Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire sociale de l’Asie orientale

Michel Cartier, Alain Delissen et Guillaume Carré
p. 242-244

Texte intégral

Michel Cartier, directeur d’études
Alain Delissen et Guillaume Carré, maîtres de conférences

Peut-on parler de bourgeoisie en Asie orientale (Chine, Corée, Japon) ? Approches historiographiques

1Une bourgeoisie en Asie ? À lire les grands noms de la sociologie occidentale qui se sont intéressés au problème, la cause serait déjà entendue : jusqu’à la ruine des régimes autochtones sous les coups de boutoir des puissances occidentales, l’aire d’influence de la civilisation chinoise, conçue comme uniformément assoupie à l’ombre du « despotisme oriental », aurait vu, malgré la précocité de son avance technologique, toutes les possibilités d’essor d’une bourgeoisie étouffées par un pouvoir politique stérilisant. Ces conceptions weberiennes ont d’ailleurs exercé une influence durable sur l’écriture de l’histoire dans les pays concernés, voyant souvent dans l’incapacité du monde marchand et citadin à se constituer durablement en force politique, la grande occasion manquée de révolutions économiques et sociales décisives.

2Pour des pays comme la Chine ou le Japon, l’importation du concept de « bourgeoisie » découle de tentatives d’intégration de la réflexion sociale et politique locale dans des cadres de pensées donnés comme universels : il s’agissait alors de déterminer la nature et le stade d’avancement de la société indigène, et donc aussi ses possibilités d’évolutions futures ainsi que le mode d’action adéquat pour la réalisation d’objectifs politiques. C’est pour ces raisons, comme l’a exposé Guillaume Carré, que dans le Japon des années 1920-1930, la question de la formation ou non d’une bourgeoisie nationale dans le cadre du régime issu de l’ère Meiji, agita les milieux marxistes. De cette controverse se dégage une vision de la société japonaise partagée par de nombreux intellectuels de gauche, qui fait du système impérial l’ultime avatar d’un féodalisme d’arrière-saison, s’appuyant pour s’industrialiser sur une structure sociale encore semi-servile ; mais elle en conduit aussi d’autres à s’interroger sur les racines du développement économique du Japon moderne, un questionnement qui, avec la réflexion sur la catastrophe de 1945, fécondera dans l’après-guerre le formidable développement de l’histoire sociale du Japon de l’époque d’Edo. Le terme de « bourgeoisie », comprise au sens d’une classe d’entrepreneurs capitalistes, a fini par gagner une place limitée dans l’historiographie du Japon moderne, où elle sert à désigner le milieu des dirigeants industriels et financiers des ères Meiji et Taishô (1868-1926). Et pourtant, puisque l’historiographie japonaise récente voit dans l’essor de la société urbaine et du monde marchand de la société d’Edo (XVIIe-XIXe siècles), une des clefs de l’évolution originale du Japon de l’après-Meiji, les perspectives d’une comparaison de ces phénomènes avec les bourgeoisies européennes médiévales et modernes, quoique délaissées actuellement, demeurent extrêmement intéressantes.

3Pour expliquer quels problèmes la notion de « bourgeoisie » pose à l’historiographie chinoise, Michel Cartier a d’abord rappelé les paradoxes du phénomène urbain en Chine. Malgré une présence de la ville attestée depuis la plus haute antiquité, la Chine reste au XIXe siècle une civilisation où la population citadine se développe peu (avec cependant d’importantes disparités régionales), et stagne en tout cas à des niveaux bien inférieurs à ceux du Japon à la même époque. La cité fortifiée chinoise, centre administratif et stratégique, ne semble guère attirer les populations ni favoriser l’essor des activités marchandes, même si la rareté relative de la documentation doit inciter à la prudence. Pour Marie-Claire Bergère par conséquent, on ne pourrait parler de « bourgeoisie chinoise », et encore en faisant abstraction de son rôle politique très limité, que durant une brève période encadrée par l’effondrement de la dynastie mandchoue (1911) et la reprise en main par le Kuomintang (1925), lorsque la vacance du pouvoir et le retrait des puissances impérialistes dû à la Première Guerre mondiale laissèrent une certaine marge de manoeuvre aux entrepreneurs chinois. Michel Cartier souligne cependant que de profondes mutations dans le monde marchand sont repérables bien plus tôt : dès l’ouverture des ports, dans le cadre des villes nées du commerce international, apparurent rapidement de nouveaux types de négociants chinois, promoteurs de valeurs et de références inédites. Certains se regroupèrent dans des chambres de commerce, et la montée en puissance de leurs membres au tournant des XIXe et XXe siècles allait finir par concurrencer l’influence, jusque-là sans partage, des lettrés sur « l’opinion publique ».

4Alain Delissen, pour sa part, a d’abord insisté sur la légitimité encore fragile de l’histoire sociale en général, et urbaine en particulier, dans le monde académique coréen. Les élites citadines, que ce soit aux périodes prémoderne ou moderne, apparaissent de peu de poids ou de représentativité pour une historiographie privilégiant tantôt les « masses », tantôt les « mouvements » censés porter « l’esprit national » ou la « modernité ». Dans les années 90 pourtant, l’accent fut mis sur un certain développement urbain et commercial au cours du XVIIIe siècle et sur les capacités de réactions des agents économiques coréens face à la concurrence japonaise à la fin du XIXe ; mais ces orientations, où transparaît l’influence de l’historiographie japonaise récente, semblent à présent marquer le pas. Quant à la question de la genèse, sous le régime colonial japonais, d’un capitalisme indigène, elle demeure toujours hautement sensible : les polémiques autour du livre de l’historien américain Carter J. Eckert, Offspring of Empire : The Koch’Ang Kims and the colonial origins of Korean capitalism, 1876-1945, concernant la naissance d’un des plus influents trusts de la Corée du Sud, en sont une illustration éloquente. Malgré tout, une compréhension des profonds bouleversements qu’a connus la société coréenne sous le régime colonial ne peut se concevoir sans des travaux dépassant la perspective de la « collaboration » ou la « résistance », et prenant en compte les diverses formes d’élites urbaines (entrepreneurs, professions libérales, etc.) qui se développèrent durant cette période.

5En réalité, ces diverses historiographies nationales ne cessent de se croiser et de s’influencer mutuellement, d’abord parce qu’elles ont été alimentées à l’origine par des références communes. Celles-ci, issues des sciences sociales occidentales, passèrent tout d’abord par le filtre de l’interprétation et de la traduction, pour être ensuite confrontées aux réalités locales et bientôt modifiées au gré des débats académiques ou politiques. La confrontation d’une notion telle que celle de la « bourgeoisie » avec ces trajectoires historiques et sociales si différentes de celles qui ont accompagné en Occident l’apparition et les évolutions de ce terme, fait ressortir par contraste les ambiguïtés, l’imprécision ou les contradictions que lui ont conférées un emploi routinier ou, au contraire, une élaboration conceptuelle trop rigide ou dogmatique. Relire ou réinterpréter de tels concepts-clefs des sciences sociales à la lumière de l’expérience d’autres civilisations, n’y aurait-il pas là une piste pour refonder l’ambition universelle de ces modes de pensée, sur autre chose qu’une vision eschatologique du devenir des sociétés humaines faisant la part belle à un ethnocentrisme occidental ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cartier, Alain Delissen et Guillaume Carré, « Histoire sociale de l’Asie orientale », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 242-244.

Référence électronique

Michel Cartier, Alain Delissen et Guillaume Carré, « Histoire sociale de l’Asie orientale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16297

Haut de page

Auteurs

Michel Cartier

Articles du même auteur

Alain Delissen

Articles du même auteur

Guillaume Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals