Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée de l’industrialisation

Alain Dewerpe, Patrick Fridenson et Henriette Asséo
p. 278-283

Texte intégral

Alain Dewerpe, directeur d’études

Les objets de l’industrie (1760-1960)

1Le séminaire, pour la seconde année, a été consacré aux objets dans l’histoire de l’industrialisation occidentale. Il a tenté de faire l’inventaire raisonné – à partir de démarches multiples (archéologie industrielle, histoire de la culture matérielle, sociologie des technosciences, économie des conventions) – des objets de l’univers matériel de la production industrielle, d’analyser leurs interactions avec les êtres humains au travail et de définir des modes d’existence historiquement situés des objets techniques. Il s’est attaché à l’étude des machines comme des produits, des usages sociaux des outils comme du design des objets, des effets de branche comme des effets de marque, de l’élaboration comme de la certification des multiples choses qui ont peuplé les réseaux socio-techniques aux divers moments de l’industrialisation.

2Une première direction s’est plus particulièrement dirigée vers les rapports qu’entretiennent les objets avec les conditions sociales de leur production. À partir de monographies d’objets, on a tenté d’affiner l’analyse des contraintes d’espace (la dimension des objets), de temps (leur durée de conception, de production et d’usage), de qualité (la réputation, l’effet de marque, la certification) et de quantité (en reprenant l’opposition entre variété et échelle) qui façonnent les objets et celle des effets en retour que l’histoire des objets (dans une firme ou dans une branche) opère sur l’organisation de leur production, de leur conception et de leur vente. La seconde direction a porté sur les acteurs (ingénieurs, chefs d’entreprise, employés, contremaîtres, ouvriers, hommes et femmes, jeunes et vieux) de la firme et leurs relations aux objets, principalement dans la mécanique et le textile. Plusieurs séances ont par ailleurs discuté, du point de vue des ces acteurs, la distinction entre produits finis et machines, objets de production et objets de consommation.

Alain Dewerpe et Patrick Fridenson, directeurs d’études

Nation et production. Qu’est-ce qu’un « style national » dans l’industrie ? (XVIIIe-XXe siècle)

3En (re)mettant à l’ordre du jour la question de savoir ce qui est à proprement parler « national » dans les voies multiples de l’industrialisation, le séminaire entendait s’interroger, à partir d’entrées tant thématiques que géographiques, sur une échelle moyenne – celle des États nationaux – et faire jouer les interactions des identités nationales avec la conception des produits, les modes d’organisation du travail, les formes du conflit ou de la coopération et les logiques de l’échange. Cela a impliqué une réflexion sur l’alternative entre spécificité nationale durable et convergence d’une part, sur les interrelations entre échelles basses, le local et le régional, et échelle haute, l’international, d’autre part. Enfin il est apparu patent que les questions de périodisation demeuraient centrales dans la manière de poser une question générale qui ne trouvait de réponses partielles qu’en prenant en compte des moments bien spécifiés de l’histoire de l’industrialisation.

4Deux questions thématiques ont été parcourues. La première concernait la production : le séminaire a souligné la place des styles de combinaison de firmes et celle des formes d’inscription dans le terreau social dans lequel la production s’effectue. Mais le séminaire a aussi mis l’accent sur les différences nationales, au travers de l’étude des productivités différentielles, dans les situations où l’on produit, au même moment, un même produit (le textile indien et britannique à la fin du XIXe siècle, par exemple). Il a enfin mis en avant les questions des styles nationaux de relations professionnelles et des styles de produit (la construction navale à la même époque).

5La seconde a concerné le commandement. Là aussi l’existence avérée d’un petit nombre de modèles à vocation universelle, relayés par les consultants, les enseignants et les médias, ne saurait dissimuler à chaque période la variété des pratiques, non seulement entre les nations, mais encore à l’intérieur des groupes multinationaux. Dès lors les travaux de sciences sociales qui régulièrement annoncent la convergence généralisée des styles nationaux ne sont que littérature. Le séminaire a également souligné que le commandement n’est pas nécessairement unilatéral. Il a mis en évidence la demande de règles dans la vie des entreprises productives émanant des catégories dominées.

6Le reste du séminaire a été consacré à des cas nationaux.

7Le cas de l’Italie du XIXe siècle et du premier XXe siècle permet d’approcher un style de développement dualiste, longtemps de type périphérique, avec un rôle très contrasté de l’État central, de très fortes spécialisations régionales et une place très centrale des phénomènes locaux d’accumulation.

8Avec l’Espagne en revanche, présentée par Antonio Gomez Mendoza, directeur d’études associé à l’École, c’est une industrialisation presque sans style national qui apparaît. Fragilité de l’appareil productif rime avec omniprésence de l’État, au marché intérieur fragmenté fait écho la forte place des firmes étrangères. Une étude chronologique fine (avant-Franquisme, les deux périodes franquistes, l’après-Franquisme et l’entrée dans la Communauté européenne) montre le poids d’un héritage qui n’a jamais réussi à jouer des avantages comparatifs de la péninsule.

9Étudié d’un point de vue de branche – la soierie –, le cas japonais, présenté par Masaki Nakabayashi, maître de conférences associé à l’École, montre une stratégie nationale qui fait fond sur l’effet de marque pour conquérir les marchés extérieurs : les structures de l’organisation productive sont inséparables de « standards » de qualité construits avec cohérence et persévérance, allant jusqu’à réorganiser les systèmes de rémunération et les échelles de salaires.

10Enfin, le style américain ne saurait être réduit à la grande entreprise multidivisionnelle. Le séminaire a donné toute leur place aux PME américaines et aux réseaux. Il a également insisté sur le poids du droit, en montrant l’importance des contrats de toute nature dans la vie de l’entreprise productive et aussi le rôle ancien et croissant des tribunaux.

11Si le séminaire n’entendait à l’évidence nullement apporter des réponses définitives (et bien sûr pas proposer une typologie des voies nationales), l’un de ses plus clairs enseignements, confirmé par les vives discussions qui l’ont animé, réside dans la fécondité des variations d’échelle dans l’étude des voies de l’industrialisation.

Henriette Asséo, professeur agrégée

Histoire des minorités migrantes en Europe

12Nous avons poursuivi, cette année, le cycle consacré à l’histoire du « principe de circulation européen » à travers l’étude des relations entre cosmopolitisme et mobilité. Nous avons concentré notre attention sur des périodes récentes avec le souci de ne pas réduire différentes conjonctures européennes dites « sécuritaires » à des comparaisons superficielles.

13L’absence de définition claire d’une souveraineté européenne en gestation entraîne l’impossibilité d’établir un droit à la mobilité dans l’indifférence et provoque la surexposition politique de certaines « minorités migrantes ». Le refus délibéré de marquer les limites de l’Europe par des frontières matérielles a transformé le statut d’étranger. La notion même d’étranger se trouve diluée dans la somme mouvante des « non-nationaux » que chacun des États composant l’Union européenne continue de fabriquer selon ses critères spécifiques.

14L’écart entre la réglementation des États souverains et une citoyenneté communautaire embryonnaire se reflète dans la transformation du droit d’asile depuis la Convention de Genève de 1951 jusqu’au traité d’Amsterdam de 1999. Claire Rodier (juriste au GISTI) a montré comment le contournement de la Convention de Dublin par les États de l’Union européenne fabrique des personnes sans identité juridique ou nationale. Les accords bilatéraux de réadmission élargissent l’espace investi par les enjeux du droit d’asile européen à des dimensions non européennes puisqu’ils engagent aussi bien l’Inde ou la Chine. La délocalisation de la protection s’accompagne de la multiplication de statuts inférieurs et précaires. Cet activisme réglementaire révisionniste ne laisse pas d’inquiéter sur la construction européenne des rapports entre citoyenneté et nationalité.

15Martine Kaluszynski (CNRS, Institut d’études politiques de Grenoble) est revenue sur l’élaboration et les usages dans la formation de la loi républicaine d’une forme particulière de savoir scientifique, la criminologie, qu’elle fut l’une des premières à explorer. Située à l’intersection entre la « sûreté publique » et la « sécurité privée », la construction d’un savoir sur le crime ne se réduit pas à une émanation du pouvoir central. Elle révèle des interactions complexes liées à la démocratisation des instances locales. Renée Zauberman (CNRS, CEPSID) a présenté l’évolution des relations entre la gendarmerie et les « gens du voyage ». Pour des raisons obscures, la culture administrative a incorporé de façon souterraine l’idée que ces derniers formaient l’un des terreaux de la grande criminalité ce que, à l’évidence ils ne sauraient être, ne serait-ce que par la surveillance constante des familles. Une culture administrative fantasmée ressurgit quand le système régalien de surveillance du territoire se trouve mis en cause. Ainsi la longue tradition de contrôle des mobilités suspectes s’explique bien plus par les relations entre missions de la « haute police » et institutionnalisation de la « basse police » que l’on soit ou non en période de hautes eaux nationalistes. L’imaginaire européen de la mobilité élabore des mythes des origines accordés aux formes culturelles du régionalisme. Marc Bordigoni (IDEMEC, MMSH) a reconstitué la construction félibrige du mythe des Saintes-Maries-de-la-Mer et Manuela Vicente (CNRS, LADYSS) s’est interrogée sur l’imaginaire gitan du monde catalan.

16L’ouverture de l’Europe se révèle un laboratoire d’expérimentation de toutes les formes historiques de tensions entre immigration tolérée et mobilité redoutée. En considérant les enjeux actuels du régime d’historicité présentiste, en refusant une certaine tentation de la déréliction, les historiens pourraient, peut-être, anticiper la production des nouveaux paradigmes de l’histoire européenne.

17Il n’est pas si certain que la vision idéologique segmentée de la société qui justifia dans l’Union soviétique des années trente les entreprises de « passeportisation », présentées par Nathalie Moine, soit si éloignée de nous. Le passeport était bien moins un instrument de contrôle de la mobilité qu’une inscription matérielle des catégories de personnes révisables à tout moment. Par ailleurs, la discussion avec Enzo Traverso (Université d’Amiens) sur la généalogie du nazisme formera le point de départ du séminaire de l’année prochaine.

18À l’invitation de Steven Kaplan, j’ai présenté en octobre 2002 une conférence « Making the gypsy past » à l’Université Cornell dans le cadre des Blumenthal Lectures. Parmi les autres activités, j’ai participé aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois sur le thème de l’étranger ; assuré la présidence d’une séance des journées d’études doctorales interdisciplaines de l’EHESS sur la violence contemporaine. J’ai poursuivi mes activités au sein du comité scientifique du programme pluriannuel dirigé par Claudia Moatti sur la Mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, et participé à un séminaire conduit par Francis Comte et Denis Chevallier pour la mise en place de la section mobilité du futur musée de l’Europe et de la Méditerranée.

Publications

  • « Avant-propos » de G. Lewy, La persécution des Tsiganes par les nazis, traduit de l’anglais par B. Fumer, Paris, Les Belles Lettres, 2003, 474 p., p. IX-XXIX (1re édition, The Nazi persecution of the Gypsies, New York, Oxford University Press, 2000).
  • « La République des nomades », dans Dictionnaire critique de la République, V. Duclert, C. Prochasson (éd.), Paris, Flammarion, 2002, p. 400-405.
  • « L’extermination des Tsiganes », dans La Violence de guerre (1914-1945), S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, C. Ingrao, H. Rousso (éd.), Bruxelles, Complexe, 2002, p. 243-259.
  • « Les Tsiganes et le remembrement ethnique de l’Europe », dans Les déplacements contraints de population, sous la dir. de L. Feller, Travaux et Recherches de l’UMLV, Littératures et Sciences humaines, 7, Université de Marne-la-Vallée, mars 2003, p. 173-188.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Dewerpe, Patrick Fridenson et Henriette Asséo, « Histoire sociale comparée de l’industrialisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 278-283.

Référence électronique

Alain Dewerpe, Patrick Fridenson et Henriette Asséo, « Histoire sociale comparée de l’industrialisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16323

Haut de page

Auteurs

Alain Dewerpe

Articles du même auteur

Patrick Fridenson

Articles du même auteur

Henriette Asséo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals