Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle)

Gérard Béaur
p. 253-254

Texte intégral

Gérard Béaur, directeur d’études

Propriété, stratégies, changements

1Dans ce séminaire, la réflexion s’est déployée selon trois axes principaux qui avaient tous un rapport commun avec le triptyque Propriété/stratégies/changements.

2Le premier axe est une relecture de la seigneurie en partant du livre de Cristina Codarcea sur la Valachie au XVIIe siècle. Les conditions spécifiques à cet espace autonome sous tutelle ottomane permettent une confrontation avec la seigneurie française puis québécoise. Si Jean Duma a rappelé la vigueur de la propriété paysanne très précisément circonscrite grâce au traitement statistique de dix-sept terriers contigus du duché-pairie de Rambouillet, Annie Antoine, par une comparaison terme à terme, a montré non seulement le décalage temporel entre le système valaque et le modèle français mais aussi les changements divergents qui interviennent au cours de l’époque moderne en ce qui concerne le statut des hommes et leurs rapports à la propriété. Soumise aux mêmes questions, la seigneurie québécoise présentée par Benoît Grenier a révélé le degré de résidence (et d’absentéisme) des seigneurs, la valeur stratégique de cet enracinement et sa pérennité intergénérationnelle. Elle a conduit à interroger le lien hypothétique entre la présence seigneuriale et la mise en valeur du sol, la densité du peuplement, la dynamique sociale.

3Le deuxième axe est une interrogation sur la nature et la portée de la desamortizacion en Amérique latine, sur ses conséquences sur le tissu urbain d’après une étude de cas, celle de deux monastères de la ville de Lima. Ici encore la comparaison avec les biens d’Église en France a permis de marquer similitudes et contrastes contextuels, de retrouver des débats identiques et de dégager des bilans fort différents, grâce à une présentation par Bernard Bodinier de la synthèse de toutes les recherches menées par les historiens français depuis un siècle sur les biens de mainmorte et les ventes de biens nationaux.

4Le troisième axe, enfin, a mis en relief les stratégies familiales. Stratégies d’accumulation altérées par des effets de conjoncture (G. Béaur), qui débouchent sur une mobilité des terres moins faible qu’on l’a longtemps prétendu et absolument plus orientée vers l’expropriation paysanne au XVIIIe siècle. Stratégies successorales dont il est possible d’avoir une vision nationale en recensant non pas les normes mais les pratiques pour le début du XIXe siècle, avec des zones de partage égalitaire et des zones de transmission inégalitaire, qui privilégient soit le contrat de mariage soit le testament, sans qu’un rapport direct n’émerge forcément avec l’activité du marché foncier. Stratégies de survie pour les ménages, selon Jürgen Schlumbohm qui, disposant de ressources limitées, effectuent des choix (individuels ou collectifs) sous certaines contraintes externes (crises...) ou internes (taille des ménages...) pour atteindre « un minimum vital », étant entendu que celui-ci n’est pas une catégorie absolue mais doit être conçu comme une construction sociale.

Publications

  • H Γη χαι οι Ανθρωποι. Γαλλία χαι Μεγάλη Βρετανία τον 17ο χαι 18ο αιώνα, Athènes, Giorgios Dardanos, 2003, 366 p., trad. grecque du recueil d’articles L’homme et la terre (France-Grande-Bretagne XVIIe-XVIIIe siècles), paru en 1998.
  • Avec C. Duhamelle, R. Prass et J. Schlumbohm, Ländliche Gesellschaften in Deutschland und Frankreich, 18.-19. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003, 344 p.
  • Avec J. Schlumbohm, « Einleitung : Probleme einer deutsch-französischen Geschichte ländlicher Gesellschaften », dans Ländliche..., op. cit., p. 12-29.
  • « Der Bodenmarkt im Frankreich des 18. Jahrhunderts : Konjunkturen der Verkäufe und Strategien des Erwebs », ibid., p. 247-267.
  • Avec M. Arnoux et A. Varet-Vitu, Exploiter la terre. Les contrats agraires de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Association d’Histoire des sociétés rurales, Bibliothèque d’Histoire rurale, vol. 7, 2003, 592 p.
  • Avec M. Arnoux, « Les contrats agraires et l’histoire des sociétés rurales », dans ibid., p. 5-12.
  • « Contrats d’exploitation et systèmes de contrats sous l’Ancien Régime », dans ibid., p. 35-44.
  • « Familles, argent et marchés dans la France d’Ancien Régime », dans Famille et marché, XVIe-XXe siècles, sous la dir. de C. Dessureault, J. A. Dickinson, J. Goy, Sillery, Septentrion, 2003, p. 19-32.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 253-254.

Référence électronique

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16305

Haut de page

Auteur

Gérard Béaur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals