Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la famille

Antoinette Fauve-Chamoux, Raffaella Sarti, Mary-Louise Nagata et Mario Boleda
p. 270-272

Texte intégral

Antoinette Fauve-Chamoux, maître de conférences
Raffaella Sarti et Mary-Louise Nagata, avec Mario Boleda, professeur à l’Université nationale de Salta (Argentine)

Familles, mariages et domesticités : modèles historiques comparés (XVIe-XXe siècle)

1Les coresponsables du séminaire ont présenté en début d’année l’état d’avancement du projet européen consacré au rôle socio-économique du service domestique et la formation de l’identité européenne. Le service domestique est un phénomène européen, avec certes des variations considérables d’un pays à l’autre, d’une religion à l’autre, mais avec des constantes, comme par exemple des chiffres assez voisins d’emplois domestiques selon les villes européennes et une féminisation marquée au cours du XIXe siècle. Il s’agit, entre autres, de mieux comprendre les interactions entre d’une part le changement social et d’autre part les stratégies individuelles et collectives en termes de comportement, de choix de vie ultérieure, car le service domestique est le plus souvent considéré comme un choix de vie transitoire, en particulier chez les jeunes femmes qui le considèrent comme une étape au mariage. Raffaella Sarti, chercheur associé (Italie, Urbino), a présenté les variations de la condition légale et juridique des domestiques à travers l’Europe depuis le Moyen Âge. Puis nous avons abordé le système du service domestique hors d’Europe, grâce aux présentations de Mario Boleda, professeur invité, et Maria-Cécilia Mercado Herrera (Argentine, Salta) qui ont montré comment fonctionnait, aux XVIIe et XVIIIe siècles, le système de reproduction sociodémographique des populations andines de la Puna argentine et bolivienne : les formes de travail sont variées dans ces populations indiennes soumises à l’Encomienta et à la mita et induisent des migrations saisonnières masculines qui laissent aux femmes de grandes responsabilités dans le cadre du ménage et de l’organisation domestique. La vie conjugale y comporte, comme dans d’autres sociétés latino-américaines, un tel caractère intermittent que l’autorité maritale sur la famille et les enfants est souvent inexistante.

2Béatrice Craig (Canada, Ottawa), chercheur invité par l’INED, à partir des recensements, des registres notariés, des patentes et des archives du tribunal de commerce, a reconstitué l’histoire de nombreuses familles d’artisans et négociants de Lille et Tourcoing au XIXe siècle et mis en évidence l’autorité des veuves chefs d’entreprise (sociétés en nom collectif, en commandite ou par action) dans le milieu de la banque et du textile, de la filature en particulier. Marie-Pierre Arrizabalaga (Cergy-Pontoise) a traité de la transmission du patrimoine et des formes de famille-souche chez les paysans basques au XIXe siècle. Mary-Louise Nagata, chercheur associé (USA, Minnesota), a expliqué les modèles d’alliance matrimoniale dans le milieu marchand de la ville de Kyoto sous les Tokugawa et analysé quelques procès de divorce. Elle fait apparaître la fréquence du concubinage et la complexité des liens familiaux entre les enfants légitimes et les enfants naturels et ceux qui sont adoptés. Les modes de transmission des biens familiaux tiennent compte de tous les héritiers, tout en favorisant celle ou celui qui est jugé le plus apte à assurer la continuité du lignage et la prospérité de la « maison/ie ». Le choix d’un successeur n’est pas seulement l’affaire du chef de famille, il doit rencontrer l’agrément de la communauté de quartier. Enfin, Lucia Carle (Maison des sciences de l’Homme) a présenté son dernier ouvrage, l’histoire transgénérationelle des familles d’une communauté des Langhe italiennes depuis le XVIe siècle. Étudiant les successions jusqu’à nos jours, reconstituant les rapports de pouvoir dans la communauté, elle fait apparaître différents types de mobilité sociale chez les nobles, les notables et les agriculteurs propriétaires fonciers et explique ainsi, sur la longue durée, les rapports sociaux actuels et le pouvoir de dynasties familiales à l’échelle régionale.

Publications

Antoinette Fauve-Chamoux

  • Avec L. Carle, dir., Situazioni d’assedio/Cities under Siege/États de siège, Montalcino, Pagnini et Martinelli editori, 2002, 528 p.
  • « Matrimonio, vedovanza e divorzio », dans Storia della famiglia in Europa, dal cinquecento alla Rivoluzione francese, sous la dir. de M. Barbagli et D. Kertzer, Rome/Bari, Laterza, 2002, p. 307-351.
  • « Changes in policy towards abandoned children and differential mortality : the case of 18th c. Rheims », dans Pathways of the past, Essays in honour of Solvi Sogner on her 70th anniversary, sous la dir. de H. Sandvik, Κ. Telse, G. Thorvaldsen, Oslo, Tig og Tanke, University of Oslo, 2002, p. 39-58.
  • « Domesticité : État de la question. Apport de l’historiographie internationale », Sextant, 15-16, 2002, p. 9-32.
  • « Widows and their living arrangements in preindustrial France », The history of the Family, an International Quarterly, 1, 2002, p. 101-116.
  • « Strategies of household continuity in a stem-family society : from heirship to headship », dans When Dad died, individuals and families coping with distress in past societies, sous la dir. de R. Derosas et M. Oris, Bern, Peter Lang, 2002, p. 121-140.
  • « Femme et mobilité de la population : un exemple français », dans Movilidad y migraciones internas en la Europa latina/Mobilité et migrations internes de l’Europe latine, Catedra UNESCO 226, sous la dir. d’A. Eiras Roel et D. L. Gonzales Lopo, Universidade de Santiago de Compostela publicacions, 2002, p. 87-100.
  • « Female transmission in comparative perspective », dans The Logic of female succession : rethinking patriarchy and patrilinearity in global and historical perspective, sous la dir. d’E. Ochiai, Kyoto, International Research Center for Japanese studies, 2003, p. 11-29.
  • « Besitzweitergabe, familiare Machtverhältnisse und die Rolle der Frauen im Frankreich des 18. und 19. Jahrhunderts », dans Ländliche Gesellschaften in Deutsland und Frankreich, 18.-19. Jahrhundert, sous la dir. de R. Prass, J. Schlumbohm, G. Béaur et C. Duhamelle, Göttingen, Vandenhoeck and Ruprechr, 2003, p. 167-185.
  • « Démographie et stratégies de continuité familiale au sein de la famille-souche des Pyrénées françaises », dans Balance de la Historiografía modernista 1973-2001, Homenaje al Profesor Dr. D. Antonio Eiras-Roel, sous la dir. de R. J. Lopez et D. L. Gonzales Lopo, Saint-Jacques-de-Compostelle, Xunta de Galicia, 2003, p. 147-164.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Fauve-Chamoux, Raffaella Sarti, Mary-Louise Nagata et Mario Boleda, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 270-272.

Référence électronique

Antoinette Fauve-Chamoux, Raffaella Sarti, Mary-Louise Nagata et Mario Boleda, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16316

Haut de page

Auteurs

Antoinette Fauve-Chamoux

Articles du même auteur

Raffaella Sarti

Articles du même auteur

Mary-Louise Nagata

Articles du même auteur

Mario Boleda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals