé en 1619. Il constate en chemin les ravages causés par la rébellion de la secte du Lotus Blanc à la limite du Shandong et du Jiangsu, écrasée l’année précédente. La construction de la tombe de son père et les rituels qui accompagnent l’entreprise font eux aussi l’objet d’un récit au jour le jour, extrêmement instructif dans son détail.

5Nous avons pour finir parcouru le long chapitre consacré à l’année 1625. Xu Rijiu, qui est toujours au ministère des Armées, évoque la vie quotidienne des fonctionnaires métropolitains ainsi que diverses missions qui lui ont été confiées, comme par exemple l’inspection des gardes des neuf portes de la capitale pendant la nuit, au cours de laquelle il peut constater qu’à peu près tout le monde, officiers et soldats, dort sur ses deux oreilles. Remarqué par le nouveau ministre des Armées, un certain Gao Di, Xu doit accepter malgré ses réticences de l’accompagner comme conseiller stratégique sur le théâtre du Liaodong, où les Ming tentent de reconquérir les positions récemment capturées par les Mandchous. Avant même de partir, et malgré les conseils de ses amis, il adresse au trône un mémoire demandant le limogeage d’un général protégé par Wei Zhongxian, l’eunuque tout-puissant qui contrôle alors le gouvernement. Il est aussitôt privé de tous ses titres et renvoyé à la vie civile. Les sentiments contradictoires de déception, d’indignation et de soulagement que lui inspire sa destitution sont exprimés dans un des passages les plus « introspectifs » d’un texte exceptionnellement riche de ce point de vue. (Xu Rijiu sera réhabilité après la chute de Wei Zhongxian et finira sa carrière comme inspecteur des défenses côtières au Fujian.)

6M. Guo Runtao, professeur adjoint à l’Université de Pékin et maître de conférences invité au Collège de France, a consacré deux séances du séminaire à l’analyse d’un recueil de décisions judiciaires, le Mengshui zhai cundu (1632), qui offre de rares aperçus sur l’exercice de la justice au niveau des préfectures à l’époque des Ming.

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, directeurs d’études

Origines et évolution des techniques administratives : les Song et les Qing

7La série de séminaires inaugurée cette année vise à comparer l’histoire des techniques de gouvernement en mettant en vis-à-vis la période de formation de la culture bureaucratique (des Tang aux Song, VIIe-XIIe siècles) et celle de son apogée (des Ming aux Qing, XVIe-XIXe siècles). Par techniques de gouvernement nous entendons ici les réglementations et les procédures informelles qui permettent la mise en place de dispositifs, institutionnels ou non, destinés à gérer le personnel administratif lui-même, à stabiliser durablement l’ordre social et à assurer la reproduction des ressources publiques (le recrutement des hommes, la mise en valeur des richesses naturelles, le prélèvement et le transfert des biens). L’étude de sources non officielles, principalement les « Notes au fil du pinceau » (biji) et les « Manuels de fonctionnaires » (guanzhen), nous apparaît comme une voie d’accès privilégiée aux préoccupations des lettrés et aux savoirs partagés des fonctionnaires, accumulés au gré de leurs expériences. L’avantage de cette littérature est de livrer l’image même que construisent les lettrés-fonctionnaires de leur univers social, intellectuel et professionnel. Même si les « Notes » abondent en définitions et en réflexions utiles sur la fonction publique et les conditions concrètes de l’exercice de l’autorité administrative, nous avons préféré entamer ce travail par la lecture des textes normatifs que sont les manuels.

8Une grande partie du séminaire a été consacrée à la lecture d’extraits du Zuoyi zizhen (Admonestations personnelles sur le métier de magistrat), le seul manuel datant des Song du Nord encore accessible, et du Zhouxian tigang (Règles générales pour les magistrats), qui date du début des Song du Sud. Cette lecture, parfois difficile, et que n’aident que très partiellement les travaux chinois et japonais existants, a permis de préciser les règles de la conduite des affaires publiques en regard de celle des affaires domestiques, d’apprécier les distinctions faites entre la gestion du personnel administratif subalterne et celle des gens de la « maison » du magistrat, et aussi de constater l’extrême porosité entre la gestion des finances privées du fonctionnaire et celle des finances publiques. De nombreuses recommandations recoupent les idées qui, dès les années 1030, tentaient de mettre un terme au clientélisme, accusé par les réformateurs des années 1040 puis des années 1060 de miner le service public. Les textes que nous avons étudiés insistent en particulier sur le caractère procédural de la moindre activité du magistrat. Les règles qu’il impose et qu’il s’impose, définies par l’esprit d’équité et de mesure, doivent aider le « gentilhomme » à se détacher de ses intérêts privés et de ses passions et à rendre son action neutre, donc impartiale. C’est à cette condition par exemple qu’il pourra entretenir avec les élites locales des relations utiles, fondées à la fois sur le respect et la déférence et sur le maintien d’une indispensable distance. Surtout, en le protégeant contre la négligence et le laisser-aller, ces règles construisent autour du fonctionnaire un rempart indispensable contre les soupçons et les jalousies et contre la menace permanente d’une mainmise de ses subordonnés sur la conduite des affaires. Dans le même mouvement, elles lui inculquent des habitudes et lui font adopter un comportement reproductible qui permet de passer d’un poste à l’autre en réduisant la part d’aléas auxquels est exposé tout magistrat exerçant ses missions, que celles-ci touchent à la justice ou aux opérations fiscales.

9Les contrastes et les parallèles avec la situation à la fin de l’empire, qui seront développés l’année prochaine, ont fait l’objet d’une première lecture d’extraits de manuels de fonctionnaires de l’époque des Qing recueillis dans l’anthologie Muling shu (Le livre des magistrats, 1838) ; ces extraits portaient sur le thème du contrôle de son comportement, ainsi que de son entourage et de sa maisonnée, par le magistrat. Nous avons par ailleurs donné un certain nombre d’indications générales sur les différences par rapport à la situation sous les Song que présentent les conditions de travail et les contraintes administratives imposées aux fonctionnaires locaux sous les Qing, ainsi que sur les particularités de l’organisation de leurs équipes de collaborateurs.

10Fu Daiwie, professeur d’histoire à l’Université Tsinghua de Taiwan et professeur invité à l’EHESS, est intervenu dans le cadre du séminaire en confirmant la validité d’une partie de nos hypothèses sur le rôle stratégique des « Notes au fil du pinceau » dans la constitution des savoirs lettrés. Son exposé a montré à partir de plusieurs exemples que cette pratique textuelle des lettrés de la dynastie des Song (Xe-XIIIe siècles) s’est constituée comme une passerelle qui reliait leurs savoirs sur le monde (i.e., le ciel, la terre et l’homme) et leurs techniques administratives.

Publications

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will

  • Avec Bai Erheng, Gouxu yiwen zalu. Gestion locale et modernisation hydraulique : Jingyang & Sanyuan, Pékin, Zhonghua shuju/EFEO, 2003, 258 p.
  • Avec P. Gentelle, « Guanzhong guan’gai xitong de gexin : cong difang zillao kan dili, jishu yu guanli yanbian de guocheng (La modernisation de l’irrigation dans le Guanzhong : une approche historique et géographique) », dans ibid., p. 19-40.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 219-223.

Référence électronique

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16288

Haut de page

Auteurs

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Christian Lamouroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals