Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la France moderne

André Burguière et Ran Halevi
p. 257-258

Texte intégral

André Burguière, directeur d’études avec Ran Halévi, directeur de recherche au CNRS

La France d’Ancien Régime : la fabrique de l’égalité

1L’objectif de notre séminaire était de revisiter les caractères originaux de la société française d’Ancien régime aux deux derniers siècles de la monarchie en partant des hypothèses de Tocqueville. Plus exactement de tester l’hypothèse selon laquelle la monarchie dans son effort de centralisation et sa volonté de construire un appareil d’État surplombant la société au lieu d’en prendre la tête et de s’identifier aux valeurs et aux intérêts des groupes dominants, avait rendu la société plus homogène et surtout plus désireuse d’égalité. Tocqueville affirme que les Français étaient devenus, à la fin de l’Ancien Régime, plus semblables entre eux qu’aucun autre peuple d’Europe

2C’est cette idée de similitude que nous avons voulu explorer. Elle concerne autant les manières d’être que les manières de penser. Le travail de l’État royal sur la société a-t-il provoqué une certaine homogénéisation des conduites, sinon des conditions de vie qui a en partie recouvert l’ancienne diversité et l’ancienne hiérarchie des statuts sociaux ? A-t-il surtout inoculé par sa rhétorique unitaire et sa volonté d’apparaître au-dessus des intérêts particuliers, à une société fortement contrastée et inégalitaire, encore largement soumise au régime du privilège, un désir d’égalité et une haine des signes de la différence ; des sentiments que l’on peut considérer comme la projection psychologique de la tension unificatrice du travail de l’État sur le corps social.

3Le rôle de l’État dans la sphère familiale est un bon observatoire de ces tensions. Si la monarchie française est une des premières d’Europe à légiférer dans le domaine familial (sur les mariages clandestins, l’illégitimité, etc.) c’est pour renforcer l’autorité des familles non pour se substituer à elle. En faisant rédiger le droit coutumier, la royauté a même conforté la diversité des traditions familiales. La prise en charge des enfants abandonnés ou la résolution des conflits familiaux par des lettres de cachet qui amorcent au XVIIIe siècle une assistance d’État, ont été le fait d’un pouvoir royal qui se laisse déborder à contrecœur par la demande sociale. La monarchie elle-même qui prétend combattre les réseaux de fidélités féodales rebelles à son autorité, s’appuie sur un milieu d’officiers qui construisent leur pouvoir ministériel sur des réseaux étroitement familiaux. C’est en revanche au sein de l’ancienne noblesse, fidélisée par la vie de cour et son adhésion à la culture lettrée des nouvelles élites que s’affirme un désir de renom personnel, creuset d’un idéal individualiste soucieux d’égalité.

4C’est donc au sein de la culture elle-même qu’il faut repérer l’ombre portée du travail unificateur de l’État sur les mentalités, non sur la réalité des conditions sociales : On peut l’observer au XVIIIe siècle dans l’effort conjoint des hautes sphères de l’État et d’une élite savante qui leur est proche par sa formation et ses formes de sociabilité, pour élaborer une science de la société fondée sur l’analyse mathématique. Les sciences sociales se développeront au début du XIXe siècle à partir d’une vision unitaire des comportements sociaux comme une socio-métrie des écarts de développement, non comme une exploration de la diversité culturelle. On peut l’observer également dans la continuité d’une historiographie d’État qui diffuse l’idée d’une identification du peuple à ses rois et dans les illustrations littéraires et artistiques qui donnent forme en sentimentalisant ce modèle, à l’amour de la patrie.

5Fanny Cossenday et Robert Descimon, à propos de leur livre, L’absolutisme en France, ont commenté l’abondante historiographie qui prolonge ou conteste la vision tocquevilienne. Emmanuel Le Roy Ladurie, à propos de son dernier livre sur L’histoire des paysans français de la peste noire à la Révolution, s’est intéressé aux racines proprement paysannes de l’esprit égalitaire. Jean Nicolas, présentant son livre La rébellion française, a souligné l’émergence d’une mentalité égalitaire dans la culture du soulèvement populaire. David Bien a analysé, à partir de son travail sur les corporations à la fin de l’Ancien Régime, la culture démocratique qui s’ébauche dans la négociation avec le pouvoir royal pour obtenir le maintien du privilège. Antoine Ulti a évoqué le rôle des salons précieux dans lesquels, selon certains de leurs détracteurs, on respirait « un parfum d’égalité ».

Publications

André Burguière

  • Cf. Introduction à l’anthropologie historique, p. 393.

Ran Halévi

  • « Le testament de la Royauté ; l’éducation politique de Louis XVI », dans Le savoir du prince du Moyen Âge aux Lumières, sous la dir. de R. Halévi, Paris, Fayard, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Burguière et Ran Halevi, « Histoire de la France moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 257-258.

Référence électronique

André Burguière et Ran Halevi, « Histoire de la France moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16307

Haut de page

Auteurs

André Burguière

Articles du même auteur

Ran Halevi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals